Ségou

« Ségou » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher

Ségou est une ville du Mali.

Ecole Angoulême[modifier | modifier le wikicode]

Portail de l'école Angoulême de Ségou
Visite des élèves au Palais de Biton Coulibaly de Ségou

L’école Angoulême de Ségou a été créée en 2004. Son premier directeur a été monsieur Abdoulaye THIERO. Elle est Située au milieu du quartier Angoulême près de la route l’An 2000.

ECOLE ANGOULEME SEGOU (3).jpg
Le Balazan, l'arbre qui a donné son nom à la région de Ségou

Les 4 444 balanzans de Ségou12[modifier | modifier le wikicode]

Ségou est une cité culturelle du Mali. La ville compte 501.447 habitants avec une population hétérogène composée de Bamanans, peuls, bozos, soninkés, somonons et dogons.

Son histoire est jalonnée de grands événements historiques. Fondée aux XIIe Siècle après Jésus Christ, la ville est située sur la rive droite du fleuve Niger. Ségou a « l’une des histoires les mieux racontées du Mali » « Contée et racontée par les griots, cette histoire régalienne est transmise de père en fils ».

Le balanzan est l'arbre qui donné son nom à Ségou. il tient une place privilégiée dans la légende du grand royaume Bambara. C’est pour sa résistance aux aléas de tous ordres que cet arbre constitue le symbole éternel de la ville.

Ce n’est pas pour rien qu’on l'a nommée la cité des balazans. Il est dit que «  Lors des guerres de Ségou, pour déterminer le nombre de combattants actifs dans l’armée on dénombrait d'abord le nombre de balanzans.

Les 4.444 Balanzans correspondent au nombre exact des guerriers au temps de Damonzon, fils de Monzon DIARRA. Des siècles après on parle encore de cette organisation militaire Ségovienne face aux agressions extérieues. 

L’histoire de Biton3[modifier | modifier le wikicode]

la Tombe de Biton

Biton Mamary COULIBALY est le Fondateur du Royaume Bamanan de Ségou. Il est né vers 1689. Il a été est un des rois du royaume Bambara de Ségou de 1712  à sa mort en 1755. Fils de Badja COULIBALY et de Ba Oumou SACKO. Biton Mamary COULIBALY était un chasseur reconnu de tous. C'est lors d'une chasse qu'il a blessé un gibier et l'a suivi de Bindougou Niamana son village jusqu’à Sekoro au bord du fleuve.  Le gibier est rentré dans une forêt où il y avait un lion couché sous un arbre et un vautour perché. En ces temps-là, les animaux parlaient aux hommes. Les animaux ont donc dit à Biton de laisser au gibier la vie sauve et de faire trois sacrifices qui changeront sa vie. Ces sacrifices sont : un bœuf rouge, un bœuf noir et un bœuf blanc. Biton l’a fait  et a pu amener toute sa famille ensuite à Sekoro.

Toutes les femmes de sa famille pratiquaient le jardinage. Biton arrosait la part de sa mère et un jour, il surprit la fille de Foro , le génie du fleuve entrain de voler des aubergines dans son champ. En colère mais lui  laisse la vie sauve.

Pour le récompenser, Foro lui met une goutte de lait dans chaque oreille, ce qui lui permettra d’entendre tous les complots contre lui. Plus un panier de l’ancien grain de fonio qui sera cultivé mais dont lui-même ne devra point manger. Ce sont seuls les oiseaux qui doivent manger. 

Un jour , Biton trouva des jeunes gens qui avaient mis en place un ton. "Ton" qu’on appelle en français association.

Une des vieilles portes du Palais de Biton à Ségou

Ces jeunes gens lui demandèrent

- Chasseur,  veux tu faire partie de notre ton (association)?

- Oui je voudrais bien, répondit-il

- Alors paie ta cotisation et après cela, ils décidèrent de choisir un chef  pour le ton.

- Que chacun aille chercher un bâtonnet qu'ils sont venus entassés tous ensemble et décidèrent d’appeler un aveugle pour qu’il choisisse un bâton. Celui dont le bâtonnet sera pris sera le chef. Le bâton de Biton fut pris. Ils manifestèrent leurs mécontentements en disant que non que ce n’était pas possible.  Lui qui n'était qu'un étranger et qui venait seulement d’arriver ne pouvait devenir leur chef. Un second mélange fut ordonné et c'est encore la baguette de Biton qui ressort. Ils reprennent encore la baguette de Biton. N'ayant plus le choix , ils l'acceptent comme leur chef.

Références[modifier | modifier le wikicode]

Portail du Mali —  Tous les articles sur le Mali.