Querelle des images

« Querelle des images » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher

La querelle des images ou crise iconoclaste est un épisode au cours duquel, de 726 à 843, les chrétiens de l'Empire byzantin se disputent souvent violemment pour des raisons religieuses et politiques. Les partisans du culte populaire des images saintes, ou icones, (les iconodules) s'opposent aux partisans de la destruction des images (les iconoclastes). En 843, les iconodules sont vainqueurs.

Art religieux byzantin avant la crise iconoclaste

Contrairement aux religions polythéistes, le christianisme, tout comme le judaïsme ou l'Islam, est confronté au problème de la représentation de la divinité. La représentation de Dieu est interdite par un des dix commandements tels qu'ils apparaissent dans la Bible. Mais peut-on représenter Jésus, Marie et les saints chrétiens ? Très rapidement les chrétiens ont mis en images, par la peinture, la mosaïque ou la sculpture, les épisodes de la vie de Jésus racontés dans les Évangiles ou des idées essentielles de leurs croyances. Destinées à des fidèles en grande partie illettrés, ces images permettent de faire connaitre de manière permanente et facile d'accès les fondements de la religion chrétienne. Dans l'Empire romain, le clergé chrétien s'appuie sur ces images pour faire l'évangélisation.

Dans l'Empire byzantin, de religion chrétienne, le développement du culte des images prend de l'ampleur. Ce sont surtout les moines qui organisent ce phénomène. Ils en retirent de la richesse et de l'influence sur les fidèles. Cette situation indispose les empereurs qui s'inquiètent de la puissance du clergé. De plus le culte des images provoque des difficultés religieuses avec certaines conceptions religieuses. Certains croyants chrétiens (les monophysites) ne reconnaissent que la nature divine de Jésus et sont donc contre le représenter sous son apparence humaine. Même condamnée par différents conciles chrétiens cette opinion persiste dans certaines parties de l'empire. C'est un facteur de désunion donc d'affaiblissement à une époque où l'empire est attaqué par les Arabes. Or ces derniers sont partisans d'une interdiction totale de la représentation des êtres vivants (y compris les animaux et les végétaux). C'est une préoccupation pour l'empereur. Or à Byzance, les empereurs ont l'habitude d'intervenir dans les affaires religieuses (c'est le césaropapisme).

En 726, l'empereur byzantin, Léon III l'Isaurien, qui vient de prendre le pouvoir et de rétablir l'autorité impériale, interdit le cultes des images, et il ordonne leur destruction (iconoclasme). En 731, le pape, chef des chrétiens occidentaux qui est hostile à l'intervention du pouvoir politique dans les questions religieuses, condamne cette politique et en excommunie les partisans. La lutte contre les images s'accentue pendant le règne de l'empereur Michel Copronyme. En 753, un concile réuni à Hiéra, près de Chalcédoine, condamne le culte des images. C'est un succès pour l'empereur. Mais une partie des chefs religieux des chrétiens orientaux (les patriarches de Jérusalem, d'Antioche et d'Alexandrie) et les représentants du pape n'étaient pas présents à Hiéra et en contestent les décisions. Les persécutions contre les iconodules s'amplifient.

En 780 l'impératrice Irène prend la direction de l'empire. Partisane du culte des images, elle arrête les persécutions et en 787 convoque un nouveau concile à Nicée (Nicée VII). Le concile rétablit le culte des images en affirmant que Jésus étant Dieu incarné, il est possible de le représenter.

En 815, l'empereur Léon IV Bardas reprend la lutte contre les images, politique qui est poursuivie durant le règne de son fils Théophile. Si les images sont détruites les persécutions contre les fidèles se font plus rares.

En 843, l'impératrice Théodora, régente de l'empire, rétablit le culte des images et crée une fête annuelle en leur honneur. La querelle est terminée.

La crise iconoclaste a été très dommageable à l'Empire byzantin. Une grande partie de l'art byzantin a disparu au cours des destructions. La tendance au césaropapisme a été fortement accentuée. L'incompréhension entre les chrétiens d'Occident, non-touchés par le mouvement iconoclaste, et les chrétiens d'Orient s'est amplifiée.

Icone chateau.png Portail de l'Histoire —  Toute l'Histoire, de la préhistoire, jusqu'à aujourd'hui.
Portail du christianisme —  Tous les articles concernant le christianisme.