Citroën

« Citroën » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Citroën
Citroen logo.png
Date de création 1919
Créateur(s) André Citroën
Pays d’origine France France
voir modèle • modifier

Citroën est une entreprise française qui construit des automobiles. Elle a été créée en 1919 par l'ingénieur polytechnicien André Citroën. Elle fabrique des véhicules particuliers (voitures de « tourisme ») et utilitaires.

En 1934, la marque est reprise par l'entreprise Michelin et depuis 1974, Citroën fait partie du groupe de constructeurs automobiles « PSA Peugeot Citroën ». Citroën emploie actuellement 13 500 salariés et son slogan est « Créative Technologie ». Il existe aussi une sous marque de citroën : la DS Citroën.

Engrenages à chevrons d’André Citroën, devenus le logo des automobiles Citroën.
Baraque à frites

Le logo de Citroën vient des engrenages à chevrons fabriqués avant 1914 par André Citroên.

Les modèles historiques[modifier | modifier le wikicode]

Modèles de 1919 à 1932[modifier | modifier le wikicode]

1919-1921 « Type A » Première voiture française de grande série, facile à conduire. Il a existé des versions spécialisées : sport, camionnette, autochenille... Citroen A 8 CV Torpedo 1919.jpg
1921-1926 « 5 CV Type C » ou « 5 HP » Petite voiture à deux ou trois places. Il existe des versions camionnettes plateau, bâchée ou à carrosserie métallique. Citroen trèfle 1925 5HP.JPG
1921–1925 « B2 » Elle remplace la type A et existe en autochenille. Citroen B2 1921 Torpedo bodied.jpg
1924-1925 « B10 » Première Citroën à carrosserie tout acier (les précédentes étaient faites de tôles clouées sur une armature de bois), moteur 1 452 cm3, 20 ch, roule à 70 km/h. Citroen B10.jpg
1926-1927 « B12 » Remplace la B2, avec le même moteur que la B10, mais un peu plus lourde. Donc, parmi les carrosseries possibles, elle pouvait faire une excellente camionnette, comme la "boulangère" ci-contre, pour livrer le pain. Citroën B12 'Boulangère' (¾ AV).jpg
1926-1928 « B14 » Elle ressemble aux précédentes, avec sa carrosserie tout acier, mais elle est plus aboutie, avec de meilleurs freins et un moteur plus souple. Elle va à 80 km/h. Les prix sont en baisse : c'est un grand succès et certaines B14 vont pouvoir rouler durant une trentaine d'années. Citroen b14g1.jpg
1928-1930 « C4 / C6 » Par rapport à la précédente, le capot est plus haut, parce que le moteur est plus gros ! La C4 roule à 90 km/h et la C6, avec son moteur 6 cylindres de 2,4 l, atteint les 105 km/h. C'est aussi un très grand succès, et on verra des C4 et C6 dans les rues jusqu'à la fin des années 1950 : voir, par exemple, les voitures circulant dans Paris, dans les films de cette époque. CitroenSix.JPG
1932-1938 « Citroën Rosalie » Elle est reconnaissable à sa haute calandre chromée, avec les grands chevrons Citroën. C'est un modèle de transition. On retrouve les formes carrées de la C4, mais on a quelques solutions nouvelles, comme le moteur fixé au châssis par des tampons de caoutchouc (silentblocs) au lieu de boulons rigides : Citroën appelait cela « moteur flottant ». Le modèle Rosalie a été maintenu plusieurs années après la sortie de la Traction en 1934, parce qu'il était mécaniquement plus rassurant et fournissait toute une gamme d'utilitaires très solides. Citroen Rosalie 002.jpg

Une petite voiture : la 5 HP[modifier | modifier le wikicode]

Citroën 5 HP (1922-1926)

André Citroën s'est tout de suite attaché à produire une voiture accessible au plus grand nombre. La 5 HP (ou 5 CV), est un petit cabriolet très apprécié des femmes pour sa maniabilité . À ses débuts, cette petite voiture n'existait qu'en une seule couleur : le jaune, ce qui lui a valu son surnom de petite citron. Facilement reconnaissable avec son arrière en proue de navire, elle pouvait emmener deux ou trois personnes, selon la version. Particularité : la pédale de frein est à droite, l'accélérateur est donc au milieu ! C'est la voiture des Dupont au début de Tintin au Pays de l'Or noir ! Ces voitures ont souvent roulé plus de 20 ans, bien au-delà de la Seconde Guerre mondiale.

