Garçon devant un ordinateur.jpg
Hollie Little Pink Laptop.jpg
Communauté  • Livre d'or
Ce sont des enfants, des adolescents et des adultes qui écrivent les articles de Vikidia. Venez rédiger, enrichir par exemple un des 300 articles importants et encore trop courts !

Syllogisme

« Syllogisme » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Aristote, copie romaine d'après Lysippe.

Dans la logique selon Aristote, un syllogisme est un raisonnement logique en trois temps, où deux propositions (également appelées prémisses) conduisent à une conclusion.

Exemple[modifier | modifier le wikicode]

Par exemple, dans le syllogisme « Tous les hommes sont mortels ; or, Socrate est un homme ; donc, Socrate est mortel », on a deux prémisses, supposées vraies :

  • Tous les hommes sont mortels : cette prémisse est dite « majeure » ;
  • or, Socrate est un homme : cette prémisse est dite « mineure » ;

et une conclusion :

  • donc, Socrate est mortel.

Littérature[modifier | modifier le wikicode]

Dans le Bourgeois gentilhomme de Molière, le maître de philosophie propose à M. Jourdain d'étudier les différentes formes du syllogisme : Barbara, Baralipton...


MONSIEUR JOURDAIN. — Qu’est-ce que c’est que cette logique ?
MAÎTRE DE PHILOSOPHIE. — C’est elle qui enseigne les trois opérations de l’esprit.
MONSIEUR JOURDAIN. — Qui sont-elles, ces trois opérations de l’esprit ?
MAÎTRE DE PHILOSOPHIE. — La première, la seconde et la troisième. La première est de bien concevoir par le moyen des universaux. La seconde est de bien juger par le moyen des catégories et la troisième de bien tirer une conséquence par le moyen des figures : Barbara, Celarent, Darii, Ferio, Baralipton, etc.
MONSIEUR JOURDAIN. — Voilà des mots qui sont trop rébarbatifs. Cette logique-là ne me revient point.

Molière, Le Bourgeois gentilhomme, acte II, scène IV.


Portail de la philosophie —  Accédez aux articles de Vikidia concernant la philosophie.