Paris Saint-Germain Football Club

« Paris Saint-Germain Football Club » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Paris-Saint-Germain FC
Sport Football
Fondation 1970
Surnom(s) Paris
PSG
Paris SG
Le club de la capitale
Couleurs Bleu, Blanc et Rouge
Ville France Paris
Stade Parc des Princes (47 929 places)
Président Qatar Nasser Al-Khelaïfi
Entraîneur Allemagne Thomas Tuchel
Site web Site officiel

Paris Saint-Germain ou Paris Saint-Germain FC ou encore Paris Saint-Germain Football Club est un club de football basé à Paris, qui évolue en Ligue 1. Son surnom est le PSG.

Depuis 1974, le PSG n'a jamais quitté la première division ce qui fait de lui, avec 45 saisons à la suite en 2018-2019, le club ayant le plus longtemps évolué en Ligue 1 consécutivement, devant le Football Club de Nantes et ses 44 saisons de 1963 à 2007. Par son excellent palmarès (9 fois champion de France, 12 coupes de France et 1 coupe européenne), sa localisation universelle (Paris est l'une des villes les plus connues du monde) et ses bonnes performances footballistiques, le PSG est considéré comme le 2e club français et un club important en Europe.

Depuis 2011, le PSG profite de la propriété de l'émir Al-Thani sur le club pour rivaliser avec les meilleures équipes européennes grâce à l'achat de grands joueurs (Silva, Ibrahimovic, Cavani...) et à l'"internationalisation" de l'équipe.

Paris a effectué au mercato d'été 2017, les deux transferts les plus chers de l'histoire en achetant Neymar Jr. 222 millions d'euros puis Kylian Mbappé à 145 millions.

Histoire[modifier | modifier le wikicode]

Stade-saint-germanois et fusion[modifier | modifier le wikicode]

C'est en 1904 que le Stade saint-germainois voit le jour. Ce club fait partie de la première division dans les années 1930. Après la Seconde Guerre Mondiale, le club perd de l'équilibre et chute en Promotion d'honneur de la ligue de Paris. En 1957, le Stade Saint-Germain remporte la DH et remonte en CFA. Il aura fallu attendre 1970 pour que le club monte en deuxième division. Poussé par la FFF, le club sangermanois fusionne alors avec le Paris Football Club afin de donner naissance au Paris Saint-Germain Football Club. Le protocole de fusion est signé le 10 juin 1970 et le conseil d'administration déclare solennellement Pierre-Étienne Guyot premier président du club.

Premières saisons sous l'ère Hetcher[modifier | modifier le wikicode]

Dès sa première saison en deuxième division, le club est couronné champion de France D2 et monte directement en D1. Mais suite à des pressions du côté de la mairie de Paris, le club est coupé en deux en mai 1972 : la section professionnelle passe sous les couleurs du Paris FC et reste en D1, tandis que les amateurs du PSG sont relégués en Division 3, là où évoluait l'équipe réserve. Ce mariage avec le Paris Football Club aura tenu moins de deux ans.

Néanmoins, l'équipe réserve, toujours nommée PSG, réalise de bons résultats en D3 et D2 et passe en première division en 1974 au moment où le PFC est relégué. Le couturier Daniel Hetcher devient alors le nouveau président du club. L'ancien buteur français Just Fontaine devient, lui, l'entraîneur du PSG qui accède à la Division 1 lors d'un match de barrage au Parc des Princes. Depuis cette date, le club n'a plus quitté la première division (1974), ce qui en fait l'actuel doyen de la Ligue 1. Daniel Hetcher doit quitter la présidence du PSG suite au scandale de la double billetterie du Parc des Princes. Il deviendra par la suite président du Racing Club de Strasbourg de 1986 à 1989.

