Favicon Vikidia.png Les associations Vikidia et Wikimédia France ont besoin de vous ! Wikimedia France logo.svg

Les associations Vikidia et Wikimédia France ont besoin de votre aide pour participer à une enquête sur les contributeurs et visiteurs de Vikidia. Cela ne vous prendra que 10 minutes et nous permettra de mieux vous connaître et d'améliorer l'encyclopédie.
Vous avez du 12 juillet au 30 septembre pour y répondre. Nous vous en remercions par avance !

Répondre au sondage !

Olympie

« Olympie » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Révision datée du 7 juin 2018 à 10:01 par Js2lyon (discussions | contributions) (y est une lettre de l'alphabet latin)
Aller à : navigation, rechercher
Maquette du sanctuaire d'Olympie, avec le temple au centre et le stade, en haut à droite
Entrée du stade d'Olympie

Olympie (en grec ancien : Ὀλυμπία / Olympia) est l'un des grands centres religieux de la Grèce antique. Il est situé dans le Péloponnèse, en Élide, sur la rive droite du fleuve Alphée et au pied du mont Cronion.

Le site d'Olympie était dédié à Zeus. Pour honorer ce dieu, Olympie accueillait tous les quatre ans les jeux olympiques durant l'Antiquité. Aujourd'hui encore, la flamme olympique y est allumée quelques mois avant la cérémonie d'ouverture des jeux modernes.

Histoire, archéologie

Olympie n'a jamais été une cité ou une ville, elle dépendait de la cité d'Élis. Le sanctuaire d'Olympie, dédié à Zeus, était habité uniquement par le personnel des temples et les prêtres du culte. Le site se remplissait tous les quatre ans quand avaient lieu les jeux olympiques. Les premiers furent célébrés en 776 avant J.-C., après la paix conclue entre Lycurgue, roi de Sparte et Iphitos, roi d'Élide, et jusqu'en 393 ap. J.-C., date de l'interdiction des cultes païens.

Le site fut ruiné par une série de séismes majeurs, en 522, 551 et 561 ap. J.-C., puis recouvert par les sédiments déposés par les crues de l'Alphée (fleuve) et du Cladée (rivière).

Reconstitution du temple de Zeus
Vestiges du temple de Zeus

Des fouilles archéologiques françaises et britanniques eurent lieu à partir du XVIIIe siècle, mais les plus importantes furent les fouilles allemandes menées à partir de 1875 par l'archéologue et historien Ernst Curtius.

Description des monuments

Le sanctuaire lui-même, nommé Altis, était à l'origine un bois sacré. Il comprenait plusieurs temples, dont celui de Zeus, ainsi que des trésors offerts par les cités grecques. Le stade et les bâtiments civils ont été construits à l'extérieur de l'Altis.

Temple de Zeus

Le grand temple de Zeus Olympien, érigé entre -470 et -456, est un édifice d'ordre dorique, à 6 x 13 colonnes, dû à l'architecte éléen (Élée était une cité grecque de Sicile) Libon. Il était construit avec le calcaire coquillier local et recouvert de stuc blanc. Seul le toit et quelques décors étaient en marbre.

Les frontons et métopes

Les deux frontons du temple présentent des scènes mythologiques sculptées dans le marbre. Les plus grandes (au centre) mesurent 3,15 m. Certaines de ces statues ont été évidées pour réduire leur poids.

Le fronton est, représentait la course de chars entre Pélops et Œnomaos. Le fronton ouest représentait la bataille des Lapithes contre les Centaures.

La statue de Zeus, l'une des sept merveilles du monde (reconstitution)

Douze métopes, sur les côtés, au-dessus de la colonnade, représentaient les douze travaux d'Héraclès, fils de Zeus et, selon certaines traditions, fondateur des Jeux olympiques.

