Arrestation des Girondins à la Convention Nationale le 2 Juin 1793

« Arrestation des Girondins à la Convention Nationale le 2 Juin 1793 » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher

L'arrestation des Girondins s'est passée à la Convention Nationale pendant la journée du 2 juin 1793.

L'arrestation des Girondins

Il y a eu 80 000 Parisiens en colère qui on assiégé l'assemblée de la Convention. Les parisiens réclament la destitution et l'arrestation des députés Girondins, que l'on appelle ainsi parce que plusieurs sont originaires du département de la Gironde. Groupés autour de Brissot et Vergniaud, ils sont de leur vivant plus connus sous le nom de Brissotins. La bataille de Valmy a été gagnée le 20 septembre 1792 et la République a été instaurée ; les Girondins, adeptes d'un pouvoir décentralisé, auraient souhaité arrêter le cours de la Révolution.

Au contraire des Girondins, les députés de la Montagne (ainsi appelés parce qu'ils siègent en haut de l'Assemblée) préconisent des mesures draconiennes. Maximilien de Robespierre, leur chef, craint qu'une interruption du processus révolutionnaire n'entraîne une restauration de la monarchie. Les Montagnards font voter une loi sur le cours forcé de l'assignat et ils obtiennent le lancement d'un « emprunt forcé » sur les riches. Les Girondins qui tenaient les rênes du gouvernement, sont acculés par les groupes de pression parisiens, et impuissants à mobiliser leurs propres partisans, pour la plupart en province. Les Montagnards ayant enfin les mains libres, ils vont prendre des mesures d'exception pour contenir les périls tant extérieurs qu'intérieurs. Ce sera pendant 13 mois la Terreur, voire la Grande Terreur, sous la férule du Comité de Salut public, un gouvernement de sept membres duquel se détache la personnalité de Robespierre.

L'arrestation des Girondins commence par l'arrivée des Parisiens dans la Convention Nationale. Les Montagnards bénéficient du soutien des sans-culottes parisiens, de la Commune de Paris et du club des Jacobins. Mais ils hésitent à promulguer un prix maximum sur les denrées de première nécessité (le pain) comme le réclament les Enragés de Jacques Roux.

Portail de la Révolution française —  Tous les articles sur la Révolution française de 1789.