Cunéiforme

« Cunéiforme » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
(Redirigé depuis Écriture cunéiforme)
Aller à : navigation, rechercher
Le nom du roi Gudéa de Lagash, écriture cunéiforme. Fin du IIIe millénaire av. J.-C.

Le cunéiforme (ou écriture cunéiforme) est l'héritier direct du plus ancien système d'écriture connu. Il a été mis au point en basse Mésopotamie entre 3400 et 3200 avant J.-C, c'est-à-dire en même temps que les hiéroglyphes égyptiens. L'écriture des Mésopotamiens était d'abord linéaire (dessin en trait continu), avant de devenir progressivement cunéiforme, c'est-à-dire « en forme de coins » (latin cuneus), à cause de l'empreinte laissée par le stylet ou calame utilisé pour tracer les caractères dans l'argile molle.

Évolution[modifier | modifier le wikicode]

L'écriture cunéiforme a évolué au fil du temps. Les Sumériens l'utilisent, puis elle est adoptée par d'autres langues parlées en Mésopotamie, comme l'akkadien, puis par des langues d'autres peuples du Proche-Orient ancien, comme l'élamite, le hittite, le hourrite. Le cunéiforme est le système dominant dans ces régions pendant tout le IIe millénaire av. J.-C. ; ensuite il disparaît lentement, et s'éteint définitivement vers le Ier siècle de notre ère.

Caractéristiques[modifier | modifier le wikicode]

Ce système est à base de phonogrammes (les caractères correspondent à des sons, des syllabes), mais comprend aussi de nombreux logogrammes (où les caractères notent des idées ou des objets). D'autres types de signes complémentaires existent (signes numériques, compléments phonétiques et déterminatifs). Les signes peuvent être regroupés pour former des mots nouveaux. Il y a plusieurs centaines de signes de base différents. La complexité de l'écriture cunéiforme était telle qu'elle est restée le domaine réservé d'une petite minorité de personnes : les scribes.

Déchiffrement[modifier | modifier le wikicode]

Le déchiffrement des tablettes en cunéiforme a commencé immédiatement après la découverte des premières tablettes, en 1767. Il a été achevé au milieu du XIXe siècle par l'assyriologue britannique Henry Rawlinson (1810-1895), parfois surnommé le « père de l'assyriologie ».

Transcription du texte du cylindre de Cyrus II le Grand, qui indique la généalogie de Cyrus et rend compte de sa conquête de Babylone, en -539.
Portail des langues —  Tout sur les langues et la linguistique