Peuples italiotes

« Peuples italiotes » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher

Dans l'Antiquité les peuples italiotes sont installés en Italie centrale et sont divisés en plusieurs groupes (parmi eux les Romains). Une grande partie de ces peuples feront la guerre à Rome lorsque celle-ci se lance à la conquête du Latium et de l'Italie à partir du Ve siècle av. J.-C.. Tous seront soumis malgré une farouche résistance.

Les différents peuples italiotes[modifier]

Les peuples italiotes s'installent dans la péninsule italienne à la fin du IIeme millénaire av. J.-C. Ils font partie d'une deuxième vague d'envahisseurs d'origine indo-europénne. La première vague d'envahisseurs semble ne pas avoir débordé de la plaine du Pô (Terramares à l'âge du bronze et Villanoviens à l'âge du fer).

Les Latins qui sont parmi les premiers installés se sont réservés les monts Albains et la plaine du Latium. Ils sont surtout des bergers vivants dans des villages établis sur les hauteurs faciles à défendre et utilisant la plaine marécageuse et malsaine (malaria) comme pâturages d'été. Ils pratiquent l'incinérationPrécision des morts dont les cendres sont mises dans des urnes en forme de modèle réduit des huttes des vivants. Au VIIIeme siècle av. J.-C., les villages sont groupés en une fédération lâche dominée par Albe dans les monts Albains. Puis les Latins se libèrent d'Albe mais sont soumis par Rome alors entre les mains des Étrusques (VIe siècle av. J.-C.). Par la suite plusieurs fois les Latins tenteront de s'affranchir de la domination romaine. Mais battus ils devront devenir les alliés de Rome. Ce n'est qu'en 90 av. J.-C., qu'ils obtiennent la citoyenneté romaine.

Les Sabins sont installés au N-NE de Rome, dans les monts de la Sabine. Ils pratiquent l'inhumationPrécision des morts. Tôt ils entrent dans l'histoire de Rome, puisque la légende raconte que pour peupler la ville récemment créée, Romulus et ses compagnons enlèvent les filles des Sabins. Pour conclure la paix entre les deux peuples, les Sabins viennent se fixer à Rome, et les successeurs légendaires de Romulus sont des rois d'origine sabine. Au VIIe siècle av. J.-C., des villages sabins sont installés sur la colline de l'Esquilin. Les Sabins ont une très grande influence sur la civilisation romaine. C'est un roi sabin, Numa Pompilius qui, selon les croyances romaines, créa la religion romaine. Les Romains portaient officiellement le nom de Quirites (c'est-à-dire habitants de Cure, une des villes du pays sabin). A sa mort Romulus est divinisé et reçoit le nom de Quirinus (qui est le dieu sabin de la guerre). Dans la légende romaine, Mars, le dieu romain de la guerre, est le père de Rémus et Romulus).

La bataille de Caudium en 321 av. J.-C. entre Samnites et Romains

Les Osques, se sont installés dans les riches régions agricoles de Campanie et d'Apulie. Ceux de Campanie seront soumis au Ve siècle av. J.-C. par leurs cousins les Samnites. Les Osques servent d'intermédiaire entre les Romains et les cités grecques implantées en Italie du Sud.

Les Samnites, cousins des Sabins, furent de redoutables adversaires pour les Romains. Derniers arrivés en Italie, ils doivent s'installer dans la montagne des Appenins. Dans cette région pauvre, ils se font bergers. Ils n'ont pas de villes mais des villages fortifiés comme Bénévent ou Caudium. Pour vivre mieux ils attaquent les plaines environnantes : l'Apulie à la fin du Ve siècle av. J.-C. et la Campanie au Ve siècle av. J.-C. Ils sont alliés des Romains dans la guerre que ces derniers doivent mener contre les Latins en 354 av. J.-C. Mais, en 342, leur attaque contre la ville campanienne de Capoue, menaçant alors les liaisons de Rome avec les cités grecques du Sud, oblige les Romains à leur déclarer la guerre. Il faudra trois guerres difficiles pour les soumettre (épisode des Fourches caudines en 321 av. J.-C.). Ils ne seront définitivement vaincus qu'en 295 av. J.-C.

Pour compléter sur le peuplement de l'Italie antique[modifier]

Portail Rome antique - Histoire romaine, langues et civilisations italiques.