Symbolisme

« Symbolisme » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
(Redirigé depuis Symboliste)
Aller à : navigation, rechercher
La toilette (Gustave Moreau)

Le symbolisme est un mouvement littéraire et artistique né en France à la fin du XIXe siècle. Ce mouvement accorde beaucoup d'importance à la relation entre une idée abstraite et la manière de la représenter. Pour se démarquer du naturalisme, qui est un autre mouvement artistique qui introduit la science dans l'art, les symbolistes s'organisent et développent leur propre courant. Pour eux, le monde est plus que la simple description scientifique prônée par les naturalistes.

Dans le domaine de la poésie, c'est surtout Paul Verlaine et Stéphane Mallarmé mais aussi Arthur Rimbaud, Villiers de L'Isle-Adam et plusieurs autres.

Parmi les peintres, on peut citer par exemple Gustav Klimt ou Gustave Moreau.

Dans la musique, Claude Debussy et Erik Satie sont à retenir.

Baudelaire et Rimbaud[modifier | modifier le wikicode]

Une autre toile de Moreau

Ces deux auteurs sont les précurseurs de ce mouvement. Le poème Correspondances de Baudelaire est caractéristique du symbolisme. Le voici

Correspondances
La Nature est un temple où de vivants piliers
Laissent parfois sortir de confuses paroles ;
L'homme y passe à travers des forêts de symboles
Qui l'observent avec des regards familiers.


Comme de longs échos qui de loin se confondent
Dans une ténébreuse et profonde unité,
Vaste comme la nuit et comme la clarté,
Les parfums, les couleurs et les sons se répondent.


Il est des parfums frais comme des chairs d'enfants,
Doux comme les hautbois, verts comme les prairies,
-- Et d'autres, corrompus, riches et triomphants,


Ayant l'expansion des choses infinies,
Comme l'ambre, le musc, le benjoin et l'encens,
Qui chantent les transports de l'esprit et des sens.

Arthur Rimbaud a écrit ce poème, lui aussi très représentatif de ce courant :

Voyelles
A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu : voyelles,
Je dirai quelque jour vos naissances latentes :
A, noir corset velu des mouches éclatantes
Qui bombillent autour des puanteurs cruelles,


Golfe d'ombre ; E, candeur des vapeurs et des tentes,
Lances des glaciers fiers, rois blancs, frissons d'ombrelles ;
I, pourpres, sang craché, rire des lèvres belles
Dans la colère ou les ivresses pénitentes ;


U, cycles, vibrements divins des mers virides,
Paix des pâtis semés d'animaux, paix des rides
Que l'alchimie imprime aux grands fronts studieux ;


O, suprême Clairon plein des strideurs étranges,
Silences traversés des Mondes et des Anges :
-- O l'Oméga, rayon violet de Ses yeux !

Liens externes[modifier | modifier le wikicode]

Portail de la littérature —  Tous les écrivains, les poètes, les romans…