L'ère Borelli[modifier | modifier le wikicode]

Suite à la démission de Daniel Hetcher en janvier 1978, le souriant Francis Borelli prend sa place de président du Paris Saint-Germain. Sous sa présidence, le club possédera dans son effectif des joueurs talentueux restés encore aujourd'hui dans la mémoire du club tels que Dominique Baratelli, Luis Fernandez, Joel Bats, Safet Susic, Dominique Rocheteau ou encore Antoine Kombouaré et Daniel Bravo qui connaîtront les années Canal+. Georges Peyroche sera entraîneur du club sous sa présidence, tout comme Gérard Houllier, Erick Mombaerts et Henri Michel. Son appui permet au club d'ouvrir enfin son palmarès : le PSG remporte son premier titre de champion de France en 1986 ainsi que ses deux premières Coupes de France (et trophées) en 1982 et 1983. Borelli restera président pendant plus de treize ans avant de céder sa place le 31 mai 1991 au groupe Canal+.

L'ère Canal+[modifier | modifier le wikicode]

PSG/Barcelone, la finale de Coupe d'Europe des Champions de Coupe
Ronaldinho, une légende au PSG.

En 1991, Canal+ achète le club et assure la direction du PSG. L'animateur phare de la chaîne cryptée, Michel Denisot, devient alors le président officiel du club jusqu'en 1998. C'est sous sa direction que le PSG va voir les beaux jours se succéder. Cela commence en 1993 suite à la victoire du club en Coupe de France. Puis arrive la belle saison, en 1994, où le PSG remporte son deuxième titre de champion de France. Se succèdent ainsi deux autres Coupes de France (1995 et 1998), deux Coupes de la Ligue (1995 et 1998) et deux Trophées des Champions (1995 et 1998). Le meilleur arrive. Après avoir éliminé le grand Real Madrid en quart de finale, le PSG joue la première demi-finale européenne de son histoire en Coupe de l'UEFA contre la Juventus de Turin, mais le PSG est éliminé. Puis, le PSG joue une deuxième demi-finale, cette fois-ci en Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe en 1994 face à Arsenal, et une troisième demi-finale en Ligue des Champions face au Milan AC en 1995, mais échoue de nouveau à chaque fois. Le PSG tient sa revanche en 1996 en remportant la Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe (aussi appelée Coupe des coupes) après une finale gagnée 1-0 face au Rapid Vienne à Bruxelles. Le club parisien devient alors le seul club français à gagner cette coupe européenne et le deuxième club français à gagner une compétition européenne. Le PSG est ensuite reconnu internationalement. Suite à cette victoire en Coupe des coupes, le PSG obtient le droit de disputer la Supercoupe d'Europe 1996 face à la Juventus de Turin mais c'est une immense claque que prend le PSG avec deux grosses défaites : 6-1 au Parc des Princes et 3-1 au match retour à Turin portant le bilan à 9-1 en faveur de la Juventus. En 1996-1997, le PSG manque de peu de gagner une deuxième Coupe d'Europe des vainqueurs de coupes, le PSG subissant une défaite 1-0 en finale face au FC Barcelone. Après le départ de Michel Denisot le 11 mai 1998 et son remplacement par Charles Biétry, la reconnaissance européenne du club baisse rapidement, le PSG n'allant désormais jamais très loin en Coupe d'Europe. Même chose du côté de la Ligue 1, malgré une place de deuxième en 1999-2000 et 2003-2004 et de quatrième en 2001-02. Laurent Perpère, président du club de décembre 1998 à juin 2003, ramènera quand même une Coupe Intertoto au club parisien, et sous sa présidence, le PSG atteint la finale de la Coupe de la Ligue en 2000 (perdue face au club du FC Gueugnon qui évoluait en deuxième division) et la finale de la Coupe de France 2003 (perdue face à Auxerre). Francis Graille ramènera lui une Coupe de France en 2004 et c'est sous la présidence de Pierre Blayau que le PSG gagne la septième Coupe de France de son histoire en 2006 (finale remportée face au rival marseillais).

L'ère Canal+ est aussi restée dans les mémoires pour les excellents joueurs que la chaîne cryptée achetait. Ainsi, David Ginola, Paul Le Guen, Ricardo et Valdo sont arrivés au club parisien dès le rachat du club par Canal+ en 1991. Viennent ensuite Bernard Lama, le libérien George Weah, le brésilien Rai (l'un des meilleurs joueurs de l'histoire du club), le futur champion du monde 1998 Youri Djorkaeff, Patrice Loko, le brésilien Léonardo et l'italien Marco Simone.

