Saturnidé

« Saturnidé » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
(Redirigé depuis Saturnidés)
Aller à : navigation, rechercher
Petits paons de nuit, mâle (devant, en bas) et femelle (derrière, en haut).

Les saturnidés (nom scientifique : Saturnidae) sont une famille de papillons de nuit. C'est la famille des saturnies, qui rassemble quelques-uns des plus grands papillons du monde.

Taille[modifier | modifier le wikicode]

On trouve parmi les saturnidés des papillons de très grande taille : dans plusieurs régions du monde, certains des plus grands papillons appartiennent à cette famille.

L'Atlas, et son cousin, l'Hercule (à peine plus petit) ont une envergure d'environ 26 cm, soit un peu moins que la sorcière blanche qui atteint 29 cm et est donc considérée comme le plus grand papillon de nuit du monde. Cependant, contrairement à la sorcière blanche, les saturnidés ont des ailes beaucoup plus larges, avec une surface plus importante : ainsi, si la sorcière blanche a effectivement les ailes les plus longues du monde, c'est l'Atlas qui a les plus grandes, par la surface. Il vit en Asie, tout comme l'Hercule, mais les saturnidés sont également présents dans d'autres régions du monde : en Amérique du Nord, la saturnie Cécropia et le Polyphème sont les plus grands de tous les papillons de nuit. En Europe, le grand paon de nuit est le plus grand de tous les papillons, devant le sphinx tête de mort, plus petit (mais plus lourd).

Le papillon comète de Madagascar vit, comme son nom l'indique, à Madagascar. Capable d'atteindre 15 cm d'envergure, c'est un très grand papillon, mais certainement pas le plus grand du monde ; cependant, les ailes du mâle sont prolongées par des pointes qui le font mesurer jusqu'à 30 cm de long, ce qui en fait le plus long papillon du monde, et même l'un des plus longs insectes au monde.

Noms[modifier | modifier le wikicode]

Les saturnidés doivent leur nom au nom scientifique du petit et du grand paon de nuit, Saturnia. Beaucoup d'espèces de saturnidés sont appelés saturnies en français, mais aussi bombyx : cela vient du fait que ces papillons étaient autrefois classés dans le genre Bombyx, comme le bombyx du mûrier, dont la chenille est le ver à soie. Aujourd'hui, suite aux découvertes scientifiques, la classification a évolué, et les saturnidés ne sont plus classés dans la même famille que les « vrais » bombyx, mais, cependant, le nom de « bombyx » est resté en français pour les plus grands d'entre eux.

Beaucoup de papillons de la famille des saturnidés portent par ailleurs des noms issus de la mythologie grecque, notamment, pour les plus grands, des noms de géants ou de titans, comme l'Atlas (du nom du titan qui porte le monde sur ses épaules), l'Hercule (du nom du héros), le Polyphème (qui porte le nom du fameux cyclope de l'Odyssée), ou encore le Prométhée...

Élevage[modifier | modifier le wikicode]

Le ver à soie Tussah est réputé pour la soie de grande qualité qu'il produit. Il fait l'objet d'un élevage traditionnel en Inde, et a même été introduit en France, afin de tenter de remplacer le ver à soie.

Comme le ver à soie, la chenille des saturnidés tisse un cocon de soie dans lequel elle s'enferme avant de se métamorphoser en chrysalide, puis en papillon adulte. Certaines espèces de saturnidés sont même élevés pour la production de soie. En France, le ver à soie Tussah, la saturnie du chêne du Japon, et le bombyx de l'ailanthe ont été introduits au XIXème siècle, afin d'essayer de remplacer le ver à soie atteint alors de maladie.

Beaucoup de saturnidés sont des papillons colorés et de grande taille : ils font souvent l'objet d'un élevage, par des passionnés qui veulent les observer.

Intérêt scientifique[modifier | modifier le wikicode]

En France, Jean-Henri Fabre a décrit l'élevage du grand paon de nuit, qui lui a permis de découvrir les phéromones : les femelles des saturnidés (ainsi que beaucoup d'autres papillons) comme le grand paon de nuit émettent dans l'air une sorte de parfum, appelé phéromone, qui attire les mâles. Les mâles saturnidés possèdent de très grandes antennes en forme de râteau, qui leur permettent de détecter les phéromones des femelles, parfois à des kilomètres, et de venir à leur rencontre. Fabre a ainsi eu la surprise de découvrir que le papillon qu'il avait élevé était une femelle, et de retrouver sa maison envahie par un essaim de mâles... Il a prouvé que s'il plaçait sa femelle sous une cloche de verre (qui permettait de la voir, mais bloquait les odeurs), les mâles n'étaient pas attirés, alors que s'il la mettait sous une cloche de grillage très fin (qui laissait passer les odeurs, mais ne permettait pas de la voir), les mâles arrivaient, preuve qu'ils détectaient bien la femelle par l'odeur, et non pas par la vue.

Quelques espèces[modifier | modifier le wikicode]

Portail des animaux —  Tous les articles sur les animaux !