Seigneurie

« Seigneurie » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher

Pendant le Moyen Âge, la seigneurie est un territoire sur lequel le seigneur exerce son autorité. Les seigneuries ont pris place dans l'Europe occidentale dont la société était féodale.

Géographie[modifier | modifier le wikicode]

La seigneurie est composée du château, du village, des bois et des terres agricoles. Ces terres sont divisées en deux parties : la réserve (exploitée grâce aux corvées, et par les serfs, pour l'usage du seigneur) et les tenures (en location aux paysans de la seigneurie).

Le château typiquement un château fort, surplombe l'ensemble seigneurial, (souvent placé en hauteur de façon à avoir une vision sur leurs terres) permettant au seigneur de dominer son territoire. Il abrite les richesses du seigneur et lui sert de demeure, mais est aussi équipé de nombreux systèmes défensifs car les paysans s'y réfugient en temps de guerre.

Le village est peuplé par les paysans, dits vilains.

Les tenures sont prêtées aux paysans qui les cultivent par leurs propres moyens. Il doivent en échange verser au seigneur le cens.

La réserve seigneuriale, située autour du château, est le domaine que le seigneur se réserve. Elle est cultivée par ses domestiques, mais aussi par les vilains sous formes de corvées.

Fonctionnement[modifier | modifier le wikicode]

Les paysans vivent dans des villages et cultivent les tenures en l'échange du paiement d'impôts seigneuriaux : ils payent en argent le cens et en nature le champart et le terrage. La réserve du seigneur est cultivée par les paysans qui n'en tirent nul profit et les revenus sont pour le seigneur : ce sont les corvées que les paysans jugent très pénibles. Les paysans sont aussi soumis à de nombreuses autres redevances : ils doivent payer des banalités pour pouvoir utiliser le four, le moulin ou le pressoir.

Le seigneur exerce les pouvoirs politiques sur sa seigneurie : il a le droit de ban qui est le symbole de la justice du seigneur, et détient aussi le pouvoir de haute justice selon lequel il peut condamner à mort (dans des cas graves). Un cadre juridique définit les relations entre les paysans et le seigneur : le seigneur doit protéger les paysans qui, en échange, ont des obligations à son égard. Ils sont d'ailleurs taxés pour la sécurité qu'on leur offre.

Le seigneur pouvait tout aussi bien être un ecclésiastique qu'un laïc : les conditions ne varient alors nullement. De même, certains paysans appelés « serfs » ne sont pas libres et sont rattachés à la seigneurie, qu'ils ne peuvent pas quitter.

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Société paysanne au XIVe siècle.jpg Portail du Moyen Âge —  Tous les articles sur le Moyen Âge.