Michel Denisot parti, les dirigeants ou journalistes sportifs de Canal+ prennent sa place. Ils achèteront le nigérian Jay-Jay Okocha, Nicolas Anelka (acheté pour 34,5 millions d'euros, le record de la Ligue 1 à l'époque, alors qu'il a été formé au PSG mais il avait préféré partir Arsenal puis au Real Madrid), Lionel Letizi, les argentins Mauricio Pochettino et Gabriel Heinze, l'espagnol Mikel Artera, le gardien Jérôme Alonzo, Jerôme Leroy (qui avait été lui aussi formé au PSG), le buteur portugais Pedro Pauleta (109 buts au PSG), l'argentin Juan Pablo Sorin, Jérôme Rothen, Sylvain Armand, le colombien Mario Yepes et Vikash Dhorasoo. Un grand joueur arrive à Paris en 2001, il s'agit de Ronaldinho qui illuminera la Ligue 1 jusqu'en 2003.

Grâce aux droits télé et aux bonnes performances du club, le budget du club s'élevait à environ 50 millions d'euros par saison entre 1991 et 1998. Mais le départ de Michel Denisot fera perdre au PSG son statut de club fortuné en augmentant de façon importante les dettes. Suite à ses finances désastreuses, le groupe Canal+ revend le club à Colony Capital et Morgan Stanley.

L'ère Colony Capital[modifier | modifier le wikicode]

En juin 2006, Canal+ revend le club à des fonds d'investissement américain (Colony Capital), français (Butler Capital Partners) et à une banque américaine (Morgan Stanley). Alain Cayzac devient le premier président de cette ère. Les deux saisons qui suivent sa présidence sont catastrophiques: le PSG échappe de justesse à la relégation en Ligue 2 à deux reprises en 2007 et 2008. Des incidents surviennent pendant le match de Coupe UEFA contre Hapoël Tel-Aviv à l'origine du décès d'un supporter parisien membre des Boulogne Boys (un célèbre groupe de supporters "ultras" créé en 1985 et qui disparaîtra 2 ans plus tard, en 2008). Alain Cayzac démissionne avant la fin de la saison 2007-2008 car il a refusé de renvoyer l'entraîneur Paul Le Guen alors que le PSG était sur le point de descendre en Ligue 2 (finalement le club se sauvera lors du dernier match à Sochaux grâce à un doublé d'Amara Diané). En 2008, Charles Villeneuve, ancien directeur des sports sur TF1, prend le poste de président du club, mais une crise survient au sein du club et des dirigeants démissionnent. Villeneuve doit du coup quitter son poste en février 2009 afin de le laisser au président de Colony Capital Europe, Sébastien Bazin, mais celui-ci n'a pas le temps de s'occuper du club et les résultats chutent en fin de saison : alors qu'au mois de mars le PSG pouvait espérer être champion de France, le club finit 6e et ne se qualifie même pas pour une compétition européenne. En 2009, Robin Leproux prend le poste libre qu'il gardera pendant deux saisons. Son mandat est marqué par la mise en place à l'été 2010 du "Plan Tous PSG" (surnommé "Plan Leproux") qui a dissous quasiment toutes les associations de supporters du PSG et retiré les abonnements de 13 000 personnes dans le but de pacifier le Parc des Princes après la mort d'un deuxième supporter parisien, assassiné devant le stade (c'était juste avant un match PSG vs OM en février 2010). Le "Plan Tous PSG" a été efficace pour supprimer la violence au Parc des Princes mais désormais il n'y pas plus d'ambiance dans le stade. La deuxième saison avec Leproux comme président se conclut sur une 4e place en 2011 alors que le PSG était en course au début de l'année 2011 pour être champion et les très nombreuses erreurs de son gardien Apoula Edel empêcheront le PSG de se qualifier en Ligue des Champions. Mais suite à l'arrivée d'un nouvel actionnaire (le fond d'investissement QSI de l'état du Qatar) et de Leonardo au poste de manager général, Robin Leproux est renvoyé et doit laisser sa place temporairement à Benoît Rousseau, président du club de juillet à novembre 2011.

