Sénat romain

« Sénat romain » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
(Redirigé depuis Sénat (Rome antique))
Aller à : navigation, rechercher
Voir les articles homonymes Attention, à ne pas confondre ! Pour les sujets ou articles dits homonymes, voir : Sénat.

Dans la Rome antique, le Sénat est la seule autorité permanente face à des magistrats dont la durée du mandat est annuelle.

Origines du sénat romain[modifier | modifier le wikicode]

Pendant la période monarchique du VIIIe au VIe siècles av. J.-C., le roi était assisté d'un conseil, le sénat. Ses membres, choisis par le roi étaient les chefs des grandes familles patriciennes. Comme ces hommes étaient âgés on les appelait les pères conscrits (patres conscripti). D'après la tradition, les sénateurs étaient cent à l'origine, puis ils sont 300 (cent par tribu à partir du règne de Tarquin l'Ancien).

Le Sénat était chargé de conseiller le roi, de préserver les coutumes (censure des mœurs) et d'accepter (ou rejeter) les décisions de l'assemblée du peuple.

Le Sénat propose la personne qui sera élue roi par les comices curiates.

Le sénat romain pendant la République[modifier | modifier le wikicode]

Séance du sénat romain. Reconstitution imaginaire par un artiste italien en 1889

Désignation des sénateurs[modifier | modifier le wikicode]

Les sénateurs sont nommés à vie. Pour remplacer les sénateurs morts, jusqu’en 315 av. J.-C. les cent membres du sénat sont nommés par les consuls en exercice parmi les anciens magistrats de la cité. Puis à partir de 315, les censeurs désignent les nouveaux sénateurs à partir d'une liste (l'album). Là figurent tous les anciens dictateurs, les anciens censeurs, les anciens consuls encore en vie, puis progressivement les préteurs, les édiles et les questeurs figurent sur la liste des « sénatorisables ». Ils sont classés par ordre de leur entrée en fonction, de leur rang social (un patricien passe devant un plébéien) et leur âge (un ancien passe devant un plus jeune). Les sénateurs étaient donc des gens âgés (mais à partir du début du Ie siècle av. J.-C., l'âge minimum est rabaissé à 30 ans). Jusqu'au début du Ie siècle av. J.-C. il y avait 300 sénateurs, Jules César porta leur nombre à 900 (en y incorporant ses partisans et des non-Romains)

Les sénateurs forment une caste. Ils se marient entre eux. Il est interdit à un homme d'une famille sénatoriale, à l'origine uniquement des patriciens, d'épouser une plébéienne. Mais une patricienne peut épouser un plébléien, les enfants ne seront pas patriciens (à Rome, la filiation se fait par les hommes). Cependant à partir de 367 av. J.-C. la loi accepte qu'un des deux consuls pourra être d’origine plébéienne (et en 342 un consul sur deux devra être plébéien). En 356 la dictature s’ouvre aux plébéiens. En 339 la censure leur est ouverte et en 330 les sacerdoces (Grand Pontife et augures) également. À partir de 315, les censeurs doivent faire entrer des magistrats plébéiens (dont les tribuns et les édiles plébéiens) au Sénat (jusque-là composé uniquement de patriciens).

À partir du IIIe siècle av. J.-C. de fait patriciens et plébéiens ayant eu un ancêtre de rang consulaire forment une nouvelle couche sociale : la nobilitas. C'est dans les rangs de la nobilitas que les censeurs choisissent les sénateurs.

Les sénateurs devaient disposer d’une certaine fortune et il leur était interdit d’exercer des activités lucratives ou commerciales. C’est donc surtout une fortune foncière (les terres) qui leur assure indépendance. Pour cette raison les terres prises pendant les conquêtes seront très recherchées par les familles sénatoriales (ces terres constituent une partie du butin dont les généraux (les consuls) se réservent une bonne part).

Le rôle-clé du sénat romain[modifier | modifier le wikicode]

Le Sénat doit être consulté, et doit leur donner un avis favorable, par les magistrats qui souhaitent présenter au vote des comices un texte de loi.

Le Sénat, aidé des questeurs gère les finances de l'État (les dépenses).

Pour en savoir plus Pour en savoir plus, lire l’article : Finances de l'État romain.

Le Sénat dirige la politique extérieure de la république et contrôle les opérations des généraux. Enfin il nomme d'anciens consuls ou d'anciens préteurs à la tête des terres conquises (les provinces).

Fonctionnement du sénat romain[modifier | modifier le wikicode]

Les séances du Sénat se tenaient dans une salle dont les portes restaient ouvertes mais où le public n'était pas admis. Jules César ordonna la publication des comptes rendus des séances, ce qui permit aux citoyens de savoir ce qui s'y passait. Les séances étaient présidées par un des deux consuls. Pendant les discussions, la parole était d'abord donnée au plus ancien des sénateurs (le Prince du Sénat) puis ensuite aux autres dans l'ordre de préséance indiqué plus haut. Pour voter les Sénateurs se déplaçaient dans la salle et se regroupaient selon leurs opinions. À partir de 339 av. J.-C. et la loi Publiliae, le peuple doit ratifier les décisions du Sénat pour que celles-çi deviennent des lois applicables (décrets).

Les sénateurs romains étaient appelés pères conscrits. La salle où ils siégeaient se nommait la Curie.

Le sénat romain pendant l'empire[modifier | modifier le wikicode]

La Curia julia sur le Forum romanum. Construction de la fin du Ier siècle avJC

Les empereurs s'attribuaient les fonctions de censeur. Ainsi ils remplaçaient les sénateurs disparus en nommant à leur place leurs amis, l'empereur pouvait également augmenter comme bon lui semble le nombre de sénateurs, il y a alors 600 sénateurs tous choisis dans l'ordre sénatorial. Les nominations avaient lieu tous les ans (et non tous les cinq ans comme pendant la République romaine).

Au début de l'empire le Sénat conserve certains pouvoirs politiques. Comme les comices ont disparu, c'est le sénat qui fait les lois et désigne les magistrats.

Les réunions du sénat sont espacées (deux fois par mois, à la date des calendes et à celle des ides, sauf en septembre et octobre qui sont les périodes de vacances du sénat. Cependant l'empereur prend le titre de Prince du sénat, ce qui lui donne le droit de parler le premier, donc faire connaitre son opinion sur le sujet en discussion. Ainsi l'empereur influence les interventions suivantes des autres sénateurs et indique le bon vote. Le sénat ne s'oppose donc pas à la politique voulue par l'empereur...du moins tant qu'il est vivant. Cependant après la mort de l'empereur le sénat souvent annulait les décisions prises par l'empereur défunt. Les séances peuvent aussi être présidée par les consuls en exercices, mais aussi par les préteurs voire les tribuns de la plèbe, rappelons que l'empereur quelques fois se faisait élire consul et possédait à vie le titre et la fonction de tribun.

C'est le sénat qui désigne en 96 l'un des siens Nerva comme empereur après l'assassinat de l'empereur Domitien. Au début du IIe siècle, sous le règne de Trajan, 40% des sénateurs sont issus des provinces (et non plus de l'Italie).

Avec le temps l'empereur ne consulte plus le sénat, les décisions sont alors prises par le Conseil du Prince où siègent ses amis. Au IIIe siècle le sénat est réduit au rôle d'un conseil municipal de Rome.

Pour en savoir plus Pour en savoir plus, lire l’article : Sénat pendant l'empire romain.

Vikiliens pour compléter sur les institutions politiques de la Rome antique[modifier | modifier le wikicode]

Portail de la Rome antique —  Histoire romaine, langues et civilisations italiotes.