Sphinx de Wallace

« Sphinx de Wallace » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Sphinx de Wallace
Un sphinx de Morgan, trompe déroulée, dans un musée. Le sphinx de Wallace est une sous-espèce de sphinx de Morgan, encore plus grande.
Un sphinx de Morgan, trompe déroulée, dans un musée. Le sphinx de Wallace est une sous-espèce de sphinx de Morgan, encore plus grande.
Nom(s) commun(s) Sphinx de Morgan
Nom scientifique Xanthopan morgani praedicta
Classification sous-espèce de sphinx de Morgan - papillon de la famille des sphinx
Répartition Madagascar
Milieu de vie forêt dense
Régime alimentaire nectarivore (pour l'adulte)
Dessin d'Alfred Wallace de 1867 (bien avant la découverte du sphinx de Wallace !) montrant un papillon inconnu, à la trompe très longue, pollinisant une orchidée de Darwin
Dessin d'Alfred Wallace de 1867 (bien avant la découverte du sphinx de Wallace !) montrant un papillon inconnu, à la trompe très longue, pollinisant une orchidée de Darwin
voir modèle • modifier

Le sphinx de Wallace (nom scientifique : Xanthopan morgani praedicta) est un papillon de nuit de très grande taille, originaire de Madagascar. C'est une sous-espèce du sphinx de Morgan. Il est notamment célèbre parce que Charles Darwin (en 1862), puis Alfred Wallace (en 1867) avaient « prédit » son existence, bien avant sa découverte en 1903.

Histoire d'une prédiction[modifier | modifier le wikicode]

En 1862, Charles Darwin s'intéresse à la pollinisation des orchidées. Il étudie les orchidées de son Angleterre natale, mais aussi des spécimens plus exotiques, que lui expédie son ami, M. Bates, comme l'Angraecum sesquipedale - plus connue sous le nom d'étoile de Madagascar, d'orchidée comète, ou, plus récemment, d'orchidée de Darwin.

Beaucoup d'orchidées ont, au niveau de la fleur, une sorte de tube, l'éperon, à l'intérieur duquel se trouve le nectar. Ce nectar, produit par la fleur, attire les papillons qui s'en nourrissent. Les papillons, notamment les sphinx, qui pollinisent ces orchidées, ont une longue trompe (le proboscis), qu'ils gardent habituellement enroulée dans leur bouche, et qui leur sert à aspirer le nectar dans l'éperon. Lorsqu'un papillon introduit sa trompe dans l'éperon, sa tête touche les étamines et se couvre de pollen, qu'il va transporter d'une fleur à l'autre.

Des fleurs d'orchidée de Darwin. On distingue bien le long éperon, vert, qui pend en dessous des fleurs blanches.

Dans le cas de l'orchidée de Darwin, cet éperon est étonnamment grand, et mesure entre 32 et 35 cm de long, avec seulement 2 ou 3 cm de nectar dans le fond ! Cette curiosité avait intrigué les naturalistes, qui se demandaient à quoi pouvait bien servir un tel éperon... Charles Darwin avait proposé qu'il devait certainement exister, à Madagascar, un papillon avec une trompe d'environ 30 cm de long, et qui buvait le nectar de l'orchidée... C'était simplement qu'on ne l'avait encore jamais observé.

Cette idée a beaucoup fait rire à l'époque. Mais un autre naturaliste, Alfred Wallace, partageait ce point de vue qu'il devait exister un papillon encore inconnu à Madagascar, avec une trompe extrêmement longue. Dans un article de 1868, il explique en détail sa théorie, et publie même un dessin de l'hypothétique papillon, en train de polliniser l'orchidée.

A cette époque, le sphinx de Morgan, qui vit en Afrique de l'Est, et dont la trompe, déroulée, peut atteindre 25 cm de long, est déjà connu (il a été décrit bien avant, en 1856). Il est même cité comme exemple (avec des papillons d'Amérique du Sud) par Darwin, pour montrer que des papillons avec une trompe très longue existent, et que son idée n'est pas si farfelue que ça...

En 1903, un nouveau papillon est découvert à Madagascar. Ce n'est pas vraiment une nouvelle espèce, mais plutôt une sous-espèce de sphinx de Morgan, avec une trompe encore plus longue : 30 cm ! Cela collait parfaitement à la description de Darwin et Wallace. Walter Rothschild, qui a décrit cette nouvelle sous-espèce, l'a baptisé Xanthopan morgani praedicta, « praedicta » voulant dire « prédit », en l'honneur de la prédiction d'Alfred Wallace.

Cependant, même si, quarante ans plus tard, on avait finalement prouvé que Darwin avait raison, et qu'il existait bien à Madagascar un sphinx géant, rien ne prouvait encore que c'était bien le sphinx de Wallace qui pollinisait l'orchidée de Darwin... Ce n'est qu'en 1997, 130 ans plus tard, qu'une équipe de scientifiques a pu vérifier ce fait. Ils ont trouvé des orchidées de Darwin dans la nature, et installé des caméras à proximité, qui se déclenchaient en cas de mouvement. C'est ainsi qu'ils ont pu obtenir la première photographie du sphinx de Wallace en train de visiter l'orchidée, exactement comme les naturalistes du XIXème siècle l'avait prédit !

Description et mode de vie[modifier | modifier le wikicode]

En dehors de ce fait, le sphinx de Wallace reste très mal connu. La forêt dense malgache, où il vit, est difficile d'accès, et il a encore été assez peu observé. L'orchidée de Darwin est une plante épiphyte, qui pousse au sommet de grands arbres, parfois très séparés les uns des autres. On ignore totalement, par exemple, s'il se nourrit d'autres fleurs, en dehors de l'orchidée.

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Top web ![modifier | modifier le wikicode]

  • photographie d'un sphinx de Wallace, en train de butiner une orchidée de Darwin
Portail de Madagascar —  Tous les articles sur Madagascar.
Portail des insectes —  Tous les articles sur les insectes.