En 2008, Charles Villeneuve, président du club, fait un recrutement ambitieux en faisant venir deux ex-internationaux français, dans les personnes de Claude Makélélé et de Ludovic Giuly en plus de Guillaume Hoarau déjà acheté par son prédécesseur. Robin Leproux, son successeur, fait lui venir par la suite Christophe Jallet, Nenê, Grégory Coupet et Mevlut Erding. Clément Chantôme et Mamadou Sakho symboliseront, eux, le bon centre de formation du PSG.

Il faudra attendre le 29 mars 2008 pour voir le premier titre de l'ère Colony Capital, une victoire en Coupe de la Ligue, la troisième pour ce club. Malgré des parcours difficiles en championnat, le PSG réagit bien en Coupe de France: 3 finales en 4 ans (2008, 2010, 2011) ; mais il ne remporte que l'édition 2010, le huitième trophée de cette compétition pour le PSG. Le bilan européen avec trois éditions en Coupe UEFA, devenu en 2009 Europa League, est plutôt bon: le club arrivera jusqu'aux 8(es) de finale en 2008 et 2011 et jusqu'aux quarts de finale en 2010.

L'ère qatarie[modifier | modifier le wikicode]

Nasser Al-Khelaïfi, l'actuel président du PSG.
Zlatan Ibrahimovic, un des symboles du recrutement très ambitieux du PSG.

En juillet 2011, Qatar Investment Authority, un fond d'investissement qatari, rachète 70% des parts du PSG. Le Prince (devenu émir en 2013) Tamim bin Hamad al-Thani devient le nouvel actionnaire du club.

Sa politique est d'acheter le plus de joueurs ayant une renommée internationale afin de rivaliser avec les plus grands clubs européens et d'augmenter la popularité du PSG dans le monde entier. Cela commence avec l'arrivée de Léonardo en été 2011, alors entraîneur de l'Inter Milan, qui devient le nouveau manager général du club. Afin de gagner le championnat et de se qualifier pour la Ligue des Champions, le Cheikh achète le gardien italien Salvatore Sirigu, le défenseur uruguayen venu de Fenerbahçe Diego Lugano, les pépites françaises Jérémy Menez, Blaise Matuidi et Kévin Gameiro, l'ancien milieu de la Juventus de Turin Mohamed Sissokho et l'espoir argentin Javier Pastore pour la somme record de 40 millions d'euros (record de Ligue 1 à l'époque).

La première saison sous l'ère qatarie montre, comme prévu, de bons résultats, au point de décrocher le titre de champion de France. Malheureusement, le PSG finira deuxième du classement final de la saison 2011-2012, laissant au Montpellier Hérault SC le premier titre de champion de France de son histoire.

Afin de mieux préparer la saison 2012-2013, le PSG décide de recruter de nouveaux joueurs encore plus talentueux grâce à l'argent injecté par le fond d'investissement du QSI (Qatar Sport Investments). Ses nouveaux joueurs viendront majoritairement d'Italie, avec les arrivées du joueur argentin du SSC Naples Ezequiel Lavezzi (31 millions d'euros), de l'espoir italien de Pescara Marco Verratti (11 millions d'euros), et deux joueurs réputés comme les meilleurs du monde actuellement: le défenseur central du Milan AC Thiago Silva (49 millions d'euros, record de la Ligue 1!) et l'attaquant suédois Zlatan Ibrahimovic, venant du Milan AC en échange de 20 millions d'euros. Afin de terminer le mercato estival, le PSG s'offre deux autres joueurs : le défenseur néerlandais de l'Ajax Amsterdam Grégory van der Wiel et la pépite brésilienne du Sao Paulo FC, Lucas Moura (ce dernier ne rejoint l'effectif parisien qu'en hiver 2013).

Le nouvel effectif sera à la hauteur des espérances, puisque le club finit la mi-saison à la première place du classement. Lors du mercato hivernal, les dirigeants parisiens achètent le milieu de terrain anglais David Beckham, libéré de son ancien club des Los Angeles Galaxy. Les bons résultats de Zlatan Ibrahimovic, alors meilleur buteur de Ligue 1 pendant la trêve, entraînent le départ des attaquants Guillaume Hoarau et de Nenê, tous deux arrivés au PSG pendant l'ère Colony Capital. Ces deux derniers sont d'ailleurs envoyés hors de l'Europe, respectivement au Dalian Aerbin en Chine et à Al-Gharafa au Qatar.

