Otton II

« Otton II » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
L'empereur Otton II entouré de la Slavonie, des Gaules, de la Germanie et de Rome, qui sont les différentes parties de son empire théorique

Otton II est un empereur du Saint-Empire romain germanique. Il est né vers la fin de l’année 955 et mort le 7 décembre 983, à Rome. C'est le fils d'Otton Ier.

Minorité[modifier | modifier le wikicode]

Otton II dit le Roux ou le Sanguinaire, né en 955 devient empereur germanique à 18 ans en 973. Bien qu’il fut en âge de régner, sa mère, Adélaïde, tenta de contrôler l’empire car Otton II était trop peu expérimenté et n’avait pas la sagesse de diriger cet empire naissant qui risque, à chaque seconde, d’être troublé par une guerre civile entre candidats au trône impérial. Au début, Otton II laisse sa mère faire car il savait que c’était pour le bien de l’empire, mais, des nobles jaloux de la bonté et de la douceur que l’impératrice avait pour les plus pauvres de ses sujets firent croire à l’empereur qu’elle n’était qu’une méchante sorcière qui voulait prendre le pouvoir. Otton II chasse sa mère qui, triste de voir son fils écouter les menteurs, alla vivre en Bourgogne. Cependant, Otton II vit très vite les conséquences de sa bêtise, car, à peine Adélaïde était-elle en Bourgogne que l’empire tombait en pleine guerre civile. L’empereur alla voir sa mère et il la supplia à genoux pour qu’elle revienne, ce qu’elle fit avec plaisir.

C’est dans la famille que naissent les troubles pensent certains philosophes, peut-être qu’Otton le Roux fut un exemple car, apprenant que son cousin, le si bouillant duc de Bavière Henri II qu’il était surnommé le Querelleur, voulait annexer le duché de Souabe à la mort de son duc, Bouchard III. Otton II s’y opposa, de peur de voir la Bavière devenir trop puissante pour être contrôlée. Henri II, mécontent, tente une révolte contre son frère avec l’aide de la minorité slave, de la Pologne et de la Bohème, mais il est vaincu. En 974, l’empereur mène une expédition militaire contre le Danemark, pour montrer la puissance de son empire aux Vikings.

Politique française[modifier | modifier le wikicode]

Otton II avait une personnalité basée sur les extrêmes. Son extrême justice cohabitait avec son extrême dureté et il pouvait tout aussi bien être le plus grand des débonnaires avec ses loyaux sujets comme il pouvait être un horrible bourreau face aux traîtres. En 976, il confisque la Bavière, fait torturer puis exiler Henri le Querelleur et divise la Bavière en deux territoires.

En 977, l’empereur Otton II accueille son cousin, Charles, chassé par son frère, le roi Lothaire II des Francs et jure fidélité à Otton II, lui promettant de le faire roi des Francs, en récompense, il obtient le duché de Basse-Lotharingie Lothaire II lance une expédition sur Aix-la-Chapelle pour montrer à l’empereur la puissance de son royaume, mais Otton II, au contraire, décide de venger l’affront en attaquant le royaume des Francs avec une armée de 60 000 hommes. Ravageant les régions du Nord de la France, il assiège Paris, défendue avec une telle vaillance par Hugues Capet, alors Premier ministre et duc de France, qu’il doit battre en retraite. Mais, Lothaire II, craignant que cette acte n’augmente le prestige d’un Hugues Capet supérieur au sien, décide de mettre fin à la guerre en reconnaissant la Lorraine comme étant propriété allemande. Hugues Capet décide de faire aussi copain-copain avec l’empereur et fête Noël avec lui en échange de la paix. La guerre aura surtout profiter aux évêques qui prirent d’importantes terres.

La politique italienne[modifier | modifier le wikicode]

Otton II décide ensuite de s’occuper de l’Italie. Il va déjà à Rome appelé par les romains mécontents des maîtres de leur ville : les violents et intrigant Crescentius. Ceux-ci étaient parvenus au pouvoir en faisant étrangler le pape Benoît VI et en le remplaçant par un de leurs alliés, Boniface VII. L’empereur chasse Boniface VII et le remplace par Benoît VII. Jugeant les nobles romains trop peu soumis à son autorité, l’empereur imagina un plan horrible : il les invita à un banquet où il les fit poignarder. Cet acte horrifia les romains qui surnommèrent Otton II le Sanguinaire. Mais, Otton II ne s’arrête pas là, désirant contrôler toute l’Italie, il doit pour cela guerroyer au Sud de ce pays, alors indépendant. Victorieux sur terre (prise de Naples…) il est défait sur mer par une armada musulmane, appelée en renfort par les italiens, et il dut, selon les chroniques, s’enfuir à la nage. Apprenant la nouvelle, des slaves y voient un affaiblissement de l’Empire et se lance dans une guerre d’indépendance, les Danois attaquent les margraviats du nord et les Bohémiens ceux de l’Ouest. Otton II meurt en 983 avant d’avoir pu préparer les contre-attaques, son dernier geste fut de nommer son fils de 3 ans, Otton, roi des romains.

Société paysanne au XIVe siècle.jpg Portail du Moyen Âge —  Tous les articles sur le Moyen Âge.
Portail de l'Allemagne —  Tous les articles sur l'Allemagne.