Garçon devant un ordinateur.jpg
Hollie Little Pink Laptop.jpg
la cabane  • le Livre d'or
Ce sont des enfants, des adolescents et des adultes qui écrivent et qui font la maintenance de Vikidia. Participez vous aussi !

Science arabe

« Science arabe » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Reconstitution d'une pharmacie traditionnelle

Les sciences arabes se sont épanouies en terres d'Islam entre les VIIIe et XVe siècles et répandues par le biais d'une langue écrite de plus en plus riche dans tout l'empire arabo-musulman, pendant l’« Âge d'or islamique ».

Des traductions, accompagnées de lectures critiques, de la quasi-totalité des ouvrages de l'Antiquité gréco-romaine ont couvert les domaines de la physique, des mathématiques, de l'astronomie, de la géographie, de la botanique et de la médecine. La langue arabe a joué le rôle de langage universel en science pendant plusieurs siècles. L’adjectif « islamique » désigne le cadre culturel dans lequel ces nouvelles sciences sont nées et se sont développées, en grande partie grâce à la bibliothèque de recherche de la maison de la sagesse de Bagdad, fondée par le calife Al-Ma’mûn.

En parallèle, dès la fin du Xe siècle, de nouveaux instruments et de nouvelles techniques ont commencé à circuler en Europe. Les savants se sont également beaucoup déplacés.

L'expansion arabe[modifier | modifier le wikicode]

A la mort du Prophète Mahomet, en 632, la péninsule arabique est une zone tampon entre l'empire de Perse et Byzance. La quête de l’ilm, du savoir, est un devoir religieux et l’épistémologie occupe une place centrale dans la philosophie islamique.

Un véritable mécénat, alimenté par des califes, des princes et des banquiers, s'organise pour acquérir des manuscrits, créer des bibliothèques et des observatoires.

La démocratisation de l'utilisation du papier après la bataille de Talas en 751, provoque une véritable révolution culturelle : des milliers d’œuvres sont diffusées jusque dans les plus petites mosquées et madrasas.

De leur côté, les traducteurs des VIIIe et IXe siècles s'appuient sur la langue littéraire utilisée en poésie pour exprimer les nouvelles notions philosophiques et scientifiques, que ce soit dans le domaine de l'abstraction ou des perceptions sensorielles. Ils ont utilisé avec succès deux procédés linguistiques :

  • la dérivation qui permet de créer de nouveaux mots à partir d’une racine commune ;
  • l’analogie qui permet, en s'appuyant sur la similitude de forme, de créer de nouveaux mots par comparaison.

Les observatoires et l'astronomie[modifier | modifier le wikicode]

Constellation du Lièvre par Al-Sufi
Relevé de la position d'une étoile
Dans le cadre central, signe du lion associé au soleil. Dans les vignettes figurent les planètes des cinq sections du signe : Saturne, un genou à terre, en homme noir et barbu, torse nu et hache à la main ; Mercure symbolisé par un scribe, un codex ouvert à la main ; Jupiter, en homme de loi en turban, assis en tailleur ; Vénus, en femme musicienne jouant du luth ; Mars peint en guerrier casqué, sabre levé et tenant une tête décapitée.

Dans le monde islamique, l’astronomie permet de fixer les heures des prières, la direction de La Mecque, le début du Ramadan, et le calendrier des douze mois lunaires.

Les catalogues d’étoiles ont été très populaires, en particulier le Livre des étoiles fixes d’Al-Sufi (en 964) et celui du prince-astronome Ulug Beg au XVe siècle1.

Les astrolabes et les globes célestes offraient une représentation cartographique des étoiles :

  • au centre de l'astrolabe se trouve une grille de coordonnées, qui est un cadre avec des points représentant les étoiles fixes, du pôle nord céleste jusqu’au tropique du Capricorne ;
  • les globes célestes donnent une vision complète du ciel et intègrent l’ensemble des constellations.

Au début du IXe siècle le calife al-Ma ‘mûn crée les premiers observatoires jumeaux, près de Bagdad et dans les faubourgs de Damas.

Au Xe siècle, la dynastie des Bouyides encourage la construction de bâtiments en dur pour abriter des appareils de grande taille, pour les observations solaires et stellaires.

AU XIIIe siècle, c'est dans l'observatoire de Maragha, au nord-est de l'Iran, que furent réalisées les premières tables du mouvement des planètes.

Le dernier grand observatoire en Islam fut celui de Samarcande, fondé au XVe siècle par le prince mongol Ulug Beg.

L'astrologie[modifier | modifier le wikicode]

L'astrologie est considérée comme une branche de l’astronomie appliquée2. On consulte les astrologues pour décider du lieu et de la date de la fondation d’une ville, pour Bagdad ou Le Caire, par exemple.

Elle est utilisée également en médecine : au moment de l'accouchement par exemple, les astrologues établissent l'horoscope du nouveau-né et son amulette.

Un astrologue a signalé l'influence de la lune sur les marées.

