La Princesse de Clèves

« La Princesse de Clèves » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher

La Princesse de Clèves est un roman historique écrit par Madame de La Fayette en 1678.

Cette nouvelle est aujourd’hui considérée comme le premier roman d’analyse, aussi appelé roman psychologique. En effet, l’auteur met l’accent sur les pensées et les sentiments des personnages. L’intrigue se déroule à la cour du roi Henri II (au XVIe siècle, soit un siècle avant la rédaction), tous les personnages sont issus de la noblesse et ont réellement existé excepté le personnage principal.

Au début du roman, Mademoiselle de Chartres a seize ans lorsqu’elle est introduite à la cour. Elle a reçu une éducation exemplaire et se montre très vertueuse. Elle est très admirée pour sa beauté et son élégance, ainsi que pour ses qualités morales. Le Prince de Clèves en tombe éperdument amoureux et la demande aussitôt en mariage. Sur les conseils de sa mère, Madame de Chartres, elle accepte ce mariage et devient la Princesse de Clèves.

Quelque temps plus tard, elle rencontre, lors d’un bal royal, le Duc de Nemours, et ces personnages tombent éperdument amoureux l’un de l’autre. Mais, la Princesse étant mariée, celle-ci s’interdit toute manifestation de sa passion. Leur relation se limite à des échanges de regards, un portrait dérobé… Madame de Chartres, avant de mourir, met en garde sa fille contre les dangers de ce désir illégitime et la supplie de lutter contre son amour. Elle décide alors de fuir la cour et se retire à la campagne, mais le Duc la suit pour l’observer à la dérobée. Puis, pour rester digne et loyale envers son mari, elle lui avoue qu’elle est éprise d’un autre homme. Monsieur de Clèves, rongé par la jalousie, pense avoir été trahi et meurt de chagrin.

Enfin, la Princesse se retire dans un couvent et refuse de revoir le Duc de Nemours. Elle mourra quelques années plus tard.

La Princesse de Clèves est restée fidèle à ses valeurs morales, en choisissant de ne pas épouser celui qu’elle aime, par respect et fidélité pour son défunt mari.

Portail de la littérature —  Tous les écrivains, les poètes, les romans…