Musée de Guellala

« Musée de Guellala » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Musée Guellala
Guellala-stegop-02-museu.jpg
L'entrée du Musée Guellala
Informations géographiques
Pays Tunisie Tunisie
Ville Guellala
Adresse Guellala, gouvernorat de Médenine
Informations générales
Date d'inauguration 2 avril 2001
Informations visiteurs
Nombre de visiteurs par an environ 250 000 par an
voir modèle • modifier
Vue d’extérieur du musée
Vidéo prise par les enfants du musée de Gellala. La vidéo peut aussi être visualisée depuis ce lien.

Le musée de Guellala est un musée situé sur l'île de Djerba en Tunisie. C’est en 1991 que germa l'idée de la création d’un musée consacré au patrimoine tunisien et spécialement djerbien dans toutes sa diversité. En 1997, les travaux débutent, et le 15 mars 2001, le musée de Guellela est enfin prêt pour recevoir son premier visiteur, le 15 avril c’est l’inauguration.

Sa superficie est de deux hectares, dont 4 000 m² couverts. De l’extérieur le musée se représente par une architecture qui réunit : coupoles, minarets, maisons traditionnelles, tout en blanc et vert. Le musée de Guellela est un musée des arts traditionnels populaires de Djerba, il est situé sur une colline (Tassida 52 m) qui est le point le plus haut de l’île.

Le musée expose des collections d’objets et plusieurs scènes, il est composé de plusieurs blocs, chaque bloc a sa nomination et présente un thème différent ; fête (mariage et toute la préparation de la cérémonie) traditions et coutumes, mythes et légendes, poterie et mosaïque, musique traditionnelle.

Scènes[modifier | modifier le wikicode]

À l’intérieur plus de quarante scènes sont représentées. Citons en quelques-unes :

  • Préparation du pain tabouna, pain cuit dans un four traditionnel et de la zoumita à base d’orge et de la bsissa à base de blé ;
  • Préparation du repas collectif pour tous les habitants du quartier ;
  • Rite durant lequel le cortège du marié tourne autour de l’olivier pour la bénédiction. L’olivier est dans l’imagerie populaire un symbole de prospérité, de paix, de fertilité et surtout assure une protection contres les forces maléfiques ;
  • une danse des sabres ;
  • Il y a les musiciens, les joueurs de zokra ou zurna.
  • Le mariage traditionnel à Djerba repose sur deux grandes phases, la Hijba, la mariée doit se préserver du soleil et doit être voilée et bien isolée durant un mois et demi, pour la dévoiler le jour de la jiloua en grand éclat.
  • Il y a aussi les festivités de la circoncision traditionnelle, c’est une grande cérémonie qui égale celle du mariage.

On commence au début par casser une jarre pleine de monnaie et de bonbons afin de détourner l’attention du bébé et lui éviter le choc et toutes autres souffrances. En deuxième lieu cela annonce aux femmes qui attendent dehors de manifester leur joie. Elles poussent des « youyous » et enfin pour chasser les mauvais esprits et conjurer le mauvais œil il faut égorger un mouton (faire couler le sang).

  • Ce musée présente aussi des scènes des juifs de Djerba :
    • la circoncision : cette cérémonie est réalisée chez eux le 8° jour après la naissance, la teinture des lainages avant le tissage ;
    • Yacoub Bchiri un parolier et instrumentiste juif qui chantait en langue arabe et animait les fêtes de mariages chez des familles djerbiennes musulmanes. Il s'attachait à être un chanteur Djerbien de nationalité tunisienne.
  • Parmi les scènes présentées une huilerie artisanale en activité, fabrication des nattes, travail de la laine avec toutes ses étapes, des jeux antiques tel que le « Sig », un {{"|Houch Djerbien avec la salle de bains traditionnelle « Elemesthen » et « E ghorfa » avec tous les meubles nécessaires.
  • Trois scènes vivantes: un dromadaire tire l'eau du puits, un second fait fonctionner l’huilerie et le troisième qui tire la Jaroucha pour séparer le grain de l'ivraie.

La visite de ce musée peut durer entre une heure et demi et deux heures.

Maraoub Anane est le cofondateur du musée. Il est né à Djerba 06 novembre 1942, a étudié à l'École normale d’instituteurs à Sfax. De 1964 à 1973 il a été enseignant primaire à Djerba puis directeur d’école à Guellala. Ensuite il a été professeur de philosophie et d'arabe en Belgique.

La Gioconda.jpg Portail des arts —  Tous les articles sur les différentes formes d'art.
Portail de la Tunisie —  Tous les articles sur la Tunisie.