Milieu interstellaire

« Milieu interstellaire » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Voir les articles homonymes Attention, à ne pas confondre ! Pour les sujets ou articles dits homonymes, voir : Milieu.
milieu interstellaire

Le milieu interstellaire est l'ensemble de la matière qui existe entre les étoiles et systèmes planétaires dans une galaxie.

Le milieu interstellaire est un ensemble d'atomes, d'ions et de molécules. Il est à 99% de gaz et à 1% de poussières. Sa densité varie entre quelques milliers à quelques centaines de millions de particules par mètres cube. Le gaz est constitué à 90% d'hydrogène et à 10% d'hélium.

Le milieu interstellaire joue un rôle intermédiaire entre les échelles des étoiles et des galaxies.

Histoire[modifier | modifier le wikicode]

Le terme « espace stellaire » a été utilisé par Francis Bacon en 1626. Il a été repris par Robert Boyle : « La partie interstellaire du ciel, que de nombreux épicuriens voudraient être vides ». Des physiciens ont supposé qu'il existait un éther dans lequel la lumière pouvait se propager. Cet éther aurait été selon eux le constituant de l'espace interstellaire. L'existence de l'éther fut remise en cause par l'expérience de Michelson. Elle a été définitivement exclue par la relativité restreinte d'Einstein (1905).

En 1904, Johannes Hartmann obtint les premières photographies de matière contenue dans l'espace interstellaire. Hartmann cherchait à détecter la lumière provenant d'étoiles lointaines ; il observa qu'une partie de la lumière était absorbée avant d'arriver sur Terre. En analysant le spectre, il détecta du calcium comme matière responsable de l'absorption. Ce calcium n'était pas présent dans l'atmosphère des étoiles observées. Il conclut qu'il devait constituer un nuage isolé.

Cette observation lança réellement l'étude des milieux interstellaires. Du sodium fut détecté par Heger en 1919. La découverte des rayons cosmiques par Victor Hess le conduisit à conjecturer que ces ratons provenaient de l'espace interstellaire.

En 1930, Samuel Thorndike note : « Comment pourrait-on croire que les énormes espaces entre les étoiles soient complètement vides. Les aurores terrestres sont causées par les particules chargées que le Soleil émet. Si les millions d'autres étoiles éjectent aussi des ions, ce qui sans nul doute est vrai, aucun vide absolu ne peut exister dans la galaxie »

La chimie dans le milieu interstellaire[modifier | modifier le wikicode]

Le monoxyde de carbone est l'une des molécules les plus communes dans le MSI.

Les premières observations de molécules dans le MSI remontent à 1954 avec l'observation du méthylidyne (un atome de carbone et un atome d'hydrogène, de son ion positif, ainsi que du cyanogène (un atome de carbone et un atome d'azote)). Dans les années 1960, on a découvert de l'ammoniac (un atome d'azote et trois d'hydrogène), de l'eau (H20) ainsi que du formol (un atome de carbone, deux atomes d'hydrogène et un atome d'oxygène).

Dans les années 1970, on découvre du monoxyde de carbone qui est la molécule la plus commune dans le MSI avec le deutérium.

De nos jours près de 150 molécules ont été découvertes dans le MSI. On y trouve des molécules simples comme le chlorure de sodium ou sel de table, le méthane, l'acide acétique qui entre dans la composition du vinaigre, on trouve même un sucre, le dihydroxyacétone. La molécule la plus complexe découverte dans le MSI est le fullèrene qui est composé de soixante-dix atomes de carbone.

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Portail de la cosmologie — Tous les articles sur les sciences de l'Univers.