Fermeture à glissière

« Fermeture à glissière » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Révision datée du 11 février 2018 à 06:05 par OrBot (discussions | contributions) (Evolutions : Portail)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher

La fermeture à glissière est une innovation technique dans le domaine de la mécanique, inventée par Whitcomb Judson. Elle permet d’ouvrir ou de fermer un vêtement ou d'autres objets. Au fil des années, elle va évoluer.


L’inventeur [modifier | modifier le wikicode]

Whitcomb Judson est né à Chicago (Illinois) le 7 mars 1846. C’est un inventeur américain connu pour son invention : la fermeture à glissière. Il s’est engagé et servait dans l’Armée de l’Union en 1861. On ne sait pas beaucoup de choses sur sa vie après la guerre mais on sait que 2 ans après avoir été un représentant de produits agricoles entre 1886 et 1887, il va travailler pour la Manufacture Earle. Avant avoir inventé cette fameuse fermeture à glissière, il travaillait sur le système de circulation de tramway, mais sans succès. Il invente donc la fermeture à glissière en 1890. Il meurt en 1909 et laisse une grande fortune à son fils qui devient millionnaire, grâce à ses améliorations dans les moteurs et freins de trains.

Description de l’invention[modifier | modifier le wikicode]

La fermeture à glissière a été créée aux Etats-Unis par les ingénieurs de Elias Howe, Max Wolff et pour finir Whitcomb Judson en 1890. A cette époque la fermeture s’ouvrait d’elle-même car elle était constituée de crochets et d’œillets. C’est un dispositif mécanique qui permet d’ouvrir ou de fermer un vêtement, une chaussure (botte), un sac, ou raccorder deux bouts de tissus rapidement comme par exemple une porte de tente. Cette fermeture est constituée de métal et de matière plastique. Elle est appelée de différentes manières : zip, fermeture à crémaillère, tirette ou encore fermeture Eclair, celle que l’on utilise aujourd'hui. On l’appelle aussi différemment selon l’endroit où l’on se trouve : en Suisse romane et en France, on appel ça la « fermeture Eclair » (marque de la société Eclair Prestil SN). La majuscule initiale est obligatoire pour ce terme, et on utilise parfois le mot « zip ». Au Québec on utilise également le terme « fermeture Eclair » mais la majorité de la population utilise le mot « zipper ». Dans le Nord-Est de la France c’est le mot tirette qui est utilisé ainsi qu’en Belgique.

Système, compositions [modifier | modifier le wikicode]

La fermeture est composée de deux bouts de forts tissus où il y a des dents métalliques. Les dents sont décalées et les bandes sont « faces à faces », en regard l’une de l’autre. Il y a un curseur qui passe entres ces deux bandes comportant deux gorges permettant de les engrener ou de les séparer. Elles servent à guider les dents lorsque l’on fait glisser le curseur. La tirette est la languette collée au curseur qui se déplace grâce à celle-ci. Comme je l’ai déjà dit, avant, les fermetures étaient constituées de crochets et d’œillets mais elles s’ouvraient d’elles-mêmes. Elle est composée de métal et de plastique.

Evolutions [modifier | modifier le wikicode]

En 1913, Gideon Sundbäck montre le principe de la nouvelle fermeture Eclair moderne : il remplace les crochets et œillets par un système de dents engrenées à l’aide d’un curseur. Il y a donc de la concurrence avec la fermeture Vitex qui est arrivée en France en 1925 et est fabriquée jusqu'en 1955. La fermeture (sur les chaussures ou les vêtements) est parfois remplacée par une fermeture Eclair Velcro. Depuis les années 1970 on a développé des fermetures moulées en plastique qui fonctionnent avec le système de la queue d’aronde. Ce principe est celui que l’on peut vraiment appeler « fermeture à glissière ».

Aiga beautysalon inv.png Portail de la mode - Tous les articles sur la mode !