Migration pendulaire

« Migration pendulaire » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Voyageurs attendant leurs trains dans une gare de la banlieue parisienne

La migration pendulaire, ou migration alternante ou commuting représente les allers-retours quotidiens des gens entre leur travail et leur domicile, à des heures régulières (généralement le matin et le soir). Ce phénomène est fréquent dans les agglomérations urbaines où la plupart des gens habitent en banlieue mais travaillent au centre.

Pourquoi des migrations alternantes ?[modifier | modifier le wikicode]

Aujourd'hui le lieu de domicile est le plus souvent éloigné du lieu de travail.

Les activités tertiaires (bureaux) se concentrent dans les quartiers d'affaires ou dans le centre des villes. Les relations entre les décideurs se trouvent facilitées par leur proximité géographique et la variété des services qu'on y trouvent. C'est aussi en centre ville que se trouvent les autorités politiques auprès desquelles il est nécessaire de faire du lobbying pour décrocher des contrats ou des lois favorables. L'espace était limité, les ateliers artisanaux, les entrepôts et les logements souvent anciens sont remplacés par des immeubles de bureaux et des logements aisés pour les catégories sociales supérieures.

En effet les prix ou les loyers des logements sont très élevés dans les centres villes des grandes agglomérations. Beaucoup de salariés sont contraints de migrer vers les banlieues plus ou moins éloignées, là ou le prix du terrain est encore abordable et où ont été construits des cités ou des lotissements résidentiels.

Les activités industrielles, voire artisanales, qui demandent de l'espace pour se développer et qui sont bruyantes ou polluantes ont été chassées progressivement des quartiers urbains et même de la proche banlieue. Les normes de sécurité devenant de plus en plus contraignantes obligent au déménagement et à la construction de nouvelles installations mieux adaptées et moins coûteuses qu' une mise aux normes des anciennes installations. L'augmentation du prix du terrain à bâtir a séduit de nombreuses entreprises qui ont pu réaliser une bonne opération financière au moment de la vente des terrains où se trouvaient leurs bâtiments anciens. Les nouvelles installations ont été délocalisées en lointaine banlieue. Il a fallu que les salariés suivent ou bien acceptent de se déplacer quotidiennement s'ils décident et peuvent continuer à le loger en ville ou en proche banlieue. Souvent les terrains libérés ont été construits avec des tours abritant des bureaux.

Problèmes posés par les migrations alternantes[modifier | modifier le wikicode]

Encombrement sur l'autoroute A6 (commune de Fresnes) à 11 km de Paris vers 13 heures et surdimensionnement de la voirie dont on peut voir que dans l'autre sens, elle est peu utilisée à cette heure-là.

Souvent les lieux d'habitation sont mal desservis par les transports en commun. Le banlieusard doit donc emprunter son véhicule personnel pour rejoindre son bureau ou son atelier. Comme les horaires d'embauche et de débauche sont concentrés sur quelques heures le matin et le soir, les voies de circulation automobile sont saturées rapidement, ce qui occasionne des pertes de temps, des coûts en carburant et de la fatigue. Il faut aussi faire des travaux importants de voirie pour permettre l'écoulement de ce trafic, ouvrages qui sont moins utilisés le reste du temps, donc des investissements mal rentabilisés.

Ceux qui peuvent prendre les transports en commun, train de banlieue, bus, RER... sont souvent entassés dans les véhicules. Les compagnies de transport en commun doivent de plus avoir un nombre important de véhicules et de conducteurs circulant en « heure de pointe », véhicules qui restent inutilisés pendant les « heures creuses » de la journée et personnel dont l'emploi du temps est souvent très haché.

Remèdes possibles[modifier | modifier le wikicode]

La meilleure solution serait de rapprocher les lieux de travail du domicile. Il parait difficile de penser faire revenir les banlieusards en centre ville, où le prix de l'immobilier ne fait qu'augmenter. Donc il faut que ce soit le travail, les possibilités de scolarisation, de loisirs qui soient proches du domicile. C'est ce qu'on a tenté de faire avec la création des villes nouvelles autour des grandes agglomérations comme Londres, Paris. Les résultats ne sont pas toujours à la hauteur des attentes ; le plus souvent les activités de travail ne sont pas venues en nombre suffisant et une partie importante des habitants doit toujours aller travailler dans la ville centre.

L'étalement ou le décalage des horaires de prise et de fin de fonction permettraient d'éviter les pics d'utilisation. Pour certaines activités tertiaires, le travail à domicile grâce à l'utilisation de l'informatique et de l'internet (le télé-travail) permettrait de limiter les déplacements.

Pour éviter la congestion des axes de circulation (les bouchons), on peut réduire le nombre de véhicules qui font le trajet. On peut mieux remplir les véhicules par l'auto-partage ou le covoiturage qui se développent actuellement. Dans certaines agglomérations, comme Londres, un péage à l'entrée de la ville-centre est installé pour dissuader financièrement les banlieusards de circuler dans une voiture individuelle. L'idéal serait de développer le réseau et la fréquence des transports en commun, mais cela est très coûteux.

Portail de la société —  Accédez aux articles de Vikidia concernant la société.