Réforme catholique

« Réforme catholique » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher

À partir du milieu du XVIe siècle, la Réforme catholique, ou Contre-Réforme, est l'ensemble des actions menées au sein de l'Église catholique pour lui permettre d'enrayer l'extension de la Réforme protestante. Ces actions visent à réaffirmer et à préciser la doctrine catholique, à réorganiser le clergé.

Les principales mesures sont la mise en place de jésuites chargés d'une action missionnaire, la création de la congrégation de l'Index — s'occupant de censurer toute la production écrite —  et les mesures de mise à jour de la doctrine et d'organisation du clergé décidées par le concile de Trente.

Le renouveau des ordres religieux[modifier | modifier le wikicode]

Des ordres religieux nouveaux apparaissent au début du XVIe siècle. Il s'agit de former des religieux qui iront en mission dans les villes et les campagnes pour ramener à la foi catholique les croyants qui s'en étaient détournés. Les franciscains, réorganisés en 1526 sous l'appellation de capucins, poursuivent leur action missionnaire. En 1524 apparaissent les théatins, chargés de réformer les mœurs du clergé. En 1535, les ursulines se consacrent à l'enseignement des jeunes filles. En 1548, ce sont les oratoriens qui se spécialisent dans l'enseignement des jeunes gens.

Mais ce sont surtout les jésuites qui vont être le fer de lance de la reconquête catholique. Organisés dès 1534, par l'Espagnol Ignace de Loyola, ils se regroupent dans la Compagnie de Jésus qui obtient en 1540, l'approbation de ses statuts par le pape Paul III. Organisés militairement, soumis à une formation et à une discipline très strictes, les jésuites qui ont fait le vœux d'obéissance absolue au pape, ouvrent des collèges pour former les jeunes gens de la bourgeoisie, et sont envoyés en mission dans les pays passés au protestantisme ou dans les pays d'outremer, comme la Chine, le Japon ou les colonies françaises ou espagnoles d'Amérique afin d'y convertir les Amérindiens.

Article à lire Article à lire : Jésuites

L'Inquisition et l'Index[modifier | modifier le wikicode]

Pour lutter contre les Protestants la papauté essaie, là où elle a de l'influence, d'interdire la liberté de conscience et de pensée. Elle remet en action l'Inquisition romaine. En 1542, la pape Paul III crée le Saint Office dont il confie la direction au cardinal Caraffa, qui deviendra en 1555, le pape Paul IV. Cette congrégation romaine est alors formée de six cardinaux qui reçoivent l'autorité d'enquêter et de juger les hérétiques dans tous les pays catholiques d'Europe. Leur jugements rendus ils remettent les condamnés aux autorités civiles qui font exécuter les sentences. L'action du Saint Office, soutenue par les souverains, est très efficace en Italie, en Espagne, au Portugal et dans les colonies de ces deux derniers pays. Le protestantisme ne parvient pas à s'y installer.

En 1571, le pape Pie V crée la congrégation de l'Index. Cette commission de religieux est chargée de lire tout ce qui s'imprime afin de détecter les ouvrages non conformes à la doctrine de l'Église catholique. Cette commission établit une liste de ces ouvrages et en interdit la lecture aux fidèles. Elle tente par ailleurs de faire retirer de la circulation ces ouvrages en faisant des pressions sur les autorités royales des différents pays catholiques.

L'œuvre du concile de Trente[modifier | modifier le wikicode]

Peinture représentant le Concile

Alors que depuis plus d'un siècle la papauté, contestant la suprématie des conciles œcuméniques, et plus occupée de politique italienne, a refusé les réformes, en 1547, le pape Paul III pour enrayer l'expansion du Protestantisme convoque un concile à Trente, dans le Tyrol. Le concile de Trente va durer jusqu'en 1563, mais avec de très longues interruptions. Il va préciser la doctrine catholique face aux idées des protestants. Les sources du Salut restent la Foi et les Œuvres, mais aussi la Tradition dans l'interprétation de la Bible. Le culte des saints et celui des images est maintenu. Il en est de même pour les sept sacrements. L'obéissance spirituelle au pape est exigée des catholiques.

Le clergé est réformé. Désormais le célibat des prêtres est exigé, la résidence des curés dans leurs paroisses et des évêques dans leurs diocèses devient la règle. Le cumul des bénéfices ecclésiastiques est interdit. Les prêtres seront désormais formés dans des écoles spéciales appelées séminaires. Le latin est la langue de prière et du culte catholiques.

Article à lire Article à lire : Concile de Trente

Résultats de la Réforme catholique[modifier | modifier le wikicode]

La Réforme catholique favorise l'apparition d'ecclésiastiques très engagés dans la vie spirituelle comme Jean de la Croix, Thérèse d'Avila, Charles Borromée dont l'Église catholique fera des saints. L'action des jésuites permet la reconquête religieuse du sud de l'Allemagne, de renforcer le catholicisme dans les Pays-Bas du sud (Belgique actuelle), en Pologne. Aidés par l'Inquisition ils évangélisent les populations indigènes des colonies françaises, espagnoles, portugaises d'Amérique. Leurs missionnaires pénètrent en Chine et au Japon. En Europe ils ouvrent des collèges où ils accueillent les jeunes gens qui seront les futurs dirigeants. Dans le domaine architectural, de la peinture et de la musique la Contre-Réforme a eu une immense influence grâce aux développement de cérémonies luxueuses chargées de convaincre les fidèles de la puissance du catholicisme. Cependant, elle échoue en Allemagne du nord, en Scandinavie, en Angleterre et en Écosse qui resteront protestantes. En France, il lui faudra attendre la fin des guerres de religion pour lui permettre de triompher.

Icone chateau.png Portail de l'Histoire —  Toute l'Histoire, de la préhistoire, jusqu'à aujourd'hui.
Portail du christianisme —  Tous les articles concernant le christianisme.