Carrosserie en tôle clouée sur une structure de bois, pas de freins avant, 60 km/h, démarreur électrique, moteur à 4 cylindres 856 cm³, trois vitesses. Suspension à ressorts à lames. La version à trois places est surnommée « Trèfle »


Modèles de 1934 à 1940[modifier | modifier le wikicode]

1934-1940 « Traction 7 / 11 / 15 / 22 CV » Traction avant : les roues avant sont motrices. Freins hydrauliques, carrosserie monocoque surbaissée (pas de châssis) : ce sont les caractéristiques des voitures modernes, mais celle-ci est la toute première ! Et elle tient la route comme aucune autre... La plus puissante d'entre elles, la 22 à moteur V8, mythique, n'entrera finalement jamais en fabrication. Musée de l'automobile - Mulhouse - Citroen Traction - BH5A5855 (16646045901).jpg

La Traction[modifier | modifier le wikicode]

Une Traction 15 CV d'après-guerre

La Traction Citroën, mise en fabrication dès 1934, présente une quantité d'innovations qui restent présentes dans les voitures actuelles : carrosserie monocoque (pas de châssis), aérodynamique et de faible hauteur, moteur à soupapes en tête (en haut du moteur), traction avant (ce sont les roues avant qui sont motrices), freins à transmission hydraulique.

La Traction tient la route, va plus vite et consomme moins que ses prédécesseurs. Suivant les versions, elle roule de 95 à 130 km/h. Son design s'inscrit dans la suite des modèles précédents (Rosalie), mais sa ligne est plus basse et plus sportive. Aujourd'hui, on s'accorde à dire qu'elle avait trente ans d'avance sur son temps. Seule la DS parvient à la détrôner à partir de 1955.

Après-guerre : modèles des années 1945-1961[modifier | modifier le wikicode]

1945-1957 « Traction 11 / 15 CV » Après 1945, les usines bombardées sont peu à peu reconstruites et Citroën reprend la production de la Traction d'avant-guerre, avec une gamme moins étendue, tout en préparant des modèles complètement nouveaux et révolutionnaires. -20140503-citroen-11bl-1954-cc-unreg-alx.jpg
1949-1990 « 2 CV » La France de la Reconstruction a besoin d'une voiture simplifiée, bon marché, pour transporter familles et marchandises : c'est la 2 CV. Un petit moteur moderne en aluminium, ressemblant à ceux de l'aviation légère, quatre roues, une suspension confortable, traction avant, un minimum de carrosserie, et le tour est joué : cela durera 40 ans. Lorsque les frontières s'ouvrent, la petite voiture peut voyager, donnant à ses adeptes des sensations d'aventures inconnues. Lohr Mechanical Mule (1978) France (owner Michael John) pic3.JPG
1955-1975 « DS » et « ID » Un profil de fusée, des couleurs de bonbons acidulés, une suspension hydropneumatique brevetée qu'on retrouvera sur beaucoup d'autres Citroën ultérieures, mis aussi sur quelques voitures anglaises de luxe : Rolls Royce, Range Rover. Les DS et ID font parler d'elles et se vendent bien : elles sont rapides et confortables. '68 Citroën DS (Déjuner sur l'herbe '10).jpg
1961-1969 « Ami 6 » L'Ami 6 est une bizarrerie : une 2 CV améliorée, même châssis, même suspension, même moteur (juste un peu plus puissant), le tout sous une carrosserie futuriste, tourmentée, inspirée de celle de la DS. Comme d'habitude, Citroën surprend : du jamais vu sur une petite voiture ! Citroen Ami - Flickr - exfordy.jpg

Un parapluie sur quatre roues : la 2 CV[modifier | modifier le wikicode]

Citroën 2 CV. Ici, c'est un modèle belge (1956).

En 1935 commence la conception d'un modèle totalement nouveau : c'est une petite voiture capable de rouler dans un champ avec un sac de farine et une boîte d’œufs sans les casser ou les renverser. Ainsi débute le début de la conception de la 2 CV. En 1938, le projet TPV (très petite voiture ) est présenté au salon de Paris. Mais la guerre stoppe la production. Après la guerre, les gens ont besoin d'une petite voiture peu chère et solide. La 2 CV est de nouveau présentée, mais sous une forme plus aboutie. Elle est simple, légère, pas chère et elle crée l’événement : au Salon, il faut deux heures de queue pour pouvoir l'observer de près. Dans les débuts, elle roule à 60 km/h, puis elle prend des forces et, pour finir, atteint les 110 km/h.

