Rosetta (sonde spatiale)

« Rosetta (sonde spatiale) » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Rosetta au-dessus de la comète (vue d'artiste)

Rosetta est une sonde spatiale conçue par l'Agence spatiale européenne (ESA). Son objectif est de récolter un maximum d'informations sur la comète 67P/Tchourioumov-Gerassimenko, surnommée Tchouri. Les scientifiques espèrent ainsi mieux comprendre la formation du système solaire, il y a 4,6 milliards d'années.

Outre divers instruments de mesure, Rosetta a transporté un module atterrisseur nommé Philae qui s'est posé le 12 novembre 2014 sur la comète pour étudier les caractéristiques de celui-ci.

Le projet[modifier | modifier le wikicode]

Organisation: Agence spatiale européenne
Domaine: Étude d'une comète.
Type de mission: Orbiteur et atterrisseur.
Masse: 100 kg env
Lancement: 2 mars 2004 a 7h17
Fin de mission: 31 décembre 2015 prolongeable.

Le projet a démarré en 1993. La sonde Rosetta a été lancée en mars 2004, depuis la base spatiale de Kourou, en Guyane française, pour le compte de l'ESA (Agence spatiale européenne).

Elle a été mise en hibernation pendant 31 mois (plus de 2 ans et demi) afin d'économiser l'énergie.

Après son réveil, elle a poursuivi son voyage à la rencontre de la comète, qu'elle a finalement rejoint en août 2014, après avoir parcouru une distance totale de 6,4 milliards de kilomètres. Elle s'est alors mise en orbite autour de la comète pour l'observer longuement.

Après une première phase d'observation, Rosetta a largué un module nommé Philae qui s'est posé sur la surface de la comète le 12 novembre 2014.

Un objectif majeur de cette mission est de savoir si les comètes (ou météorites) ont vraiment apporté sur Terre les premiers éléments de la vie, plus précisément des molécules organiques complexes comme celles qui composent les formes de vie sur Terre.

La sonde spatiale « Rosetta »[modifier | modifier le wikicode]

Ses 11 instruments de mesure analysent l'atmosphère de la comète (composition, réactions chimiques, taux d'émission de gaz par le noyau, interaction avec le vent solaire...), la quantité de grains de poussière et leurs caractéristiques (taille, volume, forme, composition), la surface du noyau (images à haute résolution, température, nature du terrain...), voir sa structure interne (densité...).

Certains de ses instruments ont aussi étudié deux astéroïdes près desquels Rosetta est passée lors de son voyage vers Tchouri.

En outre, la sonde sert de relais aux communications entre l'atterrisseur Philae et la Terre.

Rosetta accompagnera la comète jusqu'en décembre 2015 lorsque celle-ci, après avoir contourné le Soleil, retournera vers les confins du système solaire.

L'atterrisseur « Philae »[modifier | modifier le wikicode]

Philae

Philae a globalement la forme d'un cylindre d'un mètre de diamètre et 80 cm de hauteur et est muni d'un train d'atterrissage. Réalisé en fibre de carbone et aluminium, il pèse près de 100 Kg, dont près de 27 Kg d'instruments de mesure. Il comprend une partie chaude isolée de l'extérieur et une partie froide située à l'arrière. L'atterrisseur est fixé à l'orbiteur par un mécanisme qui permet une séparation à une vitesse pré-ajustable1.

Les 10 instruments scientifiques de mesure de Philae ont fourni des informations sur l'intérieur et la surface du noyau de la comète (composition, texture, réflexivité, densité, propriétés thermiques et mécaniques...), ainsi que sur l'interaction entre la comète et le vent solaire. L'un de ses instruments devait pouvoir creuser pour récolter des échantillons jusqu'à 25 cm sous la surface et un autre analyser les échantillons ainsi prélevés. Les données recueillies par Philae sont récoltées par le CNES, à Toulouse.

Selon le plan initial, Philae devait « mourir de chaud » en mars 2015, la comète s'étant beaucoup rapprochée du soleil.

Cependant, lors de son atterrissage, Philae a rebondi quelques fois avant de se poser définitivement. Il semble s'être installé entre des falaises qui lui font beaucoup plus d'ombre que prévu. Les instruments de mesure ont pu fonctionner pendant les tous premiers jours grâce à une batterie non-rechargeable et leurs informations transmises à Rosetta qui les a relayées vers la Terre. Ne pouvant pas charger son autre batterie par manque de lumière solaire, Philae s'est ensuite mis en hibernation dès le 15 novembre 2014. Les scientifiques ont alors espéré qu'il se réveille en mai ou juin 2015, lorsque la comète se serait suffisamment approchée du soleil pour lui permettre de recharger sa batterie2. En effet, ce réveil a eu lieu : le 13 juin 2015, Philae a contacté la Terre (via Rosetta) et commencé à transmettre des données enregistrées dans les jours précédents3.

Liens[modifier | modifier le wikicode]

Fin de mission[modifier | modifier le wikicode]

Le 30 Septembre 2016, la sonde Rosetta est précipité vers la surface de la comète4.

Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. Détails disponibles sur la page Philae (atterrisseur) de Wikipédia.
  2. (en) Next listening opportunities for Philae, sur le site de l'Agence spatiale européenne.
  3. (en) Rosetta's lander Philae wakes up from hibernation, sur le site de l'Agence spatiale européenne.
  4. La sonde Rosetta a touché « Tchouri », fin de la mission de l'Agence spatiale européenne, Astronomie, Le Monde, publié le 30 septembre 2016 Lire en ligne
Portail de l'astronautique —  Tous les articles sur les technologies de l'espace.