Suspension

« Suspension » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher

La suspension, sur un véhicule, est conçue pour épargner aux passagers, aux marchandises transportées et à la mécanique du véhicule les chocs dus aux irrégularités de la route.

La suspension est un ensemble d'organes mécaniques qui relient les roues aux masses suspendues : châssis, moteur, carrosserie. Elle est généralement constituée de ressorts et d'amortisseurs.

On distingue les suspensions à roues indépendantes et les suspensions « à essieu rigide » où les roues sont montées par paires sur un même axe ou essieu.

Carrosse à soupentes de cuir

Véhicules hippomobiles[modifier | modifier le wikicode]

Châssis en bois souple[modifier | modifier le wikicode]

Les premières voitures connues, dès l'Antiquité et l'âge du bronze, peuvent reposer sur des poutres longitudinales en bois flexible qui fait ressort à la manière d'un arc.

Suspension à lame unique[modifier | modifier le wikicode]

Voiture anglaise à ressorts elliptiques, 1890.

On connaît dès l'Antiquité des véhicules à ressort métallique longitudinal : c'est le cas du char celte qui accompagne le cratère géant de la tombe princière de Vix.

Suspension à soupentes de cuir[modifier | modifier le wikicode]

Les voitures du XVIIe siècle ont une caisse « suspendue » à un châssis rigide à poutre unique supportant les essieux et les roues, par l'intermédiaire de soupentes constituées de longues bandes de cuir. La rupture d'une de ces soupentes pouvait être la cause d'accidents graves par versement de la voiture.

Au XVIIIe siècle est introduit le châssis à deux poutres qui retient la caisse en cas de rupture d'un anneau de suspension, ce qui apporte une beaucoup plus grande sécurité.

Ressort elliptique en lames d'acier (XIXe siècle)

Lames métalliques[modifier | modifier le wikicode]

Le début du XIXe siècle voit apparaître des suspensions à lames d'acier (ressorts à lames cintrées, dès 1805), issues des nouvelles inventions de la révolution industrielle. La caisse devient autoporteuse, c'est-à-dire qu'on n'a plus de châssis, mais que la carrosserie est supportée par un système de ressorts lui-même fixé par paires à chacun des essieux.

Automobiles[modifier | modifier le wikicode]

Ressort à lames, sur un véhicule militaire.
Ressort hélicoïdal et amortisseur, sur une Lotus 18

Ressorts à lames[modifier | modifier le wikicode]

Les premières automobiles reprennent les suspensions à lames des voitures à chevaux, puis les ressorts se perfectionnent, pour aboutir aux lames semi-elliptiques accompagnés d'amortisseurs, toujours en usage sur les véhicules lourds : camions, véhicules militaires, engins de travaux publics.

Ressorts hélicoïdaux[modifier | modifier le wikicode]

Les ressorts hélicoïdaux (avec amortisseurs hydrauliques) sont montés sur la plupart des voitures depuis le milieu du XXe siècle. Ces systèmes sont simples, robustes et confortables. Ils contribuent aussi à une très bonne tenue de route, et donc à la sécurité des voitures modernes.

Barres de torsion[modifier | modifier le wikicode]

Les barres de torsion sont un autre système de suspension fondé sur les propriétés d'élasticité des barres d'acier. On les trouvait, par exemple, sur les petites Renault 4 et 5.

Suspension hydropneumatique[modifier | modifier le wikicode]

La suspension hydropneumatique est un type de suspension très élaboré, basé sur la suspension oléopneumatique mise au point par Citroën sur la Traction et la DS 19, en 1954-55. La suspension hydropneumatique, très confortable, n'est disponible que sur certaines Citroën (Xantia, C5, C6), sur des Range Rover, des Rolls Royce et aussi sur la Peugeot 405 Mi 16.

Portail des techniques — Tous les articles sur les moyens de transport, l'informatique, les outils et les matériaux…
Portail de l'automobile - Tous les articles sur l'automobile.