K2

« K2 » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Le K2 en été

Le K2, en chinois Qogir Feng, est le point culminant de la chaîne du Karakoram. Il s'élève à 8 611 m d'altitude. La montagne fut longtemps appelée « mont Godwin-Austen », mais ce nom ne fut jamais rendu officiel. Ce toponyme apparut pourtant sur de nombreuses cartes.

Toponymie[modifier | modifier le wikicode]

L'oronyme K2 dérive d'une notation appliquée par la Great Trigonometrical Survey of India aux douze principaux sommets du Karakoram à l'époque du raj de la Compagnie britannique des Indes orientales. L'indication de chacun des douze principaux monts était constituée d'une lettre représentant la chaîne de montagnes, en l'occurrence K comme Karakoram, et d'un chiffre indiquant l'ordre dans la série. Mais à la suite d'une erreur d'appréciation visuelle, le point culminant de la chaîne ne fut classé que deuxième, et par conséquent désigné K2. Chaque montagne recevait ensuite son nom local. La Great Trigonometrical Survey of India avait décidé de privilégier les oronymes utilisés par les populations avoisinantes. Mais le K2, très en retrait, n'est pas visible du plus proche village, au sud, ni de la plus proche ville, au nord. Aussi n'avait-il pas reçu de nom. Le nom de code est ainsi devenu son nom d'usage.

Géographie[modifier | modifier le wikicode]

Le K2 se classe deuxième sommet du monde par l'altitude derrière le mont Everest et devant le Kanchenjunga (Népal-Inde). Il se situe dans le Nord-Est du Pakistan, dans le territoire autonome du Gilgit-Baltistan, à la frontière avec la Chine. Seule la face nord est en territoire chinois. Le K2 fait partie du massif du Baltoro Muztagh.

Ascension[modifier | modifier le wikicode]

L'ascension du K2 est l'une des plus dures qui soient. L'éloignement et la longue approche du sommet expliquent en partie les difficultés éprouvées. L'arrivée par des glaciers où peuvent se briser d'importants morceaux de glace et le risque d'avalanches justifient la crainte qu'ont les alpinistes vis-à-vis de cette montagne.

Plusieurs tentatives eurent lieu à partir de 1902, mais échouèrent l'une après l'autre. L'une d'entre elles, celle de 1909, était dirigée par le prince italien Louis-Amédée de Savoie, duc des Abruzzes.. Contrainte de faire demi-tour, l'expédition laissa le nom d'« arête des Abruzzes » à l'éperon rocher sur lequel ils avaient dû renoncer. En 1954, une autre expédition italienne vint enfin à bout de la montagne. Le 31 juillet, Lino Lacedelli et Achille Compagnoni parvenaient au sommet.

35° 52′ 53″ N 76° 30′ 49″ E / 35.881446, 76.513585

Portail de la montagne —  Tous les articles concernant montagnes et collines.
Portail de l'Asie —  Tous les articles concernant l'Asie.