Viaduc

« Viaduc » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Viaduc de Glenfinnan (Écosse). Il apparaît dans la série des Harry Potter.
Viaduc de Brusio, dans le canton suisse des Grisons.

Un viaduc est un pont routier ou ferroviaire de grande longueur, constitué d'éléments semblables répétés.

Les premiers viaducs étaient destinés aux chemins de fer, comme le viaduc de Meudon, puis on a donné le nom de viaduc à de très grands ponts routiers ou autoroutiers, comme le viaduc de Millau.

Viaducs ferroviaires[modifier | modifier le wikicode]

Viaducs en maçonnerie[modifier | modifier le wikicode]

Viaduc de Meudon (1840)[modifier | modifier le wikicode]

La ligne de Paris-Montparnasse à Versailles-Chantiers est la 3e ouverte en France. Elle traverse à Meudon un paysage vallonné dans lequel l'ingénieur Marc Seguin a dû creuser de profondes tranchées et édifier l'un des premiers grands viaducs au monde. On constate qu'il a été fort bien réalisé, puisqu'il existe encore de nos jours, supportant des trains lourds depuis près de deux siècles sans donner de signes de faiblesse. Il a même été élargi, en 1935, puis électrifié.

Viaduc de Göltzschtal (1851)[modifier | modifier le wikicode]

Viaduc de Göltzschtal

Le viaduc de Göltzschtal (Göltzschtalbrücke), sur la ligne de Dresde à Plauen, en Saxe (Allemagne), est le plus grand pont en brique du monde.

Sa longueur est de 574 m et sa hauteur de 78 m, sur quatre étages et 81 arches. Il est composé de plus de 26 millions de briques.

Viaduc de Göltzschtal

Viaduc de Chaumont (1857)[modifier | modifier le wikicode]

Le viaduc de Chaumont (654 m de long) a été construit à Chaumont (Haute-Marne) en quinze mois seulement, en 1857, sur la ligne de chemin de fer de Paris à Mulhouse. Il est entièrement en maçonnerie, sur un système complexe de trois étages d'arcs à entretoises. Le premier étage est accessible aux piétons.

Viaduc de Chaumont

Viaducs métalliques[modifier | modifier le wikicode]

De nouveaux types de viaducs routiers et ferroviaires apparaissent avec les progrès de la sidérurgie, à la fin du XIXe siècle.

Premières recherches au Royaume-Uni[modifier | modifier le wikicode]

Des ingénieurs comme Thomas Telford, Robert Stephenson, Isambard Kingdom Brunel expérimentent toutes les techniques connues à leur époque : maçonnerie, charpente, fonte, pont tubulaire, pont à chaînes, premiers arcs en poutrelles métalliques rivetées.

  • Le viaduc routier et ferroviaire High Level Bridge, à Newcastle-upon-Tyne, par Robert Stephenson, 1849, est à deux niveaux, sur et sous arcs.
  • Le pont Britannia, qui relie l'île d'Anglesey à la terre ferme, est un viaduc ferroviaire tubulaire, imaginé et construit par Robert Stephenson en 1850. Il a été converti en viaduc à deux niveaux (rail, autoroute) en 1970.
  • Le Royal Albert Bridge, à Plymouth, par Isambard Kingdom Brunel, 1859, allie toutes les techniques connues à cette époque : suspension à chaînes, poutre à treillis en X, arcs tubulaires rivetés.

Viaducs à arches métalliques de Gustave Eiffel[modifier | modifier le wikicode]

L'ingénieur français Gustave Eiffel a exploité les nouvelles possibilités du fer puddlé (wp) : tour Eiffel, mais aussi, avec les mêmes techniques, le viaduc de Garabit, en Auvergne, et le pont Maria Pia, à Porto.

Viaducs à poutres en treillis[modifier | modifier le wikicode]

Pour des portées plus grandes, les mêmes ingénieurs ont recours à des viaducs à tablier en poutre à treillis, comme le viaduc des Fades (wp), en Auvergne, ou le viaduc de la Souleuvre (wp), en Normandie, aujourd'hui reconverti en centre de saut à l'élastique.


Viaducs équilibrés (à cantilever)[modifier | modifier le wikicode]

Un peu avant 1900 sont mis en service des viaducs ferroviaires à structure équilibrée, comme le pont du Forth (wp), à Edimbourg ou, dans un style très différent, le viaduc du Viaur (wp), entre Rodez et Albi.

Ponts à tréteaux[modifier | modifier le wikicode]

Les ponts à tréteaux sont une technique de construction rapide de viaducs ferroviaires très populaire en Amérique du Nord à la fin du XIXe siècle, menée à bien par des charpentiers et des poseurs de rivets acrobates, avec les moyens disponibles sur place : le pont de Kinzua (wp), en Pennsylvanie, et le tracel de Cap-Rouge (wp), à Québec, (de l'anglais trestle, « tréteau ») sont des exemples très connus. Les tréteaux ont d'abord été en bois, puis en éléments métalliques démontables, assemblés par rivetage à chaud. Ces viaducs spectaculaires peuvent atteindre de très grandes longueurs et hauteurs.

Viaducs autoroutiers[modifier | modifier le wikicode]

Avec les nouvelles techniques du béton précontraint, le XXe siècle a vu la construction de viaducs autoroutiers un peu partout dans le monde, comme le pont de l'île de Ré (wp), en béton précontraint (1988) ou la Strada sopraelevata, une autoroute urbaine (1965) qui traverse en viaduc la ville de Gênes.

Lien externe[modifier | modifier le wikicode]

Portail des techniques — Tous les articles sur les moyens de transport, l'informatique, les outils et les matériaux…