Olympias

« Olympias » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
La reine Olympias. Médaille romaine fabriquée pendant le règne de Caracalla.

Olympias est née vers 375 av. J.-C. et est décédée en 316 av. J.-C.. Cette princesse épirote est l'épouse du roi Philippe II de Macédoine et la mère d'Alexandre le Grand. Très ambitieuse, l'essentiel de son action fut d'assurer le trône de Macédoine à son fils Alexandre (qui n'était qu'à demi Macédonien et qui pouvait craindre la concurrence future d'un demi-frère totalement macédonien). Après la mort d'Alexandre elle agit de même en faveur du tout jeune fils de ce dernier.

Une princesse épirote[modifier | modifier le wikicode]

Olympias était la fille de Néoptolème Ier roi d'Épire, pays au nord-ouest de la Grèce proprement dite. Sa famille prétendait descendre de la captive troienne Andromaque et de Néoptolème, le fils d'Achille. Son prénom de naissance est Myrtale (elle prit le prénom d'Olympias après la victoire de l'attelage de chevaux de son époux aux Jeux olympiques de 356).

Dans sa jeunesse Olympias est éduquée à Dodone (important sanctuaire où Zeus avait un oracle très consulté par les Grecs) puis devint prêtresse de Zeus dans l'île de Samothrace. C'est là qu'elle rencontra Philippe qui s'y était rendu pour une initiation religieuse et négocier une alliance. Philippe, qui a 28 ans, est séduit par la jeune fille âgée de 18 ans qui était très belle et avait du caractère. En 357 Olympias épouse le roi de Macédoine (elle devient sa troisième épouse).

La mère d'Alexandre[modifier | modifier le wikicode]

En juillet 356, Alexandre nait. L'historien grec Plutarque rapporte que pendant la nuit de noces, la jeune reine rêva qu'un éclair la frappait au ventre et que le feu qu'il engendra ravagea tout autour de lui. La même nuit le roi aurait rêvé qu'il apposait un sceau représentant un lion sur le sein de sa femme. Pour les Grecs il était évident que l'enfant à naître, était né de Zeus, le maître du tonnerre. Le lion était un animal consacré à Héraclès, fils de Zeus et ancêtre mythique des rois de Macédoine. L'enfant avec de tels parrainages serait un grand roi et un conquérant qui soumettrait le monde. Olympias avouera à son fils son rêve qui lui donne une origine divine (idée qu'Alexandre se fera confirmer en Égypte lorsqu'il rend visite à l'oracle d'Ammon-Zeus de l'oasis de Siwa). Philippe et Olympias auront un deuxième enfant, une fille prénomée Cléopâtre. Philippe avait déjà un garçon nommé Philippe Arridaeus, né d'une non-noble. Ce demi-frère d'Alexandre devint débile d'esprit après un empoisonnement (que certains historiens grecs attribuent à Olympias) .

Olympias s'occupe activement de l'éducation intellectuelle d'Alexandre et réunit pour lui (et ses camarades) les meilleurs maîtres du temps (en particulier Aristote). C'est elle qui valorise aux yeux de son fils ses liens familiaux avec Achille (Alexandre prendra le héros de la Guerre de Troie comme son modèle et il emportait partout avec lui le texte de l'Iliade dont il connaissait par cœur de nombreux passages).

Malgré le comportement volage de son époux, la position d'Olympias à la cour macédonienne n'est pas contestée. Cependant ses liens avec Philippe se relâchent, car Olympias était une adepte du culte de Dionysos, culte mal vu des Macédoniens en particulier parce qu'on y manipulait des serpents. En 337 Philippe la met à l'écart pour épouser Cléopâtre-Eurydice une jeune fille de la noblesse macédonienne (son oncle Attale était le chancelier de Macédoine). Cette jeune fille va lui donner rapidement un garçon (totalement macédonien qui devient alors héritier du trône ce qui en écarte Alexandre). Philippe accuse Olympias d'infidélité et considère désormais son fils Alexandre comme illégitime.

Alexandre se retire en Illyrie et Olympias s'exile en Épire auprès de son frère le roi Alexandre, que Philippe vient de placer sur le trône. Mais celui-ci devient rapidement un soutien de Philippe qui lui a proposé sa fille Cléopâtre en mariage.

Olympias ne revient en Macédoine qu'après l'assassinat de Philippe, qui a lieu pendant les fêtes données pour le mariage de Cléopâtre. Beaucoup de contemporains soupçonnent la complicité d'Olympias dans l'assassinat de son mari. Philippe mort, Alexandre, qui a 20 ans, est proclamé roi grâce à l'appui de certains généraux de son père. Dès l'accession au trône d'Alexandre, Olympias fait mettre à mort Cléopâtre, la toute récente femme de Philippe (ainsi que sa sœur qui était enceinte).

Pendant l'absence d'Alexandre[modifier | modifier le wikicode]

En 333 Alexandre entreprend l'expédition contre l'empire perse. Il ne reverra plus sa mère qui reste en Macédoine. Olympias par correspondance abreuve son fils de recommandations mais celui-ci n'en tient pas compte.

La régence du pays est assurée par Antipater qui a de mauvaises relations avec la reine-mère. Chacun d'entre eux dénonce le comportement de l'autre au jeune roi. Pour éloigner Antipater, Alexandre lui ordonne de le rejoindre en Perse. Mais Antipater délègue son fils Cassandre ce qui provoque la fureur du roi.

En 330 à la mort de son frère Alexandre qui combattait en Italie du Sud, Olympias retourne en Épire pour servir de régente à son cousin Aeacidas.

Après la mort d'Alexandre[modifier | modifier le wikicode]

Alexandre meurt en juin 323. Il ne laisse qu'un enfant à naître (Alexandre IV) comme héritier et celui-ci naîtra d'une mère non-grecque, la princesse Roxane de Sogdiane, ses droits au trône sont donc menacés. La régence de la Macédoine est alors confiée à Perdiccas le vizir d'Alexandre. Pour nuire à Antipater, qui veut marier sa fille à Perdicas, Olympias lui propose le même marché mais avec sa fille Cléopâtre, veuve du roi d'Épire. Perdicas accepte, ce qui déclenche la guerre civile. Antipater est victorieux, il redevient le régent mais il meurt quelques temps plus tard, en 319 .

Polyperchon, un des généraux est nommé pour assurer la régence. Olympias le soutient face aux prétentions de Cassandre, fils d'Antipater, qui visait lui-aussi la régence. La guerre a lieu et Cassandre vainc Polymerchon. En 317, Olympias décide de regrouper les restes des partisans de Polymerchon, les troupes de son cousin Aecidas le roi d'Épire et attaque Cassandre. Olympias ordonne la mise à mort de Philippe le demi-frère d'Alexandre (qui avait été déclaré roi), sa femme et des centaines de Macédoniens partisans de Cassandre.

En 316, Cassandre parvient à assiéger Olympias dans Pydna, un port près du mont Olympe. Elle se rend contre la promesse de la vie sauve, mais elle est exécutée. En 310, Roxane et le fils d'Alexandre seront eux-aussi exécutés sur ordre de Cassandre.

Portail de la Grèce —  Tous les articles sur la Grèce, de l'antiquité à aujourd'hui.
Icone chateau.png Portail de l'Histoire —  Toute l'Histoire, de la préhistoire, jusqu'à aujourd'hui.