Station spatiale internationale

« Station spatiale internationale » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Le nord de l'Europe vu depuis l'ISS
Assemblage d'éléments par des astronautes
Photo de l'ISS en 2011

La Station spatiale internationale (International Space Station, ISS) est une station spatiale construite et assemblée en collaboration entre plusieurs pays. Elle est en orbite autour de la Terre à une altitude d'environ 400 km. Elle abrite des laboratoires scientifiques.

Construction[modifier | modifier le wikicode]

C'est la remplaçante de Mir qui a été détruite volontairement en 2001. La construction de l'ISS commence en 1998 avec le module russe Zarya et se terminera en 2017 avec l'assemblage du module russe Nauka et du Bras Télémanipulateur Européen. Ensuite, elle doit rester en fonction jusqu'en 2024. Ce projet montre qu'il est possible de faire travailler ensemble des équipes nationales. Les principales agences spatiales nationales sont concernées comme la NASA (agence des États-Unis), Roscosmos (agence russe), l'ESA (agence européenne) et Jaxa l'agence japonaise.

Des navettes de gros cargos ou de petits vaisseaux Soyouz emportent les composants de la station spatiale régulièrement. En même temps, les équipages de scientifiques sont changés et le ravitaillement est livré.

Une fois terminée, elle pèsera 420 tonnes. Elle fonctionne grâce à des panneaux solaires qui fournissent l'électricité. La station se déplace en altitude à une vitesse de 27 700 km/h, en faisant le tour de la Terre 16 fois par jour.

C'est quoi la station spatiale internationale ?[modifier | modifier le wikicode]

Pour préparer les voyages spatiaux, tester les effets de l'espace sur la physiologie humaine ou éprouver la résistance de nouveaux matériaux, la Station spatiale internationale est un véritable laboratoire volant qui orbite au dessus de nos têtes.

Laboratoire[modifier | modifier le wikicode]

La station spatiale internationale est un laboratoire qui orbite au dessus de nos têtes à environ 400 km d'altitude. Le premier des quinzaine de modules qui la composent a été lancé en 1998. Son agrandissement se poursuit encore aujourd'hui, puisqu'un module gonflable expérimental ("BEAM" Bigelow Expandable Activity Module) a été ajouté pour des tests. Cette station qui constitue le plus gros satellite artificiel de la Terre (110 mètres de long pour 74 de large) jamais mis en orbite, est le fruit des efforts associée des agences spatiales américaines, russes, européennes, japonaises et canadiennes. Elle succède à la Station russe Mir qui, arrivée en fin de vie, a volontairement été désorbitée le 23 mars 2001. Gigantesque structure de 450 tonnes, la station spatiale internationale est habitée depuis le 2 novembre 2000. Des équipes de techniciens et de chercheurs s'y relaient et ont déjà assuré plus de 15 ans de présence humaine continue dans l'espace.

Collecter des données[modifier | modifier le wikicode]

Le ravitaillement est effectué par différents vaisseaux (Progress, HTV, Dragon, ...). Les vaisseaux y apportent des vivres (nourriture, eau), du matériel et du carburant, et sont utilisés pour stocker les déchets produits à bord pendant le séjour des astronautes. Puis ils sont détachés et finissent par se consumer dans l'atmosphère. Certains astronautes ne demeurent à bord de l'ISS que quelques semaines, d'autres y passent parfois plus d'un an. Le record est actuellement détenu par le cosmonaute russe Guennadi Padalka qui a totalisé 803 jours de présence à bord de l'ISS, répartis sur 4 missions.

Ces séjours de longue durée permettent de collecter des données sur les effets de la micropesanteur et des radiations spatiales sur le corps humain. Autant d'éléments pour préparer de futures missions spatiales habitées lointaines, ou même la colonisation d'autres planètes. Ainsi, l'astronaute américain Scott Kelly a passé 340 jours à bord de l'ISS. Et comme il a un frère jumeau (qui lui est resté sur Terre), des études génétiques comparatives ont permis de détecter des perturbations dans l'expression des gènes causées par les radiations spatiales. L'occasion de constater une fois de plus, les effets de l'absence de gravité sur la masse musculaire (qui se réduit) ainsi que sur la densité osseuse.

Préparer les futurs voyages spatiaux[modifier | modifier le wikicode]

Les expériences sur l'ISS ne se limitent pas à la recherche de la médecine. Les botanistes par exemple, ont montré qu'il était possible de faire pousser des végétaux dans l'espace et même de les consommer. Le jardinage pourrait donc constituer non seulement une source de subsistance pour les futures missions spatiales mais aussi une occupation lors des missions de longue durée. Les chercheurs ont également testé le potentiel germinatif de graines soumises au vide spatial.

La Station spatiale internationale a accueilli des milliers d'expériences pour tester la résistance des matériaux. À bord, les équipes ont également testé des équipements électroniques et notamment une imprimante 3D. Un outil conçu pour travailler dans une absence de gravité, elle est capable d'imprimer facilement des pièces simples dont les plans peuvent être transmis sous la forme de fichiers depuis la Terre.

Galerie[modifier | modifier le wikicode]

Vidéos[modifier | modifier le wikicode]

Images[modifier | modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Portail de l'astronautique —  Tous les articles sur les technologies de l'espace.