Semaine sanglante

« Semaine sanglante » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Gustave Boulanger, La Villette cernée par les troupes versaillaises, mai 1871 (vers 1871), Paris, musée Carnavalet.

La semaine sanglante (21-28 mai 1871) désigne la répression violente de la Commune de Paris. Cette semaine opposa 130 000 soldats sous les ordres d'Adolphe Thiers qu'on désigne sous le terme de « Versaillais », à 30 000 communards, qui tenaient alors Paris depuis l’insurrection du 18 mars 1871. Les morts sont nombreux, 1000 pour les Versaillais, mais surtout et 20 000 pour les communards. Suite à cela, la Commune disparaît, et laisse place à la Troisième République, qui s'installe durablement en France. Les communards arrêtés, s'ils n'ont pas été directement assassinés, ont souvent été déportés vers les bagnes français, ou simplement emprisonnés.

La semaine sanglante, et notamment les nombreux partisans communards assassinés par les troupes versaillaises, sont commémorés dans de nombreux courants de la gauche française, et même au-delà.

Postérité dans la chanson[modifier | modifier le wikicode]

Une chanson nommée La Semaine Sanglante a été composée par le chansonnier Jean-Baptiste Clément en 1871 à Paris et chantée sur l'air du Chant des Paysans de Pierre Dupont. Elle était dédiée Aux fusillés de 71 !

Elle a été traduite en plusieurs langues, et reprise par de nombreux chanteurs du XXe siècle1.

La chanson Le Temps des cerises, composée avant les événements, et aussi souvent associée à la mémoire de la Commune de Paris et des victimes de la Semaine sanglante.

Références[modifier | modifier le wikicode]

Sources[modifier | modifier le wikicode]

Portail de Paris — Tous les articles concernant Paris et sa banlieue.
Journal-des-chemins-de-fer-image-titre.png Portail du XIXe siècle - Tous les articles concernant les années 1801 jusqu'à 1900.