Parti socialiste (France)

Une page de Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Si tu cherches un article homonyme, tu veux peut-être lire Parti socialiste.
Parti socialiste
Ps-france-2016.svg.png
Présentation
Pays France France
Fondation 1969
« Famille » d'idées Gauche et centre
Idéologie Social-démocratie
Social-écologie
Social-libéralisme
voir modèle • modifier

En France, le Parti socialiste (PS) est un parti politique qui recouvre le centre et la gauche de l'échiquier politique. Créé en 1969, il se revendique le successeur de la Section française de l'Internationale ouvrière (wp) (SFIO), un parti de gauche fondé notamment par Jean Jaurès et Jules Guesde (wp) en 1905.

Depuis le début de la Cinquième République, il y a eu :

Depuis 2022, les 28 députés du Parti socialiste font partie de la NUPES (151 députés).

Propositions[modifier | modifier le wikicode]

Cette section est vide, pas assez détaillée ou incomplète. Améliore-la !

Histoire[modifier | modifier le wikicode]

1969-1981 : la première force d'opposition[modifier | modifier le wikicode]

Cette section est vide, pas assez détaillée ou incomplète. Améliore-la !

De 1969 à 1981, le Parti socialiste est la première force d'opposition, que ce soit à la présidence de la République, où son candidat est 2e à l'élection présidentielle de 1974, ou à l'Assemblée nationale. Son leader est François Mitterrand.

1981-1995 : Mitterrand président[modifier | modifier le wikicode]

François Mitterrand quelques jours avant sa victoire à l'élection présidentielle de 1981.

Le 10 mai 1981, le leader du Parti socialiste, François Mitterrand, est élu président de la République. C'est la première fois qu'un parti de gauche arrive au pouvoir en France depuis le Front populaire de 1936-1938. Les Français confirment leur désir de progrès sociaux en élisant une majorité absolue de députés socialistes lors des élections législatives qui ont lieu le 21 juin de la même année.

Au début, les socialistes font de nombreuses réformes sociales qu'ils avaient promises dans leur programme : les ministres, dirigés par Pierre Mauroy, augmentent le SMIC, les allocations familiales, l'aide au logement et le minimum vieillesse. Plusieurs lois sont adoptées par les députés : abolition de la peine de mort le 16 septembre 1981, augmentation de la durée des congés payés (5 semaines) et réduction de la durée maximale de travail en dessous du SMIC (39 heures par semaine) le 16 janvier 1982, abaissement de l'âge minimal de la retraite (60 ans) le 29 mars 1982, lois Auroux pour améliorer le droit du travail...

Mais, dès 1983, Mitterrand décide de prendre un tournant néolibéral en changeant de gouvernement : le nouveau Premier ministre Laurent Fabius est chargé de réduire la dette publique. Les décisions prises ne fonctionnent pas : le Parti socialiste perd des départements aux élections européennes de 1984 et l'opinion se braque contre lui. François Mitterrand essaie de trouver une stratégie pour sortir de cette impasse : en 1986, il dissout l'Assemblée nationale, ce qui conduit à des élections législatives anticipées ; mais celles-ci sont largement gagnées par le RPR (droite), au point d'imposer une cohabitation : François Mitterrand doit choisir Jacques Chirac, homme politique du RPR, comme Premier ministre. Son gouvernement néolibéral dirige le pays pendant deux ans (c'est la première cohabitation).

En 1988, François Mitterrand est réélu président de la République, car la droite n'a pas réglé les problèmes économiques du pays. Étant ainsi quasiment sûr que son parti est redevenu majoritaire, il dissout de nouveau l'Assemblée nationale. Les Français redonnent la majorité au Parti socialiste. Mais ce n'est désormais plus qu'une majorité relative, à côté de laquelle la coalition RPR-UDF est la première force d'opposition. Mitterrand adopte alors la voie du social-libéralisme, jusqu'aux élections législatives de 1993 où la droite gagne une nouvelle fois la majorité absolue, c'est le début de la deuxième cohabitation.

