Vikidia a besoin de toi !
Favicon Vikidia.png Permets à vikidia de continuer sa mission et d'apporter la connaissance aux enfants en faisant un don ! Favicon Vikidia.png

Nicobar ponctué

« Nicobar ponctué » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Nicobar ponctué
photographie du seul spécimen connu, au musée de Liverpool
photographie du seul spécimen connu, au musée de Liverpool
Nom(s) commun(s) Nicobar ponctué
Nom scientifique Caloenas maculata
Classification famille des columbidés
Répartition inconnue ; sans doute dans des îles du Pacifique Sud, voire de l'est de l'océan Indien
Milieu de vie inconnu ; peut-être arboricole
Taille 32 cm de long (pour le seul spécimen connu)
Poids inconnu
Longévité inconnue
Reproduction inconnue
Régime alimentaire inconnu ; peut-être se nourrissait-il de fruits
Statut UICN EX IUCN 3 1.svg Éteint
Le dessin original de John Latham, en 1823.
Le dessin original de John Latham, en 1823.
voir modèle • modifier

Le nicobar ponctué (nom scientifique : Caloenas maculata) est un oiseau disparu, de la famille des columbidés (comme les pigeons et les colombes). C'était un proche parent du nicobar à camail ainsi qu'un cousin du dodo et du solitaire de Rodrigues. On sait très peu de choses à son sujet : à ce jour, aucun oiseau vivant n'a jamais été observé, et on suppose que l'espèce est éteinte.

Description[modifier | modifier le wikicode]

Un seul spécimen connu[modifier | modifier le wikicode]

Le nicobar ponctué a été décrit pour la première fois par le naturaliste anglais John Latham ; cependant, Latham n'avait jamais observé cet oiseau dans la nature : il s'est servi, pour sa description, de deux oiseaux empaillés, appartenant à des collectionneurs. L'un de ses spécimens se trouve maintenant au musée d'histoire naturelle de Liverpool ; l'autre a été perdu depuis. Aucun des deux collectionneurs n'avait indiqué la provenance des oiseaux, si bien qu'on ignore ou vit (ou vivait) le nicobar ponctué. Cependant, la connaissance que l'on a de leurs collections permet de supposer qu'il serait originaire du Pacifique sud (Joseph Banks, un naturaliste qui possédait l'un des deux spécimens, avait reçu beaucoup de spécimens du Capitaine Cook, notamment).

Un oiseau difficile à classer[modifier | modifier le wikicode]

Avec aussi peu de spécimens, et aucun oiseau vivant jamais observé, on dispose bien sûr de très peu d'informations à son sujet, et le statut de l'espèce a fait débat durant le XXème siècle. Le spécimen de Liverpool est un pigeon assez petit et mince, mesurant 32 cm de long. Son plumage était sombre, presque noir, avec des reflets vert métallisé et des taches beige-doré. Les scientifiques ont formulé plusieurs hypothèses pour tenter de classer cette espèce, car la connaissance de ses proches parents aurait pu donner une idée de son aire de répartition, et donc orienter les recherches : certains ont pensé qu'il était un proche parent des ptilopes, des pigeons arboricoles, frugivores, ou à différents carpophages (des pigeons frugivores, des genres Ducula et Gymnophaps, notamment). D'autres au contraire pensaient que c'était plutôt un cousin du pigeon de Nicobar, que l'on appelle aussi nicobar à camail, un pigeon plutôt terrestre.

Dessin de Joseph Smit, en 1898, d'un nicobar ponctué. Sa représentation est fausse, car il s'est inspiré du nicobar à camail pour la faire : il a imaginé un oiseau terrestre, comme le nicobar à camail, et un peu plus gros que ce qu'il n'est en réalité. Il a également imaginé une espèce de bosse, sur le bec, comme pour le nicobar à camail, mais qui, en réalité, n'existe pas chez le nicobar ponctué.

Certains, comme Walter Rothschild, ont même pensé qu'il ne s'agissait pas d'une espèce à part entière, mais plutôt d'un spécimen qui aurait présenté une anomalie, ce qui aurait expliqué qu'on ne le retrouve pas dans la nature. Une autre hypothèse a concerné des histoires racontées par des tahitiens concernant un oiseau vert et blanc appelé « titi » : on a pensé que le mystérieux « titi » aurait pu être le nicobar ponctué, et qu'il aurait en fait été originaire de Tahiti. Mais on a ensuite découvert que « titi » était le nom que les Polynésiens donnaient au puffin, un oiseau très différent.