Le bilan de la saison est excellent pour le club : le PSG finit champion de France au détriment de l'Olympique de Marseille et finit la Ligue des Champions au stade des quarts de finale suite à son duel remarquable contre le FC Barcelone, un des meilleurs clubs de football d'Europe. Malgré ses bons résultats, l'entraîneur italien Carlo Ancelotti décide de quitter sa fonction au PSG. Il deviendra quelques jours plus tard l'entraîneur du Real Madrid, un club plus prestigieux que le PSG actuellement.

À l'aube de la saison 2013-2014, le PSG doit maintenant concurrencer un nouveau « club riche de la Ligue 1 » : l'AS Monaco, acheté en 2012 par le milliardaire russe Dmitri Rybolovlev. Le club monégasque s'offre durant le mercato des stars comme Eric Abidal, Joao Moutinho, James Rodriguez et, surtout, Radamel Falcao (acheté 60 millions d'euros!).

Voulant rééditer l'exploit en Ligue 1, le PSG n'a pas d'autre choix que de renforcer son effectif. Ainsi, les dirigeants parisiens achètent le défenseur lillois Lucas Digne pour une dizaine d'euros, le jeune défenseur brésilien de l'AS Rome Marquinhos et le meilleur buteur de la saison écoulée en Italie, l'Uruguayen Edinson Cavani, venu depuis Naples pour la somme de 64 millions d'euros (battant de nouveau le record). Faute de trouver un entraîneur de renommée internationale, le PSG recrute l'ancien entraîneur bordelais et ancien sélectionneur de l'Equipe de France de football Laurent Blanc. Ce dernier avait gagné la Ligue 1 en 2009 avec les Girondins de Bordeaux et avait envoyé les Bleus jusqu'en quarts de finales de l'Euro 2012.

Ainsi, comme en 2012, le PSG finit à la mi- saison 2013-2014 champion d'automne, juste devant son adversaire principal... l'AS Monaco. En 2019 il gagne la ligue 1 et se qualifie pour la ligue des champions

Effectif[modifier | modifier le wikicode]

Edinson Cavani, l'un des joueurs phares du PSG.
Effectif actuel du Paris-Saint-Germain (2017-2018)
Poste Nationalité Nom Sélection
16 Gardien de but France France Alphonse Areola France
1 Gardien de but Allemagne Allemagne Kevin Trapp Allemagne
40 Gardien de but France France Sébastien Cibois Néant
Gardien de but France France Rémy Descamps Néant
Gardien de but Keylor Navas
3 Défenseur France France Presnel Kimpembe France
5 Défenseur Brésil Brésil Marquinhos Brésil
12 Défenseur Belgique Belgique Thomas Meunier Néant
20 Défenseur France France Laywin Kurzawa France
31 Défenseur France France Alec Georgen France -19 ans
32 Défenseur Brésil Brésil Daniel Alves Brésil
4 Milieu de terrain Pologne Pologne Grzegorz Krychowiak Pologne
6 Milieu de terrain Italie Italie Marco Verratti Italie
11 Milieu de terrain Argentine Argentine Ángel Di María Argentine
18 Milieu de terrain Argentine Argentine Giovani Lo Celso Argentine
19 Milieu de terrain France France Lassana Diarra France
23 Milieu de terrain Allemagne Allemagne Julian Draxler Allemagne
2
38 Milieu de terrain France France Yacine Adli France
9 Attaquant argentine Mauro Icardi Argentine
10 Attaquant Brésil Brésil Neymar Brésil
15 Attaquant Portugal Portugal Gonçalo Guedes Portugal
22 Attaquant Espagne Espagne Jesé Espagne espoirs
29 Attaquant France France Kylian Mbappé France
37 Attaquant Etats-Unis Timothy Weah Etats-Unis
Attaquant France France Jean-Christophe Bahebeck France espoirs

Présidents[modifier | modifier le wikicode]

