Genre (sociologie)

« Genre (sociologie) » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Voir les articles homonymes Attention, à ne pas confondre ! Pour les sujets ou articles dits homonymes, voir : Genre.
Symbole transgenre

Le genre est un concept utilisé en sociologie. Il s'intéresse au féminin et au masculin, aux rapports entre les hommes et les femmes1. De plus, il s'intéresse aux questions de sexualité (homosexualité, bisexualité) et d'identité de genre (transidentité).

Définitions[modifier | modifier le wikicode]

Sexe et genre[modifier | modifier le wikicode]

On parle de généralement de sexe pour désigner le sexe assigné à une personne lorsqu'elle naît, établi à partir des organes génitaux externes : mâle ou femelle. Cependant, l'appartenance à une de ces deux catégories n'est pas toujours évidente. Par exemple, 1,7%2 des bébés sont intersexués3: ils naissent avec des caractéristiques sexuelles primaires et/ou secondaires considérées comme ne correspondant pas aux définitions sociales et médicales typiques du féminin et du masculin4. Par ailleurs, la biologiste Anne Fausto-Sterling distingue cinq sexes5: on ne peut alors plus considérer que l'on naît soit fille, soit garçon6.

Le genre est différent du sexe: désigne l'identité sociale, c'est-à-dire, la façon dont on nous perçoit dans la société. Il s'agit des caractéristiques que l'on attribue au féminin et au masculin. C’est la première définition du genre qui est développée à partir des années 1930, à travers de nombreuses études. On peut distinguer l’identité de genre et le rôle de genre.

Identité de genre[modifier | modifier le wikicode]

C'est le genre auquel une personne s'identifie. C’est le fait de se sentir homme ou femme. Aussi, certaines personnes ne se sentent ni homme ni femme, et se considèrent par exemple de genre "neutre" ou "non-binaire". On dit souvent que c'est quelque chose de personnel, de privé, car c'est un ressenti, un sentiment qui peut être profond. Lorsque notre genre correspond au sexe qui nous a été assigné à la naissance, on est une personne cisgenre. Lorsque notre genre est différent du sexe qui nous a été assigné à la naissance, on est une personne transgenre.

Rôle de genre[modifier | modifier le wikicode]

Ce sont les rôles que les personnes jouent dans la société, en public. Quand on est un homme (ou quand on est perçu comme un homme), on attend de nous qu’on ait certains comportements. Par exemple, dans les sociétés occidentales comme la France, on attend des femmes qu’elles soient douces et sensibles. Au contraire, dans d’autres sociétés comme chez les Mundugumor, qui vivent en Océanie, les femmes sont violentes et agressives7. Chez un autre peuple océanien, les Arapesh, les hommes sont doux et sensibles autant que les femmes. Cela montre que le caractère doux ou agressif d’une personne ne vient pas de ses organes génitaux, mais de la société dans laquelle elle vit, de son sexe social. C’est ce que résume la célèbre phrase de Simone de Beauvoir : « On ne naît pas femme, on le devient ».8

Le genre, un rapport de pouvoir[modifier | modifier le wikicode]

Le genre structure toute notre vie: avant même notre naissance, on cherche souvent à déterminer si nous serons garçon ou fille. Parfois, on attribue au fœtus, alors que le bébé n'est pas encore né, des comportements qui seraient masculins ou féminins. Très vite, les enfants reçoivent des modèles de genre très marqués, et pas automatiquement vrais. Par exemple, dans les dessins animés ou les albums pour enfants, les mamans sont gentilles, font le ménage, et restent souvent dans la cuisine, à préparer à manger, ou dans la salle de bains, à se maquiller. Les papas sont forts, partent à l'aventure, savent réparer la voiture9... Une fois que l'on a déterminé notre genre en fonction de notre sexe, avant même notre naissance, certains comportements nous sont assignés. Notre genre existe donc pour nous même avant notre sexe10.