Les analyses génétiques[modifier | modifier le wikicode]

En 2014, des analyses génétiques de l'ADN ont révélé que le nicobar ponctué était bien une espèce à part, et non une anomalie, mais aussi que c'était un proche cousin du nicobar, dont le nom scientifique est Caloenas nicobarica), et d'une autre espèce disparue, le nicobar kanak. Les trois espèces ont donc été placées dans le même genre, Caloenas, et ont toutes été appelées des « nicobars », en français. Le pigeon de Nicobar, que l'on appelait tout simplement nicobar (du nom des îles Nicobar, d'où il est originaire) est désormais appelé le nicobar à camail, et ses cousins sont le nicobar kanak (Caloenas canacorum) et le nicobar ponctué.

Le nicobar à camail est le plus proche cousin du nicobar ponctué. C'est un oiseau principalement terrestre, un peu plus gros, et qui se reconnaît à la petite bosse sur le dessus de son bec. Son plumage est en partie vert métallique, comme celui du nicobar ponctué.

Plus étonnant, l'étude a également révélé que les nicobars étaient les plus proches parents encore en vie d'oiseaux disparus depuis longtemps, le solitaire de Maurice, ou dodo, originaire, comme son nom l'indique, de l'île Maurice, et son cousin, le solitaire de Rodrigues, originaire lui de l'île Rodriges. Le nicobar à camail vit dans l'Est de l'océan Indien, l'Inde, le golfe du Bengale, les îles Nicobar, la Nouvelle-Guinée et jusqu'aux Philippines ; les restes du nicobar kanak ont été découverts dans des grottes de Nouvelle-Calédonie : il est donc probable que leur ancêtre soit originaire du Sud du Pacifique, ou de l'Est de l'océan Indien, et que leur cousin, le nicobar ponctué, ait également vécu dans cette même région. Leurs parents, le solitaire de Maurice et le solitaire de Rodriges, ont vécu, respectivement, dans l'île Maurice et l'île Rodrigues, situées dans le sud-ouest de l'océan Indien, ce qui étend encore la zone où le nicobar ponctué aurait pu vivre.

Disparu ?[modifier | modifier le wikicode]

Quoiqu'il en soit, après plus d'un siècle de recherches infructueuses sans jamais avoir pu observer un nicobar ponctué vivant, l'espèce est considérée comme éteinte depuis 2008. On ignore quand, et pourquoi il a disparu (ce qui est très difficile à dire, puisqu'on ne sait même pas où il a vécu !), mais il est possible, comme d'autres espèces vivant dans les îles, que ce soit à cause de la présence humaine, et de la chasse, ou de l'introduction de nouveaux prédateurs, comme les chiens, les chats, et les rats, qui ont déjà provoqué la disparition d'un grand nombre d'autres espèces.

Mode de vie[modifier | modifier le wikicode]

Les carpophages du genre Ducula, comme le carpophage des Marquises, sont des cousins plus éloignés du nicobar ponctué, mais ils lui ressemblent plus dans l'apparence générale. Il est probable que ce soit parce qu'il devait vivre de la même manière : c'était sans doute un oiseau arboricole et frugivore.

Le nicobar ponctué est un proche cousin du nicobar à camail, mais dans son apparence générale, il ressemble plus à des pigeons plus petits, comme les carpophages, ce qui a fortement compliqué sa description et sa classification. Le nicobar à camail est un gros pigeon essentiellement terrestre, qui se nourrit de graines et de racines qu'il trouve en fouillant le sol, et il aurait pu en être de même pour le nicobar ponctué, mais le fait qu'il ressemble plus à un carpophage indique que son mode de vie était en fait certainement différent : le nicobar ponctué avait des ailes assez courtes, mais puissantes, au bord arrondi, et il devait très bien voler, et être capable de manœuvrer facilement entre les arbres : c'était sans doute un oiseau arboricole. Comme les carpophages, auxquels il ressemblait, il devait sans doute se nourrir de fruits.

Scilab128.png Portail des oiseaux —  Tous les articles sur les oiseaux.