Moteur à essence

« Moteur à essence » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Cycle d'un moteur à quatre temps : 1. Admission ; 2. Compression ; 3. Combustion ; 4. Échappement.
Cycle d'un moteur à deux temps : 1. Admission, compression et explosion ; 2. Transfert et échappement.

Le moteur à essence est un moteur thermique qui équipe de nombreux véhicules légers à deux et quatre roues.

Histoire[modifier | modifier le wikicode]

Le moteur à combustion interne est dû aux efforts d'ingénieurs français et allemands, à partir de 1860.

  • Le 24 janvier 1860, Étienne Lenoir dépose le brevet d'un « système de moteur à air deux temps dilaté par la combustion des gaz enflammés par l'électricité », mais sans compression préalable des gaz ;
  • Le 16 janvier 1862, le physicien Alphonse Beau de Rochas publie la théorie du moteur à allumage commandé à quatre temps, avec compression des gaz. C'est le principe des moteurs à essence actuels ;
  • Mais c'est finalement l'ingénieur allemand Nikolaus Otto qui construit et met au point le premier moteur à allumage commandé fondé sur ce principe, en 1864.

Puis les moteurs à allumage commandé sont installés, à partir de 1886, sur les premières automobiles par les futurs constructeurs : Gottlieb Daimler, Carl Benz, Armand Peugeot, les frères Renault, Panhard et Levassor.

Description d'un moteur à essence[modifier | modifier le wikicode]

Moteur d'une Ferrari 250 Testa Rossa.

Les moteurs à deux ou quatre temps fonctionnent sur le principe d'un piston qui se déplace à l'intérieur d'un cylindre. Le piston a un mouvement alternatif, transformé en mouvement rotatif par l'intermédiaire de la bielle et du vilebrequin.

Un mélange d'air et d'essence, comprimé entre la tête du piston et le haut du cylindre (la culasse), est mis au contact d'une étincelle fournie par une bougie. Il explose et met le piston en mouvement.

Le carburateur dose l'arrivée d'essence et d'air. La bobine fournit l'électricité à la bougie. Un pot d'échappement atténue le bruit.

Toutes ces pièces en mouvement provoquent des frottements et des échauffements : il faut donc lubrifier (huiler) les parties en mouvement, et refroidir l'ensemble, généralement par un circuit d'eau et un radiateur. Pour un obtenir un gain de poids et de place, le refroidissement du moteur se fait parfois par air sur les véhicules les plus légers, comme les motocyclettes.

Portail des techniques — Tous les articles sur les moyens de transport, l'informatique, les outils et les matériaux…