Accords d'Évian

« Accords d'Évian » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Photographie. Réunis sur le perron du lieu de la négociation, les sept négociateurs algériens, en manteau gris, saluent les journalistes et photographes
La délégation algérienne pendant les accords d'Évian

Les accords d’Évian ont été signés le 18 mars 1962 entre le gouvernement français (gouvernement Michel Debré) et le GPRA. Ces accords mettent fin à 8 ans de guerre entre une partie des Algériens et la France. Ils mettent fin à la domination française sur l'Algérie en décidant l'indépendance de l'Algérie. Camille Blanc était le maire d’Evian à l’époque, et il fut assassiné pour avoir accepté de prêter sa ville pour signer l’armistice. L’hôpital d’Evian porte aujourd’hui son nom.

Contexte de la signature de accords d'Évian[modifier | modifier le wikicode]

Grâce à un quadrillage serré par les militaires dans les villes et à un regroupement forcé des populations rurales, l'armée française parvient à contrôler le terrain en Algérie. Mais l'activité militaire de L'ALN algérienne continue. De plus les habitants d'origine européenne se sentant lâchés par la « politique algérienne » décidée par le président français Charles de Gaulle, ont tenté un soulèvement à Alger en janvier 1960. Le gouvernement français négocie secrètement avec le GPRA à Melun, négociations qui échouent en juin 1960.

En janvier 1961, par référendum le général De Gaulle obtient l'autorisation de mener comme il l'entend le règlement de la « question algérienne », en fait accorder l'indépendance à l'Algérie. En mai-juin 1961, les négociations reprennent à Évian, ville située sur la rive sud du Lac Léman (afin de permettre aux négociateurs algériens de pouvoir traverser rapidement le lac pour se mettre à l'abri en Suisse chaque soir). Pour éviter l'indépendance de l'Algérie, quelques généraux français tentent un Putsch à Alger du 21 au 26 juin 1961. Les soldats du contingent refusant de suivre, le putsch est un échec, mais la situation se révèle très grave. Aussi les négociations s'accélèrent entre le gouvernement français et le GPRA.

Le contenu des accords d'Évian[modifier | modifier le wikicode]

  • La France reconnait l'indépendance de l'Algérie si le cessez-le-feu est respecté.
  • La France ne demande pas de statut particulier pour les habitants d'origine européenne (les pieds-noirs).
  • La France reconnait que les territoires sahariens (où on venait de découvrir de grands gisements dhydrocarbures) font partie du territoire de l'Algérie indépendante.

La France obtenait des garanties sur la sécurité des personnes et des biens des habitants d'origine européenne, elle obtenait le maintien de troupes françaises en Algérie pour plusieurs années. Il était également prévu des accords de coopération culturelle, économique, financière et technique. OAS, qui recrutait parmi les pieds-noirs, fait des attentats. Des extrémistes du FLN en font de même. La population musulmane et la population pieds-noirs se séparèrent nettement sur l'avenir du pays.

Les accords d'Évian sont acceptés par les Français au cours du référendum du 8 avril 1962. Les Algériens votèrent le 1er juillet 1962, sur la question de l'indépendance de l'Algérie. Le vote fut très fort pour l'indépendance. Les accords d'Évian furent rapidement sans valeur (sauf sur la question de l'indépendance); la plus grande partie de la communauté pieds-noirs quitte l'Algérie pour se "rapatrier" en France métropolitaine.

Portail de l'Algérie —  Tous les articles sur l'Algérie.