Négationnisme

« Négationnisme » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Un four crématoire dans le camp du Struthof-Natzweiler (Bas-Rhin). Une preuve niée par les négationnistes

Le négationnisme est un courant de pensée, surtout répandu dans l'extrême-droite. Le négationnisme nie la réalité du génocide des juifs par les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale. Les négationnistes nient la réalité de l'existence des chambres à gaz et de leur utilisation. Ils nient également l'existence de directives provenant des plus hautes autorités nazies pour organiser cette extermination systématique.

Le terme négationniste s'est étendu à ceux qui nient la réalité d'autres massacres de masse organisés ou génocides : comme le génocide des Arméniens par les Turcs ottomans pendant la Première Guerre mondiale, ou bien le génocide organisé par les Khmers rouges au Cambodge dans les années 1970... entre autres.

Le négationnisme a été condamné par l'Assemblée générale de l'ONU le 26 janvier 2007. Il est interdit dans de nombreux pays.

Le négationnisme ne doit pas être confondu avec le révisionnisme historique qui est une activité normale des historiens lorsqu'ils discutent d'une interprétation ancienne de faits réellement établis.

Les motivations des négationnistes[modifier | modifier le wikicode]

Les négationnistes se recrutent parmi les adhérents de certains cercles politiques. Ces personnes :

  • expriment des idées antisémites
  • tentent de défendre l'idéologie nazie et le Troisième Reich.
  • tentent de défendre les nazis auteurs des faits criminels commis avant et pendant la guerre
  • tentent de défendre les collaborateurs qui pendant la Seconde Guerre mondiale ont aidé les nazis dans leurs exactions contre les populations de l'Europe occupée.
  • veulent retirer aux victimes du nazisme et à leurs ayants-droits tout droit à une réparation morale et financière. Leur idée est : puisqu'il n'y a pas eu de crimes, il n'y a pas eu de victimes.

Méthodes des négationnistes[modifier | modifier le wikicode]

1942. En Ukraine occupée par les nazis, un SS abat un Ukrainien de religion juive. Photo prise par les Allemands

Les négationnistes recrutent en partie dans les milieux universitaires liés à l'extrême-droite et le plus souvent chez des non-historiens de formation. Ils disposent d'un réseau d'éditeurs, de revues plus ou moins confidentielles, de sites internet difficilement contrôlables.

Les négationnistes rejettent la plupart des preuves matérielles de la Shoah. Pour eux les documents laissés derrière eux par les nazis (camps, fours, chambres à gaz, directives et rapports officiels nazis, mémoires des acteurs ou des victimes) sont des faux qui ont été fabriqués après la guerre par les vainqueurs du nazisme. Ces vainqueurs seraient manipulés par un vaste complot juif mondial.

S'ils sont contraints d'admettre certaines preuves, ils en contestent la signification. Ainsi pour les négationnistes les morts juifs dans les camps s'expliquent par les maladies qui y faisaient des ravages (en particulier le typhus) et aux bombardements des camps ou des convois par l'aviation américaine ou bien par le travail forcé. S'il y a eux des fours crématoires c'étaient pour assainir les camps et éviter la propagation des épidémies. Ils affirment souvent que les personnes internées, voire exécutées, l'ont été non pas pour des raisons raciales mais pour espionnage, sabotage, opposition armée au régime allemand... et qu'il était normal que le régime nazi se défende.

Les négationnistes contestent la possibilité matérielle de gazer les juifs et d'incinérer les cadavres en grande quantité. Ils en concluent que le nombre de morts avancé à la fin de la guerre est exagéré. (il faut noter que les nazis ne tenaient pas de comptabilité ni d'état-civil des personnes gazées. Les cadavres étaient systématiquement brûlés dans les fours ou en plein air afin de ne pas laisser de traces ; les nazis ont même fait déterrer les corps enfouis dans des fosses communes pour en brûler les restes. Des historiens ont pu montrer que le fonctionnement continu des fours crématoires permettait de se débarrasser de centaines de milliers de cadavres).

L'action contre le négationnisme[modifier | modifier le wikicode]

Le négationnisme de la Shoah a été condamné par l'assemblée générale de l'ONU, le 26 janvier 2007. En France la loi Gayssot du 13 juillet 1990 sanctionne l'expression publique des théories négationnistes. Des lois semblables existent en Allemagne, en Pologne, en Autriche.

Cependant dans certains pays, en particulier aux États-Unis et au Royaume-Uni, l'attachement viscéral et constitutionnel à la liberté d'expression totale permet aux négationnistes de pouvoir exposer leurs idées.

Icone chateau.png Portail de l'Histoire —  Toute l'Histoire, de la préhistoire, jusqu'à aujourd'hui.