Garçon devant un ordinateur.jpg
Hollie Little Pink Laptop.jpg
les articles à compléter  • le Livre d'or
Ce sont des enfants, des adolescents et des adultes qui écrivent et qui font la maintenance de Vikidia. Participez vous aussi !

Raymond Domenech

« Raymond Domenech » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Raymond Domenech.jpg

Raymond Domenech, né le 24 janvier 1952 à Lyon, est un ancien footballeur français devenu ensuite entraîneur. Il est sélectionneur de l'équipe de France de 2004 à 2010.

Carrière de joueur[modifier | modifier le wikicode]

Formé à l'Olympique lyonnais, c'est dans ce club qu'il effectue la première partie de sa carrière en première division, au poste d'arrière latéral droit. Il y évolue notamment sous les ordres d'Aimé Jacquet. En 1977, il rejoint le Racing Club de Strasbourg, club avec lequel il est sacré champion de France en 1979. Il quitte, en 1981, le club alsacien pour le Paris Saint-Germain avant de rejoindre les Girondins de Bordeaux, alors entraînés par son mentor Aimé Jacquet. En 1985, il signe au FC Mulhouse, où il endosse très rapidement le statut d'entraîneur joueur, qu'il conserve jusqu'en 1988. Il raccroche alors les crampons.

Carrière d'entraîneur[modifier | modifier le wikicode]

En 1988, Jean-Michel Aulas lui demande de devenir l'entraîneur de l'Olympique lyonnais, son club formateur, qu'il fait remonter en première division en 1989.

En 1993, il est recruté par la Direction Technique Nationale (DTN) du football français, et devient pour onze ans le sélectionneur de l'équipe de France Espoirs. Sous sa férule, les Bleuets remportent à deux reprises le Tournoi de Toulon, une fois celui de Casablanca, un titre de vice-champion d'Europe, et un rang de quart de finaliste aux Jeux Olympiques d'Atlanta en 1996. Mais il rate ceux de Sydney en 2000, puis ceux d'Athènes en 2004.

En 2004, après l'Euro, il succède à Jacques Santini comme sélectionneur de l'équipe de France. Après avoir tenté de lancer une nouvelle génération, des résultats en demi-teinte l'obligent, en 2005, à convaincre Zinedine Zidane, Lilian Thuram et Claude Makélélé de revenir sur leur décision de quitter l'équipe de France. L'équipe de France se qualifie alors pour la Coupe du monde 2006, où se révèle Franck Ribéry, convoqué à la surprise générale par Raymond Domenech. Domenech doit également trancher entre ses deux gardiens de but, Fabien Barthez et Grégory Coupet. Un choix cornélien puisque l'opinion publique, très partagée, s'empare du débat. Finalement, Domenech choisit de titulariser Barthez. Après avoir écarté l'Espagne, le Brésil et le Portugal, la France s'incline en finale devant l'Italie. Ce titre de vice-champion du monde étant relativement inattendu, Raymond Domenech est maintenu dans ses fonctions, mais doit désormais composer sans Zidane, cette fois-ci définitivement parti.

L'écueil est néanmoins surmonté, puisque la France parvient à se qualifier pour l'Euro 2008. Domenech décide, pour cette compétition, de se passer, entre autres, de David Trezeguet et de Philippe Mexès, deux décisions très critiquées par la presse. L'équipe de France, sans fond de jeu, est éliminée dès le premier tour, après deux défaites contre l'Italie et les Pays-Bas. La presse et l'opinion publique se déchaînent contre Domenech, jugé responsable du fiasco, mais pourtant maintenu à son poste par la Fédération française de football (FFF).

Domenech, copieusement sifflé par le public à chacune de ses apparitions, entame donc la campagne de qualification pour la Coupe du monde 2010, qui se déroulera en Afrique du Sud. Après une défaite initiale en Autriche, Domenech sauve sa tête en obtenant le nul en Serbie, où se révèle Yoann Gourcuff, qui devient la nouvelle coqueluche du football français. L'équipe de France finit à la deuxième place de son groupe éliminatoire, et est contrainte à un barrage face à l'Irlande, en novembre 2009, qui s'avère victorieux.

La Coupe du monde 2010 se déroule très difficilement pour Raymond Domenech et l'équipe de France. La presse estime même largement qu'il s'agit d'un des plus grands fiascos de l'histoire de l'équipe de France de football. Cette dernière s'enlise dans les luttes de clans entre joueurs, que Domenech ne parvient pas à stopper. Lors de la mi-temps du match France-Mexique, l'attaquant Nicolas Anelka insulte le sélectionneur, ce qui lui vaut une exclusion pure et simple du groupe. Mais le reste de l'équipe s'insurge contre cette décision de la Fédération française de football et, en signe de protestation, refuse le lendemain de s'entraîner, puis publie un communiqué que Domenech est contraint de lire lui-même. Sur le plan sportif, l'équipe de France est éliminée de la Coupe du monde dès le premier tour, alors qu'elle figurait dans un groupe pourtant considéré comme étant à sa portée, après deux défaites et un match nul. Raymond Domenech quitte ses fonctions peu après, le 31 juillet 2010, et est remplacé par Laurent Blanc. Le président de la Fédération, Jean-Pierre Escalettes, qui a soutenu Domenech jusqu'au bout, est lui aussi contraint au départ, remplacé par Noël le Graët.

Portail football —  Sport, équipes et compétitions...