Garçon devant un ordinateur.jpg
Hollie Little Pink Laptop.jpg
la cabane  • le Livre d'or
Ce sont des enfants, des adolescents et des adultes qui écrivent et qui font la maintenance de Vikidia. Participez vous aussi !

Simone Veil

« Simone Veil » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Confusion Ne pas confondre avec Simone Weil !
Simone Veil, en 2008

Simone Veil, née le 13 juillet 1927 à Nice (France) sous le nom de famille Jacob et morte le 30 juin 2017 à Paris, est une femme politique française, plusieurs fois ministre, membre du Conseil constitutionnel et de l'Académie française.

Elle est connue pour avoir dépénalisé l'avortement, en 1975. Par cette loi, elle est restée comme une figure du féminisme.

Biographie[modifier | modifier le wikicode]

Une rescapée des camps de concentration[modifier | modifier le wikicode]

Simone Veil est issue d'une famille juive mais non pratiquante : elle n'a jamais foulé l'entrée d'une synagogue. Elle passe son enfance comme une jeune fille normale sous le soleil de Nice. Pourtant, lorsqu'elle n'a que 16 ans, elle est arrêtée par 2 SS (soldats nazis) du fait de sa religion. Elle est envoyée dans un camp de concentration avec sa sœur et sa mère qui décédera du typhus dans ce camp. Simone reviendra vivante avec sa sœur.

Une femme engagée en politique[modifier | modifier le wikicode]

Une fois sauvée des camps de concentrations, Simone Jacob a fondé une famille avec Antoine Veil (wp), dont elle prend le nom, puis embrassé une carrière dans la magistrature où elle montre un fort attachement à ses convictions : en tant qu'inspectrice de l'état des prisons, elle mène un combat acharné pour améliorer les conditions de détention des prisonniers, déplorables à cette époque. Elle se fait donc remarquer dans le milieu politique.

Nommée ministre de la Santé en 1974 par le président Valéry Giscard d'Estaing, elle va se lancer dans une lutte pour légaliser l'avortement. Adoptée grâce à ses efforts le 17 janvier 1975, la « loi Veil » enlève la punition donnée aux femmes lorsqu'elles interrompent volontairement leur grossesse. Cette loi évite la mort de nombreuses femmes pauvres à cause d'un avortement clandestin.

Huée lorsqu'elle présente la loi, elle prononce cette phrase qui convaincra les députés, essentiellement des hommes, à accepter cette loi : « Je voudrais vous faire partager une conviction de femme : aucune femme ne recourt de gaieté de cœur à l'avortement. Il suffit d'écouter les femmes. C'est toujours un drame et cela restera toujours un drame. Nous ne pouvons plus fermer les yeux sur les 300 000 avortements qui, chaque année, mutilent des femmes de ce pays, qui bafouent nos lois et qui humilient et traumatisent celles qui y ont recours. ».

Elle est aussi la première femme à présider le parlement européen de 1979 à 1982. Plus tard, elle a aussi été nommée ministre des affaires sociales, de la Santé et de la Ville de 1993 à 1995. Elle a terminé sa « vie politique » en siégeant au Conseil constitutionnel de 1998 à 2007. Elle finit sa vie comme immortelle à l'Académie française depuis 2008.

Elle a publié une autobiographie en 2007 intitulée Une vie, dont les premiers chapitres sont un témoignage sur la vie en déportation.

Simone Veil meurt en juin 2017 et, un an plus tard, sera inhumée lors d'une cérémonie solennelle au Panthéon, temple dont le fronton est : « Aux grands hommes la patrie reconnaissante ».

Simone Veil défendant l'IVG à l'Assemblée nationale, en novembre 1974.

Liens externes[modifier | modifier le wikicode]

Francestubmap.png Portail France —  Accédez au portail sur la France.
Portail de la politique —  Tous les articles sur la politique.