Certaines personnes ne se reconnaissent pleinement ni dans les caractéristiques du genre masculin, ni dans les caractéristiques du genre féminin: on dit alors qu'elles sont non-binaires (puisqu'elles ne se reconnaissent dans aucune des deux alternatives que propose le système binaire féminin/masculin). Cette identité de genre se définit alors en opposition à un système exclusif qui considère que l'on est soit de genre féminin, soit de genre masculin. Cela permet de penser la société sous un angle nouveau.

Le genre agit sur nous de façon très forte et peut nous pousser à adopter certains comportements que l'on attend de nous. Par exemple, beaucoup de petites filles et de jeunes filles se sentent obligées d'être minces11, de porter des chaussures à talons ou de se maquiller. Enfin, les traits de caractère imposés par le genre influencent nos rapports aux autres: notre société attend que les garçons soient dominants et forts, et les filles fragiles et discrètes. Ces attitudes renforcent les préjugés et instaurent des inégalités: dès l'école maternelle les filles sont davantage interrompues par les garçons par exemple. De nombreux métiers, considérés comme plus masculins, vont sembler inaccessibles aux petites filles dès leur enfance. L'abondance de héros masculins renforce aussi ces stéréotypes12.

Le courant féministe matérialiste considère les rapports sexuels au sein du couple hétérosexuel comme une forme d'exploitation de la femme13: comme le montre l'expression encore courante du "devoir conjugal", il arrive que certaines personnes assimilent aujourd'hui encore le rapport sexuel à un devoir - ce qu'il ne doit pas être, puisque la décision doit demeurer libre.

Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. Laure Bereni, Sébastien Chauvin, Alexandre Jaunait, Anne Revillard, Introduction aux études sur le genre. 2012, De Boeck Supérieur. Pour aller plus loin, on peut aussi consulter cet entretien: il n'est pas toujours facile à lire, mais il propose des références et lectures diverses: https://laviedesidees.fr/Genre-etat-des-lieux.html
  2. Gabrielle Richard, Hétéro, l'école? Plaidoyer pour une éducation antioppressive à la sexualité, Montréal, les éditions du remue-ménage, 2019, p.14.
  3. https://www.youtube.com/watch?v=Vcs2iXXiSvI
  4. https://www.cjoint.com/doc/19_02/IBCpR4FMnU1_bd-web.pdf; https://cia-oiifrance.org/
  5. Anne Fausto-Sterling Les cinq sexes. Pourquoi mâle et femelle ne sont pas suffisants, Payot
  6. https://www.crepegeorgette.com/2014/03/23/fausto-sterling-cinq-sexes/
  7. Margaret Mead, Mœurs et sexualité en Océanie. Paris, Plon, 1963, pages 311-312. (Cité dans Introductions aux études sur le genre.)
  8. Simone de Beauvoir, Le deuxième sexe,  II : L'expérience vécue. Paris, Gallimard, 1949, p.13
  9. Notre corps, nous-mêmes (ouvrage collectif), Marseille, Hors d'atteinte, 2020, p.19-20.
  10. Christine Delphy, "Penser le genre: problèmes et résistances", L'ennemi principal, 2  : Penser le genre, Paris, Éditions Syllepse, coll. «  Nouvelles Questions féministes  », 2001.
  11. Mona Chollet, Beauté fatale. Les nouveaux visages d'une aliénation féminine, Paris, Zones (Editions La Découverte), 2012 (voir en particulier le chapitre: "Une femme disparaît. L'obsession de la minceur, un 'désordre culturel'").
  12. Valérie Rey-Robert, Une culture du viol à la française, Montreuil, Libertalia, 2019, p.46-52.
  13. Christine Delphy et Diana Leonard, L'exploitation domestique, Paris, Syllepse, 2019 pour la traduction française (1992 pour l'édition originale en anglais) ("Nouvelles questions féministes"), p.47.
Portail de la société —  Accédez aux articles de Vikidia concernant la société.
Portail des sciences — Tous les articles sur la physique, la chimie et les grands scientifiques.
Portail de la sociologie —  Accédez aux articles de Vikidia concernant la sociologie.