Arrêt à une intersection de voies de communication

« Arrêt à une intersection de voies de communication » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher

L'arrêt à une intersection de voies de communication suppose l'immobilisation (vitesse de O km/h) du véhicule pendant un temps déterminé. Il peut s'agir de l'intersection de deux ou plusieurs voies terrestres, mais aussi d'une intersection d'une voie terrestre avec un cours d'eau ou une voie de chemin de fer.

Intersection de deux voies terrestres[modifier | modifier le wikicode]

Signal Stop et présignalisation
  • arrêt indiqué par un agent de la force publique : si l'agent se présente de face avec les bras en croix, l'arrêt est obligatoire
  • arrêt indiqué par un feu tricolore "rouge" l'arrêt est obligatoire au niveau du feu ; il y a souvent une matérialisation de la limite par une bande blanche transversale à la chaussée. Le cycliste ou le cyclomotoriste doit mettre un pied à terre (le pied droit de préférence). Le redémarrage ne peut se faire qu'une fois le feu redevenu vert. Cependant, avant de franchir l'intersection, il faut rester prudent et regarder à gauche puis à droite pour voir si la voie croisée est libre de toute circulation de véhicules.
  • arrêt indiqué par le panneau Stop ; là aussi, la limite d'arrêt est matérialisée par une ligne blanche transversale à la chaussée. Le cycliste ou le cyclomotoriste doit mettre un pied à terre (le droit de préférence). Il ne peut franchir l'intersection que s'il n'y a pas de circulation proche d'autres véhicules aussi bien à droite qu'à gauche. Le panneau Stop est souvent présignalisé par un autre panneau qui indique la distance à laquelle il faudra s'arrêter.
  • arrêt à un passage piéton avec un piéton déjà engagé ou prêt à le faire. Il faut s'arrêter et laisser le piéton franchir la voie sur laquelle on circule.

Dans les situation ci-dessus, si un véhicule de grand gabarit (camion ou autocar ou autobus) est déjà arrêté, un cycliste ou un cyclomotoriste ne doit pas le dépasser par la droite pour venir s'arrêter au niveau de la ligne blanche (le deux-roues est alors le plus souvent non-visible par le conducteur du quatre-roues). Rester derrière le véhicule.

Intersection avec une voie de chemin de fer[modifier | modifier le wikicode]

L'intersection se fait à un dispositif appelé «  passage à niveau ». Ce passage peut être à franchissement réglé par un feu rouge ou à franchissement réglé par un panneau stop

  • cas d'un franchissement réglé par un feu rouge et des barrières. Le passage à niveau est annoncé par un panneau installé bien avant le passage. Au niveau du passage, le feu rouge avec quelquefois une sonnerie est actif quelque temps avant l'arrivée effective du train. Il faut s'arrêter. Les barrières ou demi-barrière s'abaissent ensuite. Il ne faut pas chercher à passer une fois les barrières baissées. Ne redémarrer qu'une fois le feu rouge éteint et les barrières complétement levées.
  • cas d'un franchissement avec un panneau stop (généralement dans des endroits à forte visibilité sur les côtés du passage). Là aussi l'existence du passage est signalée par un panneau installé bien avant le passage. Il faut s'avancer jusqu'à la ligne stop et marquer l'arrêt. Ne franchir les voies que si l'on n'aperçoit pas ou n'entend pas l'arrivée d'un train.

Cas des ponts mobiles[modifier | modifier le wikicode]

Certains cours d'eau ou partie de ports sont équipés de pont mobiles tournant, basculant ou ouvrant qui permettent le passage des navires de grande taille. La mise en mouvement des ponts, qui interrompt la circulation terrestre entre les deux rives, est signalée par un feu rouge et le passage est bloqué par des barrières mobiles. Il faut alors se comporter comme dans le cas d'un intersection avec une voie de chemin de fer.

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Portail de la société —  Accédez aux articles de Vikidia concernant la société.