Très appréciée des Français, elle est restée en production jusqu'en 1990 et s'est déclinée en nombreuses séries spéciales. La 2 CV tenait la route et sa suspension, ses sièges étaient souples. On pouvait donc la trouver confortable. Mais le son du moteur était en direct, et le froid aussi, en hiver. L'été, on pouvait rouler cheveux au vent grâce au toit en toile facilement pliable.

Pour en savoir plus Pour en savoir plus, lire l’article : Citroën 2 CV.

Une voiture futuriste : la DS[modifier | modifier le wikicode]

Le général de Gaulle à l'arrière d'une Citroën DS présidentielle, en 1963.

Le milieu des années 1950 est l'époque de l'irruption de la science dans la vie de tous les jours : la télévision, le stylo à bille, les matières plastiques entrent dans les foyers et à l'école. Tout le monde veut sa voiture, et si elle ressemble à un avion à réaction ou à une fusée interplanétaire, c'est mieux.

Les mêmes ingénieurs qui avaient conçu la Traction en 1934 dessinent en 1955 un objet du futur, fuselé, coloré, moulé dans des matières composites, avec un volant à une branche, une suspension hydropneumatique, une boîte, des freins et une direction assistés. Quand on accélère, la voiture lève le nez. Si l'on freine, elle redescend. Arrêtée, elle se pose presque sur le sol, comme une « soucoupe volante ».

Sous l'immense capot, une roue de secours, un radiateur, le moteur de la Traction, un peu amélioré et, surtout, les faisceaux compliqués de fils électriques et tuyauteries d'assistance hydraulique des divers organes. Tout cela emporte quatre ou cinq personnes à 140 km/h, sur des sièges de mousse épaisse.

La DS offrait un confort incroyable qui donnait l'impression à certains d'être en bateau. La DS a donné naissance à des modèles uniques comme le coupé « le Dandy » d'Henri Chapron (1960). À l'intérieur, on n'avait pas besoin d'ouvrir les vitres, car la ventilation était automatique.

Les Citroën d'aujourd'hui[modifier | modifier le wikicode]

Citroën DS3

Citroën DS3[modifier | modifier le wikicode]

La Citroën DS3 a été lancée en 2009. Elle représente le premier modèle de la gamme DS (« different spirit »). Concurrente des minis, Fiat 500 et Audi A1. Cette petite citadine branchée est ultra personnalisable, mais le prix s'en ressent. Une des nombreuses personnalisations possibles est notamment son toit disponible d'une couleur différente de la carrosserie.

Citroën C3 II[modifier | modifier le wikicode]

Citroën C3 II

La Citroën C3 a été lancée en 2009 en même temps que la DS3 (sa variante chic). Elle garde les mêmes formes rondes, mais y ajoute plus de dynamisme. Sa planche de bord laquée se rapproche du segment des mini-citadines chic. Elle fait partie des plus grosses ventes de Citroën avec la C4. De nombreuses séries spéciales agrémentent ses finitions classiques. Ses moteurs sont le 1.i et le 4.i en essence.

Citroën ds4[modifier | modifier le wikicode]

La Citroën ds4 a été lancée en 2010. Petite sœur de la ds3, elle est le deuxième modèle de la gamme ds. Mélange de coupé et de crossover, elle offre des sensations de conduite inhabituelles. Cette voiture est dotée de 5 portes, les deux portes arrière étant dissimulées. L'habitacle est le même que celui de la c4 en un peu plus luxueux. Ce modèle n'a pour l'instant pas de concurrents.

Citroën ds5[modifier | modifier le wikicode]

La Citroën ds5 est le dernier modèle né de la gamme ds. Pour beaucoup, elle est la véritable descendante de la ds d'origine. En effet, elle est totalement différente des modèles qu'elle entend concurrencer. Elle possède une carrosserie bi-corps et son intérieur est totalement inédit : il est inspiré de celui d'un cockpit d'avion. La ds5 possède également un toit en verre divisé en trois parties.

Lien externe[modifier | modifier le wikicode]

Article mis en lumière la semaine du 11 septembre 2017.


Portail de l'automobile - Tous les articles sur les automobiles.