Septième continent de plastique

« Septième continent de plastique » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher

Le Septième continent de plastique, scientifiquement nommé Vortex de déchets du Pacifique nord, est un amoncellement de déchets plastiques formé avec le temps au Nord de l'Océan Pacifique. Cette zone a hérité d'un grand nombre de surnoms dont "soupe plastique" ou "grande zone d'ordures du Pacifique".

Une plage sur une île proche du vortex de déchets du pacifique nord

Découverte[modifier | modifier le wikicode]

Cet amoncellement de déchets a été découvert en 1997 par l'océanographe Charles J. Moore. Le continent n'est pas visible depuis les images satellites, car il est recouvert d'une fine surface d'eau.

Caractéristiques[modifier | modifier le wikicode]

On estime la masse de déchets à sept millions de tonnes, dont près de 270 000 tonnes flottant. Toutefois, ces nombres s'accroissent de jour en jour, dû au rejet de déchets plastiques dans les océans. Le vortex occupe déjà une surface de 1,6 millions de km² (ou trois fois la surface de la France).1 Le Vortex se situe entre les côtes Californiennes et Japonaises.

Problématiques[modifier | modifier le wikicode]

Ce septième continent pose beaucoup de problèmes :

  • le premier, est le fait qu'il pollue énormément les eaux, et les sols, ce qui entraîne des problèmes sanitaires graves, car les micro-particules de plastique vont se retrouver dans les végétaux qui puisent leurs ressources dans le sol, mais aussi dans la viande des animaux qui mangent ces végétaux, et surtout, dans les poissons qui n'ont aucun intermédiaire entre l'eau polluée et eux.
  • le second problème, tout aussi important, est le fait que ce septième continent entraîne la mort de nombreuses espèces marines (poissons, tortues, requins etc.), qui vont se faire piéger par le plastique2, ou vont ingurgiter des sacs plastiques, en les confondant avec des méduses, et vont s’étouffer avec, exemple très courant chez les tortues.

Solutions envisagées[modifier | modifier le wikicode]

3

  • L'utilisation de plastiques biodégradables, à partir notamment à partir de protéines. Bien que rapidement décomposé et sans conséquences sur la nature, il ne répond pas au second problème qui a été posé ci-dessus : le fait que ce septième continent entraîne la mort de nombreuses espèces marines (poissons, tortues, requins etc.), qui vont se faire piéger par le plastique, ou vont ingurgiter des sacs plastiques, en les confondant avec des méduses, et vont s’étouffer avec, exemple très courant chez les tortues.
  • La deuxième solution, serait des bactéries, qui attaqueraient les sacs plastiques. Ces bactéries, peuvent ronger le bitume des routes ! Le problème qui se pose, est de connaître la réaction de ces protéines dans l'eau, et contrôler leurs actions pour qu'elles ne s'attaquent qu'au septième continent ?

Origine des déchets[modifier | modifier le wikicode]

Vidéo d'1 minute 30 de la NASA, expliquant la formation des continents de déchets à l'échelle mondiale.

On estime que 80 à 90 % des déchets proviennent des fleuves, selon une expédition menée en 20144. Ils sont entraînés par des courants dans le pacifique, formant deux principales zones d'accumulation des déchets. On estime que chaque seconde, 100 tonnes (100 000 kilogrammes) de plastique finit dans les océans.5 Les déchets déversés seraient la cause d'erreurs dans le tri sélectif, ou d'abandons de déchets dans la nature (décharges sauvages). Entre 2010 et 2025, la mauvaise gestion des déchets pourrait être multipliée par 10, ce qui représenterait 50 à 130 millions de tonnes déversées dans les océans chaque année6

Références[modifier | modifier le wikicode]

Portail de la protection de la Nature —  Tous les articles sur la protection de l'environnement.