Voûte

« Voûte » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Pour la signification des chiffres, cliquez pour agrandir l'image.

Une voûte est la surface courbe appuyée sur les murs ou poteaux d'une construction. Elle sert de plafond à une salle.

Les voûtes sont faites d'un assemblage de mortier répandu sur un coffrage en bois qui est démonté après le séchage ou de pierres taillées posées sur un coffrage qui sera démonté une fois que toutes les pierres sont assemblées.

Le problème de la voûte est son poids qui pèse sur le haut des murs la soutenant. Pour éviter l'écartement du haut des murs et l'effondrement de la voûte, les bâtisseurs ont mis au point diverses techniques de construction.

Avant les Romains[modifier | modifier le wikicode]

Les préhistoriens ont identifié une forme de pré-voûte en encorbellement (par empilement de pierres plates) dans les salles et couloirs des grandes sépultures de l'époque néolithique, comme les chambres du cairn de Barnenez, en Bretagne, ou celles du tumulus de Bougon, dans le Poitou.

Plus tard, l'Ancien Empire égyptien s'y est essayé dans les couloirs et galeries des premières pyramides : par exemple, dans la grande galerie de la pyramide de Chéops.

La Grèce mycénienne (celle de l'Âge du bronze et de la guerre de Troie) développe une véritable architecture de la voûte en encorbellement, faite de pierres soigneusement taillées et appareillées, placées à l'horizontale en surplomb très progressif jusqu'à la fermeture du sommet. Les pierres des tombes mycéniennes ne tiennent en place que par le poids de la terre ou de la maçonnerie disposée tout autour et au-dessus de la structure, comme dans le Trésor d'Atrée ou la porte des Lions de Mycènes. On finit par obtenir une voûte ou une coupole lisse, maintenue sous une colline artificielle, l'ensemble formant un tumulus.


Rome antique[modifier | modifier le wikicode]

Les voûtes romaines sont presque toujours en plein cintre. Les Romains utilisaient beaucoup la coupole et la demi-coupole (appelée aussi voûte en cul-de-four) pour couvrir les salles de grandes dimensions. À la fin de l'Empire, ils mettent au point la voûte d'arête(s).

Voûtes du Moyen Âge[modifier | modifier le wikicode]

Voûte romane[modifier | modifier le wikicode]

La voûte romane, comme la voûte romaine, est en plein cintre, construite en une lourde maçonnerie de mortier et moellons (des pierres non taillées) :

  • La voûte en berceau est un demi-cylindre entre des arcs doubleaux (gros arcs qui prennent naissance sur les piliers) ;
  • La voûte d'arêtes est obtenue par l'intersection de deux berceaux qui se croisent à angle droit.

Dans les deux cas, le poids énorme de la voûte repose sur les murs, qui ont tendance à s'écarter. On les en empêche par des murs très épais et de lourds contreforts extérieurs.


Voûte gothique[modifier | modifier le wikicode]

Tout change avec la voûte gothique qui repose non pas directement sur les murs, mais sur des nervures (ogives croisées) qui elles-mêmes convergent vers des piliers. La voûte d'arêtes devient une croisée d'ogives beaucoup plus légère.

Grâce à cette nouvelle méthode, la poussée ne s'exerce plus sur le mur entier, mais sur le sommet des piliers : cette poussée modérée peut être facilement compensée par des arcs-boutants, au lieu de contreforts. Le mur lui-même ne reçoit plus la poussée : il n'est plus porteur, on peut l'évider par des fenêtres (souvent ornées de vitraux) qui laissent entrer une abondante lumière.


Images sur les différents types de voûtes Vikidia possède une catégorie d’images sur les différents types de voûtes.

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Liens externes[modifier | modifier le wikicode]

Article mis en lumière la semaine du 1er janvier 2018.
Portail de l'architecture —  Tout sur les monuments et les architectes célèbres.