L'ancien animateur de Canal+ Michel Denisot a été président du PSG entre 1991 et 1998.
Présidents du Paris-Saint-Germain
1970-1971 Pierre-Étienne Guyot
1971-1973 Henri Patrelle
1973-1978 Daniel Hechter
1978-1991 Francis Borelli
1991-1998 Michel Denisot
1998 Charles Biétry
1998-2003 Laurent Perpère
2003-2005 Francis Graille
2005-2006 Pierre Blayau
2006-2008 Alain Cayzac
2008 Simon Tahar
2008-2009 Charles Villeneuve
2009 Sébastien Bazin
2009-2011 Robin Leproux
2011 Benoît Rousseau
2011- Nasser Al-Khelaïfi

Palmarès[modifier | modifier le wikicode]

  • Championnat de France de football (8): 1986, 1994, 2013, 2014, 2015, 2016, 2018, 2019
  • Coupe de France de football (11): 1982, 1983, 1993, 1995, 1998, 2004, 2006, 2010, 2015, 2016, 2017
  • ligue des champions (4): 1988, 2013,2016,2020 (inshaallah)
  • Coupe de la Ligue française de football (8): 1995, 1998, 2008, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018
  • Trophée des champions (7): 1995, 1998, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017
  • Championnat de France D2 (1): 1971
  • Ligue des Champions (C1): Meilleur performance: Demi-finaliste en 1995
  • Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe (C2) (1): 1996 (Finaliste en 1997)
  • Coupe UEFA (C3): Meilleur performance: Demi-finaliste en 1993
  • Supercoupe de l'UEFA: Meilleur performance: Finaliste en 1996
  • Coupe Intertoto: 2001
  • Coupe Gambardella: 1991
  • Tournoi de Paris: 1980, 1981, 1984, 1986, 1992, 1993
  • Challenge de France: 2010
  • Championnat de France féminin (D1): Vice-champion en 2011, 2013, 2014, 2015, 2016
  • Coupe de France féminine (1) : 2010
  • Championnat de France féminin D2: 2001

Logos[modifier | modifier le wikicode]

Historiquement, le logo, de forme circulaire, est composé d'une Tour Eiffel rouge et stylisée, plutôt moderne, s'adaptant à un fond bleu foncé. Les couleurs rouge et bleu représentent en effet la ville de Paris (comme sur le drapeau français). On trouve aussi un berceau sous le monument. La tour Eiffel représente la ville de Paris et le berceau représente la ville de Saint-Germain-en-Laye. Ce type de logo est apparu dès 1972, soit deux ans après sa création.

En 1992, après l'achat du club par la chaîne cryptée Canal+, l'emblème change complètement en abandonnant la forme circulaire et les emblèmes des deux villes. Mais ce logo disparaît en 1996, pour le plaisir des supporters, et est remplacé par le logo initial. En 2013, afin de montrer le côté « marchandising » et mondial du club, les qataris modifient légèrement le logo du PSG : ils suppriment le berceau pour le remplacer par une fleur de lys (symbole de la royauté française), supprime également la date de création (1970) pour montrer la modernité récente du club et grossit le mot 'Paris', afin d'appuyer le club sur la réputation mondiale de Paris, considérée comme l'une des plus belles villes du monde.

Différentes compositions[modifier | modifier le wikicode]

La composition des deux équipes lors de la demi-finale retour de C1 entre le PSG et le FC Barcelone en 1997.
L'équipe-type du PSG 2 mois avant l'arrivée du Cheikh Al-Thani au club (finale de Coupe de France 2011 LOSC Lille/Paris SG).

L'équipe-type du PSG 3 mois après l'arrivée du Cheikh Al-Thani au club (match du Championnat de France de football AC Ajaccio/Paris SG en 2011).

L'équipe-type du Paris Saint-Germain en 2013-2014 (Finale du Trophée des Champions Paris SG/Girondins de Bordeaux).

Fair-play financier[modifier | modifier le wikicode]

Le PSG a été sanctionné par l'UEFA, avec Manchester City et récemment Chelsea pour avoir enfreint les règles du fair-play financier. Le fair-play financier consiste à obliger les clubs à ne pas dépenser plus d'argent qu'ils n'en gagnent, ainsi que le fait qu'ils doivent conserver une masse salariale égale à celle de la saison passée. Sinon, ils risquent de différentes sanctions en vue de la C11.

Références[modifier | modifier le wikicode]

Portail du football —  Sport, équipes et compétitions...
Portail de Paris — Tous les articles concernant Paris et sa banlieue.