Terrorisme en milieu scolaire

« Terrorisme en milieu scolaire » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher

Le terrorisme de « Boko Haram » commence au Nigéria autour des années 2009. Il arrive au Cameroun en 2014 avec un impact sur les populations et mêmes sur les élèves à l'instar de ceux de la ville de Mokolo, située dans la région de l'Extrême Nord du Cameroun. Ces élèves accompagnés de leurs enseignants ont mis sur pied des plans de lutte contre le terrorisme.

Manifestations du terrorisme en milieu scolaire[modifier | modifier le wikicode]

Camp des réfugiés à Mokolo dans le nord du Cameroun

On entend des explosions à l’école. Les adultes et les enfants du Nigeria viennent de partout et dorment dans certaines salles de classe de notre école. Des nouveaux élèves commencent à prendre les leçons avec nous. Quelques mois plus tard, les terroristes brûlent les écoles du Nigéria. Les élèves et les parents viennent encore en grand nombre dans notre école qui fonctionne encore. On appelle ces élèves, « les déplacés ». Leur nombre augmente de jour en jour et nous prenons peur. Des grands camions de l’UNICEF arrivent un jour au village. Ils emportent certains parents et enfants à Mokolo, dans le camp de Minawao. Certains parents courageux retournent au Nigeria, mais on apprend qu’ils sont égorgés par les terroristes qui les prennent pour des ennemis. En 2020, les terroristes multiplient les attaques et plusieurs écoles proches de la frontière du Nigeria ferment. Les enseignants et les élèves fuient vers Mokolo ou des écoles les accueillent. Les autres écoles fonctionnent dans la peur.

Les conséquences du terrorisme[modifier | modifier le wikicode]

Notre maître explique que « boko haram » signifie : l’école des blancs n’est pas bonne. Voilà pourquoi les groupes armés s’attaquent aux écoles. Les groupes armés sont très dangereux : ils ont des couteaux, des coupe-coupe, des fusils et des bombes et tuent beaucoup d'enfants et les adultes faibles. Certains élèves deviennent des terroristes ou bien on le tue. Les attaques font fuir les élèves et les enseignants. Ainsi, beaucoup des élèves sont des orphelins : sans familles, les enfants n’ont pas de quoi se nourrir. Dans la nuit, on ne dort pas au village, les habitants vont dans les montagnes ou montent dans les arbres pour trouver un abri.

Quelques solutions[modifier | modifier le wikicode]

Distribution des fournitures aux élèves victimes de Boko Haram

Le maître nous conseille de nous coucher rapidement en cas d’explosion, de porter toujours notre uniforme, de dénoncer la présence d’un inconnu et de refuser les cadeaux d’une personne qu’on ne connaît pas. Il demande aussi d’accepter nos camarades déplacés. Ces élèves n’ont personne pour les soutenir. Un matin, nous voyons le directeur qui arrive de Mokolo avec sa moto bien chargé de sacs, de cahiers et du nécessaire pour écrire. Il distribue tout cela aux élèves. Il nous explique aussi que nous allons bientôt recevoir des camions de riz et de l’huile pour les élèves. Il ajoute encore que les militaires vont s’installer dans notre école pour la protéger contre les terroristes. Nous allons alors bien fréquenter.

Bibliographie[modifier | modifier le wikicode]

  • Pauline Guibbaud, Boko Haram, Histoire d’un islamisme sahélien, l’Harmattan, Paris.
  • Claire Colliard, Cécille Bizouerne, Francesca Corna Et L’équipe Santé Mentale Et Pratiques De Soins, D’acf, L’impact Psycho Social Des Crises Humanitaires, Mieux comprendre pour mieux intervenir.
  • Pérouse de Montclos, Marc-Antoine. « Boko Haram et la souveraineté du Nigeria : une histoire de frontières », Hérodote, vol. 159, no. 4, 2015, pp. 58–75.
Portail de l'Afrique —  Tout sur l'Afrique, sa culture, son histoire...
Portail de la criminologie —  Tous les articles sur la criminologie.
Portail de la société —  Accédez aux articles de Vikidia concernant la société.
Portail de Cameroun —  Tous les articles sur Cameroun.