Le second mandat de François Mitterrand s'achevant en même temps que la deuxième cohabitation, le Parti socialiste a cessé de gouverner la France dès 1993. Le 7 mai 1995, les Français élisent Jacques Chirac comme président de la République, et non le successeur de Mitterrand (désigné par une primaire), Lionel Jospin.

1997-2002 : Jospin Premier ministre[modifier | modifier le wikicode]

Le Premier ministre Lionel Jospin en 2000.

En 1997, Jacques Chirac fait une énorme erreur de stratégie : en lisant les sondages qui donnaient son parti gagnant aux futures élections législatives (les journalistes pensaient qu'il allait même gagner des sièges de député), le président de droite dissout l'Assemblée nationale et organise de nouvelles élections législatives. Malheureusement pour lui, et heureusement pour la gauche, c'est cette dernière qui obtient la majorité absolue et non le RPR. Jacques Chirac est forcé de nommer Lionel Jospin Premier ministre. Une troisième cohabitation a donc lieu, mais cette fois, c'est la gauche qui a l'avantage. Les députés socialistes adoptent de nouvelles réformes sociales : création de la couverture maladie universelle et du PACS en 1999, réduction de la durée maximale de travail en dessous du SMIC (35 heures par semaine) en 2000, augmentation du délai de l'IVG en 2001, loi contre le harcèlement moral au travail en 2002...

En 2002, Lionel Jospin se présente une seconde fois à l'élection présidentielle, en espérant bien battre Jacques Chirac cette fois. Le 21 avril, les résultats du premier tour tombent : en tête, Jacques Chirac, suivi... du candidat d'extrême droite Jean-Marie Le Pen, que personne n'avait vu venir. Lionel Jospin est donc éliminé dès le premier tour ; le soir même, il annonce qu'il arrête de faire de la politique, privant ainsi son parti de chef. Les militants du PS appellent à voter pour Chirac contre l'extrême droite, dont la proximité avec les milieux néonazis et les idées racistes faisaient très peur. Finalement, Chirac est réélu président avec un score inédit de 82 % des voix au second tour. Aux élections législatives qui suivent, le RPR obtient la majorité absolue : le Parti socialiste cesse donc de nouveau de gouverner la France.

2002-2012 : retour dans l'opposition[modifier | modifier le wikicode]

Cette section est vide, pas assez détaillée ou incomplète. Améliore-la !

2012-2017 : Hollande président[modifier | modifier le wikicode]

En 2011, les membres du PS organisent une primaire pour désigner leur candidat à l'élection présidentielle de 2012. Le 16 octobre, François Hollande, ancien secrétaire général du parti, est élu candidat. Le 6 mai 2012, il est élu président de la République face au président sortant Nicolas Sarkozy, affaibli par son mauvais bilan.

Le quinquennat de François Hollande ressemble à une présidence de Mitterrand en miniature : d'abord des réformes sociales, puis très vite, un changement de cap au profit du social-libéralisme, voire du néolibéralisme. Cette inflexion libérale profite au ministre de l'Économie Emmanuel Macron qui crée son propre parti, grimpe très rapidement dans les sondages puis remporte l'élection présidentielle de 2017 et rafle la majorité absolue à son ancien parti à l'Assemblée nationale.

Depuis 2017 : effondrement brutal[modifier | modifier le wikicode]

Cette section est vide, pas assez détaillée ou incomplète. Améliore-la !

Note[modifier | modifier le wikicode]

  1. Pourtant ces deux présidents ont plutôt eu une politique centriste (pas clairement de gauche).

Sources[modifier | modifier le wikicode]

  • Vincent Adoumié, La France depuis 1945, Hachette Supérieur, 2021
Source : cette page a été partiellement adaptée de la page Parti socialiste (France) de Wikipédia.
Principaux partis politiques français
Extrême gauche
Gauche
Centre
Droite
Extrême droite

Portail de la politique — Tous les articles sur la politique.
Portail de la France — Accéder au portail sur la France !
Portail de la Cinquième République — Tous les articles concernant la Cinquième République française.

48°51′35.35″N 2°19′22.44″E / 48.8598194, 2.3229