La statue de Zeus, par le sculpteur Phidias

Le temple abritait l'une des sept merveilles du monde, la statue chryséléphantine (d'or et d'ivoire) de Zeus. Cette statue fut sculptée par Phidias vers -440 / -430. Elle mesurait 12,75 m de haut. Le corps était fait d'ivoire, les cheveux, la barbe, les sandales, et la draperie, en or. Le trône était d'ébène et d'ivoire. De cet ensemble, il ne reste rien. Par vénération pour le sculpteur, l'atelier de Phidias fut conservé jusqu'au Ve siècle après J.-C., puis transformé en une église byzantine, dont il reste des vestiges.

L'Hermès de Praxitèle

Temple d'Héra

Temple d'Héra

Le temple d'Héra est un temple dorique de taille moyenne, datable de -600 environ, de 6 x 16 colonnes.

Il en reste le soubassement complet et des éléments de colonnes, dont une a été remontée.

L'Hermès de Praxitèle

Dans le temple d'Héra a été trouvée, en 1877, la célèbre statue d’Hermès portant Dionysos enfant, attribuée au sculpteur Praxitèle (IVe siècle av. J.-C.). Mais cet Hermès pourrait aussi être l'œuvre d'un sculpteur hellénistique, voire romain. L'œuvre actuelle pourrait également être une copie d'une œuvre de Praxitèle.

La statue en marbre de Paros mesure 2,10 m. On suppose qu'elle était dorée dans l'Antiquité.

Installations sportives

Stade d'Olympie
Article à lire Article à lire : Jeux olympiques antiques
Pour en savoir plus Pour en savoir plus, lire l’article : sport dans l'Antiquité.


Stade

Le stade mesurait 192,27 m de long. Il accueillait les diverses épreuves des jeux olympiques antiques : la première consiste à faire un tour de piste (le dromos), la seconde deux (le diaulos) et la troisième 7, 14 ou 24 tours (le dolichos).

Portique est du gymnase

Gymnase

Les athlètes pratiquaient dans le gymnase les sports nécessitant de la place comme le javelot, le disque ou la course. Il est constitué d'un grand espace rectangulaire central (120 m x 200 m) bordé de portiques doriques.

Palestre

Cérémonie moderne de la flamme olympique, avec des actrices jouant le rôle de prêtresses.

La palestre a le même plan carré que le gymnase, mais elle est plus petite. Les athlètes s'entraînaient dans la palestre à la lutte et au saut en longueur principalement. Autour de l'espace central, les portiques étaient organisés en petites pièces où les athlètes se préparaient et s'entretenaient avec les entraîneurs.

Cérémonie de la flamme olympique

La flamme olympique est une invention moderne qui symbolise l'allumage d'un foyer, qui avait lieu lors de l'ouverture des jeux antiques.

Devant les ruines du temple d'Héra, des actrices jouent le rôle de prêtresses et procèdent à l'allumage de la flamme. La chorégraphie et les costumes des figurantes s'inspirent de l'Antiquité.

Le système d'allumage correspond à un procédé déjà connu des anciens : l'utilisation du soleil et d'un récipient concave (miroir parabolique) : les rayons du soleil, réfléchis au centre du récipient, dégagent une chaleur intense qui allume la flamme.

Parthenon from south.jpg

Langue et civilisation - Grec ancienAlphabet grecMonnaie grecque antiqueMystères d'Éleusis
Littérature et philosophie - SocratePlatonAristoteThéâtre grecEschyleSophocleEuripideAristophaneHérodoteThucydideÉsopeHéracliteCynisme (Diogène de SinopeAntisthène) • Stoïcisme (ÉpictèteSénèque) • Jacqueline de Romilly
Mythologie - Dieux grecsEnceladeŒdipeAtlantide
Art et archéologie - Temple grecCéramique grecqueParthénonAgora d'AthènesDelphesCorintheOlympieTemple d'Apollon à BassaeThéâtre d'ÉpidaureDélosMycènesTiryntheSantorinSyracuseHeinrich Schliemann
Lieux - ThessaloniqueColone


Portail de la Grèce — Tous les articles sur la Grèce, de l'Antiquité à aujourd'hui.
Portail des Jeux olympiques —  Tous les articles sur les Jeux olympiques
Article mis en lumière la semaine du 28 juin 2010.

37° 38′ 17″ N 21° 37′ 50″ E / 37.638056, 21.630556