Cartographie terrestre[modifier | modifier le wikicode]

Table de l'Europe d'après Ptolémée

C'est la traduction de la Geographia de Claude Ptolémée, écrite au IIe siècle, avec sa liste des coordonnées de quelques 8 000 lieux du monde connu, qui servira de base à la cartographie terrestre médiévale.

Pour en savoir plus Pour en savoir plus, lire l’article : Système de Ptolémée.

Les premières cartes du monde arabo-musulman sont des documents militaires ou administratifs et des projets urbanistiques.

Les cartes de Ptolémée seront améliorées grâce aux découvertes suivantes :

  • la mesure de la circonférence de la Terre commandée par le calife al Ma’mûn, au IXe siècle ;
  • l’établissement de centaines de tables de nouvelles coordonnées géographiques et astronomiques ;
  • l’introduction de la notion de méridien central 0° passant par le Sri Lanka ;
  • le recours à la trigonométrie sphérique au Xe siècle.
  • la réduction de la longueur de la Méditerranée de 10° ;
  • la séparation de l’Inde et de l’Afrique (qui étaient réunies par Ptolémée) ;
  • l’élargissement du monde connu entre 15° et 20° vers l’Est.
Tabula Rogeriana d’Al-Idrîssî, 1154 (réorientée)

La carte du monde d’Al-Idrîssî en 70 feuillets a été commandée au XIIe siècle par Roger II de Sicile.

Des cartes-itinéraires indiquent les étapes de pèlerinage, les relais de poste, les caravansérails ; elles donnent les directions et les distances entre la Mecque et les principales villes de l’empire.

La chimie et l'alchimie[modifier | modifier le wikicode]

Portrait de Geber
Portrait de Geber et de son maitre, publicité Liebig 1929

L’alchimie arabe, qui remonte à la fin de l’antiquité égyptienne, a été transmise par l’école d’Alexandrie. Elle s’intéressait à la transmutation des métaux vils en métaux précieux. Sa pratique était gardée secrète, et transmise de maître à apprenti.

Ses apports sont nombreux :

  • description et classification systématique de plusieurs substances ;
  • perfectionnement des techniques de laboratoire : distillation, sublimation, calcination, mise en solution, cristallisation, fusion, réduction ;
  • applications pratiques en teinturerie, cosmétique (fards et parfums), pharmacie, alimentation (huile et sucre) et hygiène (détergents à base de soude et savons).

Le chimiste le plus célèbre du Moyen Âge islamique est Jabir Ibn Hayyan au VIIIe siècle : son laboratoire se trouvait à Koufa, en Iraq. Il est connu en France sous la forme latinisée de son nom, Geber. Il proclama l'importance de l'expérimentation, devenue la base des techniques et du vocabulaire de laboratoire en Occident. Il ajoute aux quatre éléments « racines de toute chose » (eau, air, terre et feu), le mercure et le soufre. Ses livres ont justifié la quête de la pierre philosophale. Il a découvert l'acide chlorhydrique et l'acide nitrique, et généralisé la distillation et la cristallisation, qui sont devenues les fondements de la chimie moderne.

La mécanique[modifier | modifier le wikicode]

Représentation par David Roberts en 1838

Les moulins à vent et à eau se sont répandus de l’Extrême Orient à l’Espagne, grâce aux mécaniciens musulmans : c'est une nouvelle source d’énergie utilisée pour moudre les céréales et amener l’eau dans les champs ou dans les villes3.

L'invention de la sâqia, actionnée par la force animale, et de la noria, actionnée par la force du courant, permettent d'élever les eaux jusqu’aux terres à irriguer.

Au IXe siècle, le Livre de la mécanique des frères Banou Moussa est un véritable traité d’hydraulique. Ils ont inventé le siphon concentrique simple et double, et la vanne conique servant à contrôler l’écoulement des fluides, qui n’apparaîtront en Occident qu’avec Leonard de Vinci.

Abbas Ibn Firnas est connu pour plusieurs inventions (les verres de lecture, une horloge à eau, une machine à couper les pierres et une sorte de métronome) mais surtout pour son expérimentation des ailes à voler inspirées des ailes d'Icare.

Au XIIIe siècle, l’ingénieur Al-Jazari a inventé les roues à segments dentés, pour un modèle de noria (Livre des appareils mécaniques) et de nombreux automates4.


Médecine et pharmacie[modifier | modifier le wikicode]

La pratique de la médecine islamique médiévale est basée sur les écrits de Galien sur la physiologie humaine : la maladie est provoquée par un déséquilibre dans le tempérament du patient. Les remèdes prescrits peuvent être un aliment, une boisson, une activité physique ou des massages pour rééquilibrer les humeurs5.

Les médecins n'ont le droit de pratiquer qu'après avoir obtenu l’ijaza dans ce domaine, par compagnonnage avec d'autres savants.

Les nombreux hôpitaux accueillent les malades de toute religion ou ethnie. D'après le traité de déontologie publié au IXe siècle par Ishaq bin Ali al-Rohawi, les médecins doivent respecter des obligations envers leurs patients, quelle que soit leur richesse ou leur niveau social6. Les hôpitaux musulmans médiévaux employaient du personnel infirmier de sexe féminin. Les malades contagieux étaient isolés.

Personnalités célèbres[modifier | modifier le wikicode]

Statue d'Averroès à Cordoue
  • Al-Râzî (Rhazès en Occident) donne une des premières descriptions permettant de diagnostiquer la variole et la rougeole7 ;
  • Ibn Sîna (Avicenne en Occident) a publié le Canon de la médecine, ouvrage de référence dans les universités européennes jusqu’au XVIIe siècle8 ;
  • Ibn al-Nafîs découvre le principe de la circulation pulmonaire9 ;
  • le médecin persan Ali Ibn-Abbas al-Majusi a écrit un manuel de médecine et de psychologie10 ;
  • le chirurgien al-Zahrawi11 ;
  • Averroès : le médecin doit maîtriser sept disciplines, l'anatomie, la diététique, la pathologie, la symptomatologie, l'alimentation, l'hygiène et la thérapeutique12.

Chirurgie[modifier | modifier le wikicode]

Instruments de chirurgie
Anatomie de l'oeil

La dissection et l’autopsie, qui étaient courantes à l’école d’Alexandrie, ne sont plus pratiquées sur l'homme. Mais dans le cadre de blessures de guerre, d’accidents ou d’exhumation de cadavres, les médecins ont l'occasion de corriger leurs connaissances théoriques et d'améliorer leur savoir sur l’anatomie et l’ostéologie.

Au XIe siècle, le dernier tome de l'encyclopédie médicale d'Abu al-Quasim décrit plusieurs techniques chirurgicales ainsi que des instruments. Ce traité a été traduit en latin à Tolède, en hébreu à Marseille et en turc13.

Les chirurgiens anesthésient leurs patients à l’aide d’une éponge soporifique imbibée de substances aromatiques et narcotiques avant chaque intervention14. L’éther aurait été synthétisé par Jebbar au VIIIe siècle ; mais c’est Paracelse (1493-1541), connu pour avoir séparé la chimie de l'alchimie, qui définira son mode de préparation et ses propriétés analgésiques.

Les opérations les plus fréquentes sont les calculs rénaux, les hernies et la réimplantation de dents.

L’ophtalmologie fait des progrès considérables en particulier pour la cataracte15, en utilisant une aiguille creuse pour l'extraction par aspiration douce.

Le Traité d'optique d'Ibn al-Haytham (Alhazen), paru en 1021, est connu en Europe sous le nom latin d’Opticae Thesaurus16. Les savants s'intéressent aux lentilles et à la manière dont les instruments coniques dévient et focalisent la lumière. Ils découvrent le processus de réfraction. La lumière existe indépendamment de la vision, elle se meut avec une très grande vitesse finie17. Roger Bacon fut l’un des premiers Européens à prendre conscience de l’importance de cet héritage.

Averroès, dans son Colliget, attribue à la rétine et non au cristallin les propriétés de photorécepteur.

Pharmacie[modifier | modifier le wikicode]

Muhtasib contrôleur du poids des aliments

Des officines sont ouvertes dans les grandes villes et chaque hôpital a son laboratoire pharmaceutique où les préparations sont contrôlées par un inspecteur, le al-muhtasib.

Les pharmaciens disposent d’une très grande variété de composants botaniques, minéraux et animaux, qu'ils analysent selon les quatre qualités habituelles (le froid, le chaud, le sec et l’humide), elles-mêmes graduées en quatre degrés d'intensité.

Ils se basent sur la traduction du De materia medica de Dioscoride qu'ils enrichissent grâce à la diversité géographique des fournisseurs botaniques : dans cet ouvrage, chaque plante est figurée dans sa totalité, de manière stylisée.

Al-Kindî a établi les formules mathématiques permettant de calculer le rapport entre le degré d’intensité des qualités d’un composant et l’effet recherché18.

Un catalogue des médicaments composés a été publié par Ibn Biklârish (1085-1110)19.

Mathématiques[modifier | modifier le wikicode]

Démonstration géométrique du théorème de Pythagore par Abu l-Wafa

C'est en 825 qu'al-Khwarizmi utilise le système décimal positionnel indien avec neuf chiffres et le zéro.

Les savants arabo-musulmans ont ajouté une dimension pratique aux travaux théoriques des mathématiciens grecs, en architecture, en comptabilité commerciale et finances du trésor public, en division des héritages et arpentage, en cartographie et en astronomie.

Ils ont mis au point l'al-jabr (l’algèbre) et la trigonométrie, en lien avec l'astronomie.

L'étude de la projection stéréographique par al-Battânî a des conséquences directes pour la cartographie.

Les mathématiques sont présentées sous une forme versifiée, pour faciliter la mémorisation des formules20.

Références[modifier | modifier le wikicode]

Sources[modifier | modifier le wikicode]

Liens internes[modifier | modifier le wikicode]

Liens externes[modifier | modifier le wikicode]


Portail des langues —  Tout sur les langues et la linguistique
Icone chateau.png Portail de l'Histoire —  Toute l'Histoire, de la préhistoire, jusqu'à aujourd'hui.