Favicon Vikidia.png Les associations Vikidia et Wikimédia France ont besoin de vous ! Wikimedia France logo.svg

Les associations Vikidia et Wikimédia France ont besoin de votre aide pour participer à une enquête sur les contributeurs et visiteurs de Vikidia. Cela ne vous prendra que 10 minutes et nous permettra de mieux vous connaître et d'améliorer l'encyclopédie.
Vous avez du 12 juillet au 30 septembre pour y répondre. Nous vous en remercions par avance !

Répondre au sondage !

Sophie Germain

« Sophie Germain » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Sophie Germain à 14 ans. Illustration provenant de Histoire du socialisme, vers 1880

Sophie Germain est née en 1776 dans une famille bourgeoise à Paris. Sophie Germain est une mathématicienne, physicienne et philosophe française. Malgré le fait qu'elle ai fait progresser les mathématiques et la physique elle est longtemps restée dans l'ombre.

Sa passion pour les mathématiques[modifier | modifier le wikicode]

Elle s'intéresse jeune au mathématiques et commence à les apprendre seule. Son père essaye de la dissuader car à l'époque les sciences étaient "une affaire d'homme" mais décide finalement de la soutenir devant sa détermination.

Sophie Germain fut obligée de suivre les cours de l’École polytechnique par correspondance et en se faisant passer pour un homme, Antoine-Auguste Leblanc, car les femmes n'y étaient pas admises. C'est également sous ce nom qu'elle communique avec un de ses professeur le mathématicien Joseph-Louis Lagrange qui finit par découvrir la vérité et avec qui elle devient amie.

Sa plus grande contribution aux mathématiques fut une partie de la démonstration du grand théorème de Fermat. Ce théorème partiel porte son nom. En conséquence une certaine catégorie de nombre porte aussi son nom, les nombres premiers de Sophie Germain.

Honneurs et postérité[modifier | modifier le wikicode]

En 1816, c'est la première femme à remporter le prix des Sciences Mathématiques de l'Académie des sciences et à assister à des cours sur son seul mérite.

En 1831, elle meurt d'un cancer du sein avant de pouvoir recevoir le titre honorifique décerné par l'Université de Göttingen recommandé par Carl Friedrich Gauss. Son certificat de décès ne reconnaîtra pas son activité de chercheuse.

Bibliographie[modifier | modifier le wikicode]

Portail de la philosophie —  Accédez aux articles de Vikidia concernant la philosophie.
Portail des mathématiques —  Les nombres, la géométrie et les grands mathématiciens.