Éternuement

« Éternuement » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Personne éternuant
Déroulement par étapes d'un éternuement grâce au petit Samy.

L'éternuement est un réflexe de l'organisme déclenché lorsque que les muqueuses nasales sont irritées par un élément extérieur (poussière, pollen...) ou par une maladie virale (grippe, rhume).

Le but d'un éternuement est d'expulser rapidement et violemment les impuretés extérieures pour éviter qu'elle n'atteignent les poumons et soient nocives pour le corps : c'est un mécanisme de défense. L'éternuement est normal, mais sa fréquence varie suivant l'état de santé. Plusieurs superstitions sur l'éternuement existent. Les particules projetées par l'éternuement peuvent aller à une vitesse de 34 km/h.

Nettoyer le nez[modifier | modifier le wikicode]

Les narines sont les orifices du nez chargés de filtrer l'air que l'on inspire. L'intérieur est tapissé de poils et de mucus qui captent les éléments indésirables emportés par l'air pour les empêcher de passer plus loin dans l'organisme. Dans certains cas, ces éléments sont suffisamment petits pour être poussés vers l’œsophage et l'estomac afin d'être éliminés. Dans d'autres, ils sont trop gros. Le nez a des récepteurs qui détectent alors leur présence et envoient un signal au cerveau en passant par les nerfs. Le cerveau va envoyer des signaux pour provoquer l'inspiration d'un grand volume d'air puis contracter les muscles expirateurs (ceux de la cage thoracique et ceux du visage). L'air sort du nez à une vitesse moyenne de 16 km/h, ce qui est trois fois plus vite que la marche. Cela explique le bruit parfois provoqué.

Les déclencheurs[modifier | modifier le wikicode]

Ce qui provoque les éternuements est varié. Cela peut être des poussières ou certaines substances irritantes comme le poivre. Les pollens qui volètent dans l'air peuvent provoquer des éternuements chez les personnes souffrant d'allergie, parce que l'organisme de ces personnes reconnait les pollens comme étrangers et ordonne leur évacuation.

Lorsque l'on est enrhumé, on éternue davantage. Tant que l'intrus n'est pas évacué, les éternuements se répètent. On parle alors de sternutation.

Les conséquences[modifier | modifier le wikicode]

Il n'est pas du tout recommandé de s'empêcher d'éternuer. Si on se pince le nez, la pression de l'air qui ne peut pas sortir peut endommager l'oreille interne.

On remarque que tout le monde ferme les yeux lors d'un éternuement. Cela s'explique par le fait que beaucoup de nerfs du visage sont contractés. Et parmi ceux-ci, il y a le nerf facial qui contracte les paupières.

Il faut tout de même faire attention car l'expiration peut être brusque et puissant et on peut se cogner.

Lorsque l'on éternue, pour éviter de propager les virus qui pourraient être évacués dans les gouttelettes expirées, il faut se protéger soit avec un mouchoir soit avec le creux du coude. Il faut aussi se laver les mains après une crise d'éternuements.

Le bruit[modifier | modifier le wikicode]

L'onomatopée française qui correspond à l'éternuement est atchoum.

Mais ce n'est pas vraiment ce que l'on entend !

Le bruit et l’intensité de l’éternuement est différent pour chaque personne.

Mais si on décomposait cette onomatopée, on pourrait observer que : le « A » fait penser à la grande inspiration que le corps prend juste avant, le « T » fait penser au son de l’air qui sort du nez, le « CHOU » fait penser à l’air qui sort de la bouche et le « M » termine l’éternuement. Une fois que l’air est sorti, on a tendance à fermer la bouche, comme pour prononcer un M.

Le savais-tu.png
Le savais-tu ?
Soumis à l'éternuement !
Lors d'un éternuement, les yeux se ferment toujours. Ceci est un réflexe, action spontanée et involontaire, le cerveau n'y intervenant donc pas. Le corps aura la même réaction à chaque éternuement.
Portail de la médecine —  Tous les articles sur la médecine, les médecins, les maladies...
Portail du corps humain —  Accédez aux articles de Vikidia concernant le corps humain.