bavardages  • le Livre d'or
Cordon, le Balcon du Mont-Blanc - panoramio (28).jpg Astuces, statistiques et interview d'une contributrice, lisez la Gazette hiver 2020 de Vikidia ! DessinInterview.png

Michel Ney

« Michel Ney » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Michel Ney en tenue de maréchal d'Empire

Michel Ney, est né à Sarrelouis (ville fortifiée française à l'époque, allemande aujourd'hui) en 1769 et est mort fusillé à Paris en 1815. C'est un des maréchaux de Napoléon. L'empereur l'avait titré duc d'Elchingen et prince de la Moskowa. Extraordinaire entraineur d'hommes, soldat au grand courage, il était surnommé « le brave des braves » Ney avait des capacités limitées pour organiser une campagne militaire.

Michel Ney était le fils d'un tonnelier. Il s'engage dans l'armée royale française en 1788. L'organisation de l'armée pendant la révolution Révolution favorise son avancement. En 1794, il est capitaine et en 1796, il est nommé général de brigade après avoir pris la ville allemande de Mannheim. Il participe brillamment à la bataille de Hohenlinden en 1799.

D'octobre 1802 à décembre 1803, il s'occupe de l'organisation militaire de la Suisse, dont Napoléon Bonaparte était alors le « Médiateur ». En 1804, il fait partie de la première promotion des maréchaux d'Empire.

Le maréchal Ney participant à une charge de cavalerie pendant la bataille d'Eylau en 1807

Ney remporte la victoire d'Elchingen en 1805, puis à la prise de la ville d'Ulm, qui débouchent sur la victoire française d'Austerlitz en décembre 1805. Son intervention est décisive pendant la bataille de Friedland en 1807 pendant la guerre contre la Russie.

En 1808, Ney est envoyé en Espagne qui s'est soulevée contre l'occupation française. Il combat en Galice et dans les Asturies contre les guérilleros espagnols.

Pendant la campagne de Russie, il remporte la bataille de la Moskowa qui ouvre la route de Moscou. Pendant la Retraite de Russie, il commande l'arrière-garde de l'armée française en déroute, et fait le coup de feu contre les cosaques.

Pendant la campagne d'Allemagne en 1813, il participe aux batailles de bataille de Bautzen et de Lützen, mais il est battu à Dennewitz.

En avril 1814, il est un des maréchaux qui poussent Napoléon à abdiquer. En récompense le roi Louis XVIII le nomme pair de France et gouverneur de la ville fortifiée de Besançon.

Au moment du retour de l'île d'Elbe, il promet au roi de ramener Napoléon, l'« l'Usurpateur prisonnier dans une cage de fer ». Mais devant le succès du retour et la désaffection probable de ses soldats, Ney se rallie à Napoléon.

Ney commandant le peloton pour son exécution. Soldats, droit au cœur .

Ney participe à la guerre en Belgique. Le 16 juin 1815 il gagne la bataille des Quatre-Bras contre les Anglais et il combat avec bravoure à la Bataille de Waterloo en commandant et en participant aux charges de cavalerie qu'il lance sans cesse contre des positions fortifiées des Anglo-Hollandais.

Après la défaite de Napoléon, Ney se cache, mais est arrêté. Il comparait devant la chambre des Pairs car il avait trahi le roi. Il est condamné à mort et fusillé le 7 décembre 1815 près de l'Observatoire de Paris.

Journal-des-chemins-de-fer-image-titre.png Portail du XIXe siècle - Tous les articles concernant les années 1801 jusqu'à 1900.
Portail de l'histoire militaire —  Tous les articles sur l'histoire militaire, les batailles, les chefs de guerre...
Portail du Premier Empire —  Tous les articles concernant le Premier Empire.