Livre d'or
Livre d'or

les bavardagesdemande d'article
Que pensez-vous de Vikidia ? Venez mettre un message sur le livre d'or !

Culture de la viande du chien chez les Yevol

« Culture de la viande du chien chez les Yevol » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Chien devant servir pour le rituel chez les Yevol

Il existe un peuple au Sud Cameroun. Il se retrouve dans plusieurs zones de la route de Lolodorf, Nkoetye, Mengong. Il vit en harmonie avec les autres peuples. Ce peuple s’appelle Yevol. Ce peuple, dans la trajectoire de sa vie, connut un fait inoubliable. Et c’est ce fait qui amena les Yevol à adopter une attitude vis-à-vis du chien.

Les causes[modifier | modifier le wikicode]

Un homme, grand chasseur Yevol, appelé Ela Nyama, vivait paisible chez lui. Un jour, il alla à la chasse avec son chien qu’il considérait comme son ange gardien. Pendant qu’il chassait, une vipère le mordit et cette morsure fut fatale pour lui. Son chien, au lieu de rentrer au village donner un signal, se mit plutôt à se nourrir de la chair de son maître. Les frères d’Ela Nyama constatèrent son absence au village et se mirent à sa recherche. Surprise et horreur : le chien est pris en flagrant délit de dégustation de son maître Ela Nyama. Etonnés, déçus et abattus, les frères d’Ela Nyama, les Yevol, convoquèrent une assise au village, après avoir enterré le reste de leur frère en brousse. De cette assise, il fut convenu que comme leur frère a été mangé par le chien, tous les autres chiens désormais seront aussi mangés par les Yevol quelles que soient leurs origines et leurs appartenances. C’est depuis ce jour et à cause de ce fait, que les Yevol décidèrent de manger le chien.

Rite de préparation du chien[modifier | modifier le wikicode]

Séance de préparation du rituel

La préparation du chien par les Yevol est devenu une culture, une pratique sacrée. C’est tout un cérémonial où les participants à cette dégustation se mettent en condition. Il faut tout d’abord se raser. Ceci est un signe de deuil. Ainsi, les Yevol se régalent bien de la savoureuse viande du chien, dont l’huile ruisselant aux doigts est ointe au crâne dénudé au préalable. La séance de dégustation du chien est accompagnée de chants de guerre, de danses de guerriers victorieux et de causerie avec des sages du village autour d’un grand feu de bois ou au clair de lune.

Cuisson du chien[modifier | modifier le wikicode]

Au départ le chien était cuit dans une sorte de four traditionnel. En effet, les morceaux de chien bien lavés, et soigneusement assaisonnés puis mélangés aux tranches de papayes et de bananes non mûres, du piment et des feuilles vertes de citronnelles. Le tout emballé dans des feuilles de bananier et bien attachés par les lianes était enfoui dans un trou creusé dans le sol. Le trou en question était soigneusement couvert par une feuille de tôle, au-dessus de laquelle s’allumait un feu de bois. On attisait le feu tout en chantant et en exécutant des danses de guerriers. Un pot de vin de palmee parfois accompagnait cette opération.

Papayes non mûres pour la cuisson

De nos jours, le chien se prépare en brousse ou au village, dans une marmite posée sur trois pierres. Il se prépare au feu vif pendant la phase de ramollissement de la viande. Puis au feu doux pour que les ingrédients s’harmonisent et dégagent leur arôme.

La cuisson qui se faisait toute une nuit dans le four traditionnel, est ramenée à une demi-journée de nos jours. La dégustation s’accompagne d’un bon vin de palme. Actuellement, elle peut se faire à l’aide d’un vin de table.

Portail de l'Afrique —  Tout sur l'Afrique, sa culture, son histoire...