Rhytine de Steller

« Rhytine de Steller » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Rhytine de Steller
Croquis du XVIIIème siècle
Croquis du XVIIIème siècle
Nom(s) commun(s) Rhytine de Steller
Nom scientifique Hydrodamalis gigas
Classification famille des dugongidés, ordre des siréniens
Répartition disparu ; vivait dans l'Océan Pacifique Nord et dans l'Arctique
Taille jusqu'à 8 mètres de long
Poids jusqu'à 11 tonnes
voir modèle • modifier

La Rhytine de Steller est un mammifère marin herbivore qui a disparu. Proche parent du dugong, c'était le plus grand de tous les siréniens, mais l'espèce s'est éteinte, en 1768. Ce cousin éloigné des éléphants était encore plus gros, pouvant mesurer jusqu'à 8 mètres et peser 11 tonnes.

Histoire[modifier | modifier le wikicode]

A la demande du Tsar Pierre Ier de Russie, l'explorateur danois Vitus Béring est chargé de découvrir si la Sibérie et l'Alaska sont reliées par la terre, et découvrira ainsi le détroit qui portera son nom : le détroit de Béring.

C'est lors de sa seconde expédition, en 1741, que le médecin de bord et naturaliste, Georg Willem Steller, découvre pour la première fois la rhytine dans le détroit de Béring, et prend le temps de l'étudier, pendant que le navire est immobilisé à terre.

On découvre que la rhytine est un animal assez lent, facile à chasser, et qui fournit de nombreuses ressources : de la viande, du lait, de la graisse et de l'huile. Comme beaucoup d'autres mammifères marins, la rhytine va donc être beaucoup chassée, par les baleiniers. En seulement 27 ans, environ 2 000 rhytines sont tuées, puis l'espèce disparaît.

Certaines personnes disent avoir aperçu des rhytines beaucoup plus tard, mais il n'existe aucune preuve concrète de leur existence, et l'espèce est officiellement éteinte depuis 1768, victime de la chasse trop intensive.

Description[modifier | modifier le wikicode]

La rhytine était un sirénien de grande taille, pouvant mesurer jusqu'à 8 mètres. Elle ne possédait pas de pattes arrières, mais une queue en forme de croissant, comme celle de son proche parent, le dugong. Vivant dans des eaux plus froides, elle avait également une épaisse couche de graisse pour se protéger, ce qui lui donnait une apparence encore plus grosse, et la faisait ressembler quelque peu à un phoque. La rhytine pouvait peser jusqu'à 11 tonnes, bien plus que son cousin, l'éléphant.

La peau de la rhytine était également plus épaisse que celle des autres siréniens, et couverte de sortes de bourrelets et de replis.

La tête était assez petite, comparée au reste du corps. Les narines étaient placées sur le dessus du museau, pour lui permettre de respirer à la surface. La rhytine n'avait pas d'oreilles dépassant de la tête, seulement deux trous, pour pouvoir nager plus vite. Elle possédait également des "moustaches", appelées vibrisses, comme les morses, par exemple.

La rhytine passait son temps à brouter les algues sous-marines dont elle se nourrissait. Elle n'avait pas de dents, mais des sortes de plaques broyeuses à la place, qui lui permettaient de mâcher sa nourriture.


Mouse.svg Portail des mammifères —  Tous les articles sur les mammifères.