Hollie Little Pink Laptop.jpg
Garçon devant un ordinateur.jpg
Soutenir Vikidia  • le Livre d'or
Participez à améliorer Vikidia : Pierre Perret, anglicisme, mandarine, Togo, et 300 autres articles importants et trop courts à compléter. Vos contributions sont les bienvenues !

Ricardo Santamaria

« Ricardo Santamaria » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher

Ricardo Santamaria est un peintre et un sculpteur espagnol. Il est né en 1920 à Saragosse1 et est mort en 2013.

Il a surtout utilisé le bois pour réaliser ses sculptures. Jean Dubuffet qualifiait d'« art brut » les œuvres de Ricardo Santamaria 1.

Sa vie[modifier | modifier le wikicode]

La mort précoce de son père, alors qu'il n'avait que 11 ans, l'oblige à interrompre sa scolarité et à travailler à 14 ans. En 1936, la Guerre Civile éclate. Dès l'âge de 17 ans, il est mobilisé. Il put constater - sans n'avoir jamais à prendre part effectivement aux combats - les effets ravageurs et sanglants de cette guerre fratricide. En 1943, il est libéré définitivement de ses obligations militaires, et il s'installe à Barcelone en tant que doreur et restaurateur de meubles. De retour à Saragosse en 1944, il poursuit ses études artistiques à l'École des Arts et des Métiers Artistiques. À partir de 1945, il participe à des Salons d'Artistes Aragonais et à tous les événements artistiques intéressants tenus dans la ville. Il y fit la connaissance de Santiago Lagunas - chef de file du Groupe Pórtico.

En 1948, le peintre utilise plusieurs techniques de peintures ; il débute dans l'aquarelle avec "Paisajes" (paysages), "Lluvias" (pluies) et "Bodegones" (natures mortes) et il peint avec de la peinture à l'huile. En 1950, Santamaria travaille un nouveau style pictural, l’impressionnisme, avec les tableaux "Lluvias" (pluies), "Nocturnos" (nocturnes) et "Ferias" (foires). En 1957, le peintre rompt avec la figuration traditionnelle.

Jusqu'en 1958, il essaye de nouvelles expériences avec de nouveaux matériaux : il utilise du sable, de la poudre de pierre ponce, de la sciure sur la toile. La même année, il créé ses premières "sculpto-peintures", il s'agit d'un mélange entre peinture et sculpture. Il utilise autant de matériaux traditionnels, comme le bois, que de nouveaux matériaux, comme le carton pétrifié et l'isorel.

Dans la salle du palais principal de Saragosse, en 1961, Ricardo Santamaria et Juan José Vera organisent une exposition nommée "Dos pintores actuales zaragozanos" (deux peintres actuels de Saragosse). Dans ce lieu se formera le "Grupo Zaragoza" (le groupe Saragosse). Plusieurs artistes rejoignent ce groupe comme Daniel Sahún et Julia Donada. Ils adhéraient tous au même style d'art que le groupe Pórtico. En 1962, Santamaría gagne le prix Pablo Gargallo de sculpture.

En 1963 a lieu la première exposition du groupe Saragosse dans la salle Calibo de la capital aragonaise. Dès 1965, il réalise ses premières sculpture en bois,en utilisant de veilles chaises et des restes de bois. L'année 1967 est marquée par la dissolution du groupe Saragosse. Une dernière exposition clôture l’aventure ; exposition proposée à la galerie Raymond Grey à Paris. Dès lors le peintre subit des discriminations et également des menaces et sanctions, aussi sa décision est prise de s'exiler dans la capitale française où il résidera jusqu'en 1975. Arrivé a Paris, il s'installe dans un atelier rue bièvre ou il se consacrera exclusivement a la sculpture.

En 1972, il rencontrera sa future épouse Marguerite Staels. Cette même année, il expérimente des sculptures en ciment. En 1975, il déménage pour la ville de Gommecourt dans les Yvelines, un an plus tard, il abandonne la peinture pour se consacrer uniquement à la sculpture.En 1978, il épouse Marguerite Staels, la même année est créée l'association "L'arbre d'Epte" facilitant l'union d'artisans et d’artiste, à Saint-Generese-les-Gasny dans le département de l'Eure. En 1980, son essai "El grito del silencio.Los aguafueslas del Gupo Zargoza" est publié. En 1981, avec son épouse, ils s’installe dans le département du Lot, à Prayssac,se rapprochant ainsi de son Espagne natale.

Après une importante intervention chirurgicale, en 1989, il abandonne la sculpture pour une nouvelle phase picturale intitulée "Plis et replis" composés d'entrelacements et d'arabesques. En 1994, il inaugure une exposition au Grenier du Chapitre de Cahors (préfecture du Lot). Intitulée "L'art sans frontières", il y présente une sélection de ses œuvres anciennes et récentes. Un an plus tard est publié "20 años de Arte Abstracto. Zaragoza, 1947-1967".

Fin décembre 1995, création de l'association loi 1901 "La vie recréée par l'art" dit Elvira. Association à but non lucratif d'intérêt général proposant des activités culturelles : des ateliers d'initiation à la pratique artistique et des expositions intergénérationnelles. Le peintre y animera des ateliers visant au développement de la créativité autour de la thématique de l'arabesque. Dès 1997, il expose ses œuvres de façon permanente au deuxième étage du siège de l’association. La même année, une série monographique de sculptures est exposée au musée Pablo Gargallo à Saragosse. Entre 1998 et 1999, rénovation et transformation de la sculpture de l'association "Elvire" et de son siège à Prayssac.

En 2001, nouvelle rupture picturale où il recréé le passé dans de grandes compositions acryliques qui suggèrent de vastes espaces, des paysages imaginaires qui évoquent les paysages aragonnais : Huesca, Ayerbe, Riglos... En 2003, en raison de son âge, il abandonne la sculpture, toutefois il poursuit la peinture. Le 22 décembre 2004, inauguration de son exposition "Ricardo Santamaria - La expressión de la libertad (1947-2004) au Palais de Sástago, Diputación Provincial de Zaragoza.

Le 9 mai 2013, Ricardo Santamaria décède.

Références[modifier | modifier le wikicode]

La Gioconda.jpg Portail des arts —  Tous les articles sur les différentes formes d'art.

Source : Ricardo Santamaria. La expresion de la libertad (1947-2004) Diputacion Provincial de Zaragoza