Garçon devant un ordinateur.jpg
Hollie Little Pink Laptop.jpg
les articles à compléter  • le Livre d'or
Ce sont des enfants, des adolescents et des adultes qui écrivent et qui font la maintenance de Vikidia. Participez vous aussi !

Ordre n° 270

« Ordre n° 270 » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher

L'Ordre n° 270 est un ordre signé par Joseph Staline, Viatcheslav Molotov, et par le général Gueorgui Joukov. Cet ordre indique que chaque soldat de l'armée rouge se rendant aux troupes du Troisième Reich se verra jugé pour désertion, puis exécuté, et sa famille se verrait nommée "famille d'ennemi du peuple". Il déclare également que, peu importe le grade du militaire, celui-ci à l'obligation de résister jusqu'au bout, peu importe de quelle façon.

Contexte[modifier | modifier le wikicode]

La Wehrmacht a envahi l'URSS depuis déjà 8 semaines, rompant le pacte de non-agression. L'URSS perd une très grosse partie de ses territoires à l'Ouest du pays, et perd 3 millions de soldats, faits prisonniers par les allemands. Le peuple soviétique ne sait que faire, que penser, car Joseph Staline ne s'est exprimé en public depuis 2 semaines déjà, alors que l'Allemagne Nazie fracture l'URSS. Il diffuse, à la radio, un message, où il proclame la politique de la terre brûlée, ainsi que la guerre totale, où il appelle chaque soviétique à résister face à l'attaque allemande. Les grands purges de Staline ont énormément fragilisé l'armée rouge, et elles continuent même pendant la guerre. Le moral des troupes est à zéro, tandis que le système de défense est complètement submergé par l'assaut ennemi.

Contenu[modifier | modifier le wikicode]

Dans les premières lignes, Staline cite l'exemple de soldats résistant remarquablement contre l'avancée ennemie, et donne l'exemple d'un lieutenant-général ayant résisté 45 jours, et ayant brisé l'encerclement allemand pour au final arriver à rejoindre le gros de l'armée rouge, tout en ayant mis en déroute une partie de la Wehrmacht. Il cite aussi divers hauts gradés et un compagnie mécanisée, ayant réussi à rejoindre eux aussi le gros de l'armée rouge, alors qu'ils étaient encerclés, à 650km de l'armée.

Mais Staline dénonce aussi les "traîtres", trois généraux qui se sont rendus sans résister jusqu'au bout. Il accuse aussi ceux qui sont loin des combats, "dans leur bureaux", et demande "Puis-je supporter ces traîtres, ces déserteurs qui se rendent à l’ennemi, ou ces chefs sans honneur qui à la première alarme déchirent leurs insignes et désertent vers l’arrière ? Non, vous ne le pouvez pas ! Si nous laissons agir ces déserteurs et ces lâches, notre armée sera vite à genoux, et notre pays détruit. Nous devons détruire les lâches et les déserteurs.. Ces imposteurs doivent être dégradés, renvoyés au rang de soldats de 2ème classe, et si nécessaire exécutés sur le champ, ce qui amènera à leur place de fiers et courageux individus provenant des rangs des sous-officiers ou des soldats." Il décrète donc :

  • Que chaque officier, ou commissaire (ministre) se rendant ou déchirant ses insignes leur permettant d'être reconnus par les ennemis, seront exécutés et leur familles considérées comme "famille d'ennemi du peuple"
  • Que chaque soldat encerclé devait résister jusqu'au bout, et que leur supérieurs hiérarchiques devaient les diriger dans cet unique but. L'ordre exige des soldats de défendre coûte que coûte le matériel militaire. Le non respect de ces règles se verrera sanctionné par exécution, "par tous les moyens". Les familles des déserteurs se verreront sans aide de l'Etat Soviétique.

Staline en personne dira : "Il n’y a pas de prisonniers de guerre soviétiques, il n’y a que des traîtres".

Coat of arms of the Soviet Union.svg Portail de l'Union soviétique - Tous les articles concernant l'URSS.
Portail de la Seconde Guerre mondiale —  Tous les articles sur la Seconde Guerre mondiale