Sans-culottes

« Sans-culottes » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher

En France, les sans-culottes sont les acteurs principaux de la période révolutionnaire entre 1792 et 1794. Les sans-culottes se recrutent en ville parmi les artisans, leurs ouvriers et les boutiquiers (petits commerçants).

Portrait du sans-culotte[modifier | modifier le wikicode]

Un sans-culotte

Son nom lui vient du fait qu'il ne porte pas la culotte (pantalon court s'arrêtant sous le genou) et les bas comme la bourgeoisie ou la noblesse. Il porte un pantalon long tombant sur les chevilles. De plus, il est vêtu d'un gilet ou d'une veste courte, appelée carmagnole faits en étoffe commune. Sur la tête, il porte un bonnet rouge avec la cocarde tricolore, en souvenir du bonnet phrygien porté par les esclaves affranchis.

Comme armement, du moins au début, il dispose d'un pique, de sabres, de haches qu'il remplacera avantageusement par un fusil récupéré lors des échauffourées avec les forces de police ou l'armée.

Le sans-culotte tutoie les autres personnes qu'il qualifie de citoyen et citoyenne et non plus de monsieur et madame. Certains adoptent comme prénoms les noms des héros romains de la période républicaine (Brutus, Gracchus...).

Que veulent les sans-culottes ?[modifier | modifier le wikicode]

Les sans-culottes veulent plus que la révolution politique.Ils sont partisans de :

  • l'égalité politique (donc la fin du système censitaire mis en place par la Constitution de 1791)
  • la fin de la vie chère qui leur crée de grands problèmes pour leur approvisionnement quotidien. Ils veulent la réquisition de la nourriture chez les paysans (qui, mal payés, ne livrent plus leurs productions). Ils veulent des mesures contre les commerçants-accapareurs qui stockent leurs marchandises sans les mettre en vente, afin de les raréfier et de provoquer une hausse des prix. Ils veulent que le gouvernement fixe un prix maximum (la taxation) sur les denrées de première nécessité. Enfin, ils réclament la redistribution des fortunes en faveur des défavorisés ou au moins un impôt forcé sur les riches.
  • la lutte contre les prêtres catholiques réfractaires qui ont refusé le serment de fidélité à la Révolution et poussent leurs fidèles à désobéir voire à prendre les armes contre la Révolution. Certains sont favorables à la déchristianisation
  • de lutter jusqu'à la mort contre les souverains européens qui veulent anéantir la Révolution et pour cela, ils sont volontaires pour s'engager dans l'armée.

Comment les sans-culottes agissent-ils ?[modifier | modifier le wikicode]

Pour se faire entendre les sans-culottes se réunissent dans leurs sections de quartiers et dans les clubs les plus démocratiques (le club des Cordeliers à Paris). Là, ils discutent, rédigent des pétitions qu'ils vont porter en délégations aux représentants du peuple jusque dans la salle de réunion de l'Assemblée législative.

S'ils ont l'impression que les hommes politiques ne les écoutent pas, ils prennent les armes et participent à des insurrections (20 juin 1792, 10 août 1792, massacres de septembre 1792, 31 mai et 2 juin 1793, journées des 4 et 5 septembre 1793...)

Les sans-culottes ont des amis parmi les hommes politiques :

Portail de la Révolution française —  Tous les articles sur la Révolution française de 1789.