Musée Unterlinden

« Musée Unterlinden » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Le retable d'Issenheim dans la chapelle du musée Unterlinden

Le musée Unterlinden est un musée situé dans la ville de Colmar, en Alsace. Il expose des peintures, sculptures et gravures de la fin du Moyen Âge et de la Renaissance, mais aussi des œuvres modernes.

L'œuvre la plus connue du musée est le retable d'Issenheim, peint par le peintre allemand Matthias Grünewald.

Histoire[modifier | modifier le wikicode]

Les trois configurations du retable : fermé, ouvert à moitié, ouvert complètement.

Les bâtiments[modifier | modifier le wikicode]

Le musée est installé dans dans un ancien couvent occupé dès 1232 par des chanoinesses de l'ordre des dominicains.

L'église, qui abrite aujourd'hui le retable d'Issenheim, a été construite entre 1262 et 1269. Le cloître date de la deuxième moitié du XIIIe siècle. Le couvent, fermé en 1790, est devenu musée en 1849.

Collections[modifier | modifier le wikicode]

Le musée Unterlinden expose des œuvres d'art (peintures, sculptures et gravures) des XVe et XVIe siècles, une époque à laquelle l'Alsace et ses régions voisines se développaient rapidement. Une grande partie des œuvres du musée provient d'églises situées à Colmar et ses alentours. Le musée abrite aussi des œuvres du XXe siècle.

Au premier étage se trouve la collection d'arts décoratifs, comprenant des meubles et de la vaisselle, ou encore des jouets. Au sous-sol se trouvent les collections archéologiques, montrant l'évolution de l'Homme au cours de l'Histoire.

La section d'art moderne se trouve aussi au sous-sol, avec des œuvres françaises du XXe siècle de Robert Delauney, Claude Monet, Picasso, Auguste Renoir et Georges Rouault).

Parmi les œuvres les plus importantes du musée figurent celles du peintre et graveur colmarien Martin Schongauer (XVe siècle). Mais l'œuvre la plus connue du musée est le retable d'Issenheim, peint par Matthias Grünewald.

Le retable d'Issenheim[modifier | modifier le wikicode]

Le retable, consacré à saint Antoine, provient du couvent des Antonins à Issenheim, au sud de Colmar. Il est composé d'une partie centrale sculptée autour de 1490 par Nicolas de Haguenau, et de panneaux articulés, peints de 1512 à 1516 par le peintre allemand Matthias Grünewald, né vers 1480, mort en 1524, contemporain d'Albrecht Dürer.

Les panneaux étaient ouverts selon les besoins de la liturgie, laissant apparaître différentes scènes :

Panneaux fermés

Le retable fermé, qui était visible durant la plus grande partie de l’année, montre une Crucifixion. Les volets représentent saint Sébastien à gauche et saint Antoine à droite.

Première ouverture

La première ouverture était réservée aux grandes fêtes : Noël, Épiphanie, Pâques, Ascension, Pentecôte, Trinité, Fête-Dieu). On y voit l’Annonciation, l’Incarnation et la Résurrection.

Deuxième ouverture

La deuxième ouverture est à la fois sculptée et peinte. Elle est conçue spécifiquement pour les religieux Antonins : au centre (partie sculptée), saint Antoine est encadré de saint Augustin et de saint Jérôme, rédacteur de la Vie de saint Paul l'Ermite : l’épisode de la visite rendue à celui-ci par saint Antoine est relaté sur le volet gauche. Le volet droit montre la Tentation de saint Antoine, mis à l'épreuve par une multitude de démons. Dans la prédelle (sous le retable) apparaît le Christ entouré des douze apôtres.

Peintures[modifier | modifier le wikicode]

  • La Crucifixion (entre 1410-1415, huile sur sapin) de Hermann Schadeberg
  • Portrait de femme (vers 1510, huile sur bois) de Hans Holbein l'Ancien
  • le retable de la collégiale Saint-Martin (1465, huile sur sapin) de Caspar Isenmann
  • le retable d'Orlier (entre 1470-1475, huile sur sapin) de Martin Schongauer
  • Noli me tangere (retable des Dominicains) (vers 1480, huile sur sapin) de Martin Schongauer
  • La Mélancolie (1532, huile sur bois) de Lucas Cranach l'Ancien
  • le retable du Tempelhof (vers 1445-1450) de Jost Haller
  • le retable de saint Jean-Baptiste (1526)
  • Le miracle de la résurrection des poulets rôtis (vers 1470)

Sculptures[modifier | modifier le wikicode]

  • La Vierge de Niedermorschwir (vers 1500, sur tilleul)
  • le retable de Bergheim (1515-1517, sur tilleul) de Veit Wagner
  • L’Adoration des mages (vers 1525, sur tilleul) par un artiste anonyme (H. L.)15
  • Le Martyre de sainte Catherine (vers 1520-1525, tilleul) par un artiste anonyme (H. L.).

Gravures[modifier | modifier le wikicode]

  • La Vierge au perroquet (1470-1475, burin sur cuivre) de Martin Schongauer
  • La Tentation de saint Antoine (1470-1475, burin sur cuivre) de Martin Schongauer
  • Ecce Homo (1475-1480, burin sur cuivre) de Martin Schongauer
  • Deux Hommes marchant de compagnie (1480-1485, burin sur cuivre) de Martin Schongauer
  • La Fuite en Égypte (vers 1470-1475) de Martin Schongauer
  • Première vierge folle (vers 1480-1485) de Martin Schongauer.

Liens externes[modifier | modifier le wikicode]

Portail des arts —  Tous les articles sur les différentes formes d'art.
Francestubmap.png Portail de la France —  Accédez au portail sur la France.
Source : cette page a été partiellement adaptée de la page Musée Unterlinden de Wikipédia.

48° 04′ 47″ N 7° 21′ 20″ E / 